Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234
Affichage des résultats 76 à 94 sur 94

Discussion: Coupe de France Féminine 2017-2018

  1. #76
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Demi-finales : la programmation validée

    La programmation des rencontres des demi-finales de la Coupe de France modifiée à plusieurs reprises est définitivement actée au lundi 7 mai à 21h00.




    Entre disponibilités des installations (match de Ligue de l'OL le dimanche 6 mai à 16h30) et programmation télévisuelle, les demi-finales ont été envisagées depuis le tirage au sort à plusieurs dates oscillant entre le 5 et le 8 mai. Ce sera finalement le lundi 7 mai à 21h00 sur France 4 pour l'affiche Lyon - Montpellier alors qu'un duplex sera proposé sur Eurosport 2.

    Demi-finales
    Lundi 7 mai 2018

    Lyon - Montpellier : 21h00 (sur France 4 et Eurosport 2)
    Soyaux - PSG : 21h00 (en duplex sur Eurosport 2)

    Finale
    Jeudi 31 mai 2018
    Strasbourg (Stade de la Meinau) : 21h00

    Lyon qui n'a manqué les demi-finales qu'à une seule reprise dans son histoire (en 2010-2011) est le favori de la compétition avec 9 titres (FC Lyon + OL) dont 6 consécutifs et sera opposé à Montpellier en demi-finale. Montpellier qui disputera sa 11e demi-finale a déjà joué Lyon en deux fois à ce stade de la compétition avec une qualification et une seconde qui aura dû l'être mais une erreur d'interprétation de l'arbitre lors des tirs au but avait donné match à rejouer et finalement la qualification lyonnaise en 2013.

    L'autre demi-finale opposera Soyaux au PSG. Soyaux qui est l'équipe la moins bien classée dans le championnat de D1 disputera sa cinquième demi-finale dans cette coupe. Les cinq précédentes leur avait toujours offert Lyon au tirage en demi. La sixième fois, c'est le PSG que le club charentais accueillera le 6 mai prochain. Pour le PSG, ce sera la 9e demi-finale, les 8 précédentes se sont soldées par autant de qualifications pour la finale que d'éliminations !

    Les quatre équipes se disputeront une place en finale le jeudi 31 mai prochain à Strasbourg.


    Les précédentes demi-finales

    2016-2017

    Hénin-Beaumont (IR) - Lyon (D1) : 0-10
    PSG (D1) - Saint-Etienne (D1) : 4-1

    2015-2016
    Lyon (D1) - Rodez (D1) : 9-0
    Montpellier (D1) - PSG (D1) : 2-2 (tab 4-3)

    2014-2015
    Rouen (D2) - Lyon (D1) : 0-4
    Saint-Etienne (D1) - Montpellier (D1) : 0-1

    2013-2014
    Juvisy (D1) - PSG (D1) : 0-6
    Soyaux (D1) - Lyon (D1) : 0-3

    2012-2013
    Montpellier (D1) - Lyon (D1) : 1-1 (tab 5-6) puis rejoué 0-4
    Saint-Etienne (D1) - PSG (D1) : 2-0

    2011-2012
    Arras (D2) - Lyon (D1) : 0-8
    PSG (D1) - Montpellier (D1) : 0-1

    2010-2011
    Dijon (D2) - Saint-Etienne (D1) : 0-5
    Juvisy (D1) - Montpellier (D1) : 1-3

    2009-2010
    Montpellier (D1) - Juvisy (D1) : 3-1
    PSG (D1) - Lyon (D1) : 1-1 (tab 3-2)

    2008-2009
    Le Mans (D2) - Juvisy (D1) : 1-0
    Montpellier (D1) - Lyon (D1) : 0-0 (tab 4-3)

    2007-2008
    Juvisy (D1) - PSG (D1) : 1-2
    Soyaux (D1) - Lyon (D1) : 0-3

    2006-2007
    Lyon (D1) - Tours (D2) : 9-0
    Montpellier (D1) - Saint-Brieuc (D1) : 3-0

    2005-2006
    Juvisy (D1) - Montpellier (D1) : 0-1
    Lyon (D1) - Toulouse (D1) : 1-1 (tab 6-5)

    2004-2005
    Lyon (D1) - Soyaux (D1) : 4-2
    PSG (D1) - Juvisy (D1) : 0-7

    2003-2004
    Toulouse (D1) - Lyon (D1) : 2-5
    Besançon (D3) - Compiègne (D1) : 1-1 (tab 2-4)

    2002-2003
    Montpellier (D1) - Juvisy (D1) : 3-2
    Soyaux (D1) - Lyon (D1) : 1-2

    2001-2002
    Lyon (D1) - Saint-Brieuc (D1) : 3-2
    Toulouse (D1) - Juvisy (D1) : 6-2

    Mardi 24 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ee_a14658.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  2. #77
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Demi-finales : SOYAUX et MONTPELLIER pour faire déjouer les pronostics ?

    Les deux premiers du championnat, Lyon et PSG, finalistes l'an dernier de la Coupe de France partiront favoris des deux demi-finales qui se joueront ce lundi soir. Présentation.




    Lyon part favori face à Montpellier. Évoluant à domicile avec une série en cours de 40 qualifications (victoires ou succès aux tirs au but) en Coupe de France, les Lyonnaises pourraient retomber dans la facilité. Après avoir quasiment acquis le titre de champion de France, décrocher leur place en finale en Ligue des Champions, il reste aux joueuses de Reynald Pedros d'en faire autant en Coupe de France. Mercredi dernier en match en retard, après un succès 3-1, l'entraîneur lyonnais a rappelé : "Le but de Fleury constitue juste une petite alerte pour nous rappeler qu'il faut toujours être vigilant". Lyon prépare depuis cette rencontre la venue de Montpellier et l'entraîneur n'a pas manqué de rappeler : "On ne choisit rien, on joue sur les trois tableaux".
    A l'inverse, Montpellier, éliminé en quart de finale de Ligue des Champions, a vu ses chances d'y regoûter la saison prochaine s'amenuiser depuis le match nul à Bordeaux alors que l'équipe restait sur un succès important devant le PSG fin mars (3-0). Jean-Louis Saez avait alors gardé l'espoir au soir de cette victoire : "A nous de nous appuyer sur ce match pour faire une bonne fin de saison. Quand on est au complet et que tout le monde est concerné on a vraiment une belle équipe".

    Mais depuis ce 0-0, la Coupe de France reste la seule compétition où Montpellier peut encore réussir un coup. Le seul hic, c'est de sortir Lyon et ses six succès d'affilée dans la compétition. Si en 90 minutes, l'OL part favori, pousser l'équipe rhodanienne aux tirs au but reste une éventualité. Lyon l'a connu l'année dernière en finale face au PSG, et il y a cinq ans en demi-finale face à Montpellier, qui aurait dû être qualifié sans une erreur d'interprétation du corps arbitral (le match).

    Dans la seconde demi-finale, au stade Lebon, Soyaux est l'outsider face au PSG. Patrice Lair, l'entraîneur du PSG reconnaît que le tirage a été favorable : "Il faut être honnête et sans langue de bois en avouant que c'est le meilleur tirage possible". L'équipe parisienne doit malgré tout se rappeler la saison avait débuté par un match nul 2-2 au Camp des Loges face à Soyaux : "On se déplacera donc avec humilité" déclarait le coach parisien dans La Charente Libre. Soyaux pour sa part finit la saison en effectif réduit. Avec les blessures de Djebbar et Couturier jusqu'en fin de saison, est venue s'ajouter il y a quelques semaines celle de Deschamps, contrainte d'arrêter sa carrière. Les Charentaises tenteront malgré tout leur va-tout, n'ayant rien à perdre dans une compétition où Soyaux recevra pour la première fois après quatre déplacements victorieux, 21 buts marqués pour un seul encaissé.


    Lundi 7 mai 2018
    Soyaux - PSG
    , à Angoulême (Stade Lebon)
    Arbitre : Camille Soriano

    Lyon - Montpellier, à Décines-Charpieu (Groupama Training Center)
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    Matchs à suivre sur Eurosport 2

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...cs_a14712.html
    Dernière modification par Rem56 11/05/2018 à 17h35
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  3. #78
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France : Soyaux fous !
    Vincent Roussel | 4 mai 2018



    L’ASJ Soyaux se présente comme le petit poucet de ce dernier carré de Coupe de France, dont les deux matches auront lieu lundi (21h00). Déjà une très belle récompense pour ce club au budget très inférieur à celui des derniers concurrents en lice. Mais les Sojaldiciennes ne comptent pas en rester là, face au PSG, à qui elles ont déjà donné des maux de tête cette saison.


    Elle n’a regardé la rencontre que « 10 minutes, tout au plus ». Mais Romane Munich, la gardienne de l’ASJ Soyaux, l’affirme : la qualification de l’OM, jeudi soir, en finale de la Ligue Europa chez les hommes « est la preuve que tout est possible. Pas beaucoup de monde voyait Marseille arriver là ! Tout est possible en Coupe », affirme la portière sojaldicienne, qui veut croire que la même bonne fortune pourrait arriver à elle et ses coéquipières en Coupe de France féminine lundi.

    Un exploit en ouverture du championnat

    Bien que, quoiqu’il arrive, Soyaux a déjà fait le plus dur, en assurant presque officiellement son maintien en D1 (l’ASJ est 6e, à 5 points de la 11e place). « Ce match c’est un peu un bonus », explique Sébastien Joseph, qui avait déjà atteint ce stade de la compétition il y a deux ans avec Rodez. Les Charentaises ont notamment pu compter sur un départ canon (10 points en 4 matches), rassérénés par le point du match nul (1-1) arraché lors de la 1ere journée à… Paris.



    Mais le début de l’hiver a coïncidé avec le début des ennuis pour Soyaux, incapable de l’emporter lors de 10 matches d’affilée. « Ça a été une période assez longue », se remémore le tacticien, pour qui 2018 a aussi sonné comme un nouveau départ. Alors que la série se prolongeait en championnat, il voyait son équipe franchir un à un les paliers qui l’ont amené à de si hautes altitudes nationales. D’abord contre l’AS Mazères (8-0, en 32e), puis contre le RC Saint-Denis (5-0), deux équipes de DH facilement écartées. « On a eu un tirage clément, qui nous a permis de faire ce parcours là, mais on a aussi su remettre les ingrédients qui étaient importants dans la Coupe ! », s’enthousiasme Joseph, qui, a aussi disposé de La Roche (D2, 4-1) en huitièmes, avant de faire céder le Havre (4-0), une autre équipe de DH, au tour précédent. Des succès qui ont permis à ses joueuses de retrouver aussi le sourire en championnat, selon le coach.

    « On espère que les supporters de Soyaux et d’Angoulême vont venir nombreux à Lebon »

    « On a fait le boulot, on a su se qualifier et prendre tous les matches au sérieux, raconte Laura Bourgouin, la meilleure réalisatrice sojaldicienne (5 buts) en championnat. Peut-être que ça a libéré les filles, mais je ne sais pas si c’est lié, parce qu’on a- sans leur manquer de respect -rencontré que des équipes inférieures à nous. Gagner nous a redonné de la confiance sûrement, mais après ce n’était pas non plus des matches de niveau D1, il ne faut pas se mentir ». Pas de quoi expliquer donc le succès précieux des joueuses de Soyaux face à Marseille (2-1), puis Rodez (3-2) en D1, avant ce nul (1-1) décroché face au Paris FC fin avril. A chaque fois, les coéquipières de Bourgouin ont ramené des points à domicile, et c’est aussi ce qui risque de compter lundi soir : « C’est vrai qu’on a la chance, à Soyaux, d’avoir un bon public, composé de fidèles, de supporters, qui poussent l’équipe. Ils sont là dans les moments fastes comme dans les moments difficiles. On est ravi de jouer chez nous, déjà parce que c’est première fois cette saison en Coupe, et aussi de pouvoir offrir cette rencontre à notre public ! », savoure l’ancien entraîneur de Rodez, qui jouera pour la troisième fois de la saison à Lebon. « On espère que les supporters de Soyaux, mais aussi ceux d’Angoulême vont venir de manière massive au stade », poursuit-il.



    Un vœu similaire à celui de Laura Bourgouin qui redoute toutefois le manque de repères de son équipe sur ce terrain. Une donnée sur laquelle compte aussi Patrice Lair, le coach du PSG : « L’avantage de Lebon c’est que c’est un grand terrain, par rapport au terrain Léo Lagrange qui est un peu plus bosselé, et sur lequel il est plus difficile d’évoluer ». Il le sait, pour l’avoir vécu avec Lyon en 2014, lorsqu’il s’était imposé 3-0 dans ce même stade, avant d’éprouver plus de difficultés à Léo Lagrange. Grand favori de cette rencontre, Paris peut de son côté, s’appuyer sur un parcours plus qu’honorable : victoire (2-0) face au PFC en seizième, puis face à Rodez (5-1), avant de faire tomber Saint-Etienne à l’extérieur en quart (3-0). Le club de la capitale, qui court toujours après son premier trophée depuis 2010 (la Coupe de France justement), va être remonté à bloc, surtout que Lair est bien décidé à remuer le couteau dans la plaie : « Si je vais utiliser le match aller dans ma causerie ? Bien sûr ! C’était un match où elles [ses joueuses] s’étaient relâchées, qu’on devait gagner largement. C’était une alerte, une équipe qui nous avait posé problème, ils avaient progressé, et c’est certainement la meilleure équipe amateure de la division 1. Ils ont un bon coach, ils travaillent bien depuis des années… », félicite-t-il son adversaire, contre qui il ne compte pas y aller à la légère.



    Un évènement pas si anodin pour Soyaux

    Il pourra pour cela compter sur un effectif au complet, où seule Formiga, revenue de la Copa America avec une petite douleur au genou, est incertaine. « C’est une autre équipe que le début de saison ! Il fallait les prendre à ce moment-là, et heureusement pour nous ça nous est arrivé. Là je pense que ce ne sera pas du tout la même rencontre, les mêmes circonstances », abonde Laura Bourgouin. En tout cas, les Sojaldiciennes comptent bien profiter d’un moment qui n’arrive pas tous les jours. « C’est la 5e demi-finale du club en Coupe de France en 50 ans d’existence », souligne Sébastien Joseph. Elles ne sont pas beaucoup dans le groupe à avoir déjà pénétré le dernier carré, à l’instar de Laura Bourgouin qui était même allée en finale avec Le Mans en 2009, au gré d’un parcours où elle avait notamment sorti… Paris en 16es de finale.



    « C’est une demi-finale, donc si personne n’est motivé là… », insiste la buteuse, qui sait que rien ne ferait plus plaisir au peuple de Soyaux qu’une nouvelle victoire, qu’elle voudrait aussi dédier à ses coéquipières Gwendoline Djebbar, Cathy Couturier et Justine Deschamps (qui doit même arrêter le foot en raison d’un problème aux cervicales), sur la touche depuis plusieurs mois pour des blessures graves. « Le fait que la finale (prévue le 31 mai, NDLR) soit à Strasbourg ça me motive encore plus, parce que je viens de là-bas et qu’il y aura toute ma famille », explique Romane Munich. Elle pourra compte sur le facteur X de cette année 2018 côté charentais, Danielle Tolmais, qui a explosé les compteurs depuis son arrivée en provenance de Saint-Malo en janvier.

    Paris gonflé à bloc

    Avec 5 buts toutes compétitions confondues et 6 pions de plus sous le maillot de l’équipe de France B, la franco-américaine donne plus d’options à son équipe sur le plan offensif. De quoi soutenir la comparaison avec Marie-Katoto pour le PSG ? « Au vue de ses performances, de ses stats, on est obligé d’être extrêmement attentifs sur elle », admet Sébastien Joseph, qui sait déjà qu’il a permis à l’ASJ de franchir un palier. Les 20 000 euros attribués aux demi-finalistes par la FFF devraient en effet servir à développer en partie ce club exclusivement féminin dont le budget (600 000 euros) reste modeste. « Surtout qu’en plus de ça on a mis tout un projet en place avec la professionnalisation de l’équipe », raconte l’entraîneur. Et ce lundi (21h00), Soyaux a une bonne occasion de prouver qu’il veut passer dans une autre dimension.


    Tous propos recueillis par Vincent Roussel
    Crédits Photos : ASJ Soyaux, Vincent Roussel pour Foot d’Elles, Majid Bouzzit, Foot féminin-Limousin, Foot Belles.


    http://www.footdelles.com/coupe-de-france-soyaux-fous/
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  4. #79
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France (Demies) - Une nouvelle finale LYON - PSG

    Lyon et le PSG se sont qualifiés ce lundi pour la finale de la Coupe de France. Les deux équipes se retrouveront le 31 mai à Strasbourg.




    Comme la saison dernière mais aussi pour la quatrième fois dans cette compétition, Lyonnaises et Parisiennes seront opposées pour l'attribution de la coupe nationale. Une compétition que Lyon domine avec sept titres de l'OL dont six consécutifs et une série de 41 matchs sans élimination.

    Face à Montpellier, les Lyonnaises ont eu l'emprise sur le match et le démontrait par une première frappe cadrée d'Hegerberg (2e). La bonne circulation du ballon de l'OL contrastait avec une équipe montpelliéraine au jeu plus direct à l'image d'une passe de Jakobsson dans la course de Gauvin qui ratait son contrôle et ne pouvait se présenter devant Bouhaddi (17e). L'action suivante était lyonnaise et Le Sommer réussissait une remontée dans l'axe montpelliérain pour venir jouer en une-deux avec Majri avant d'entrer dans la surface pour conclure son action magnifiquement (1-0, 19'). Renard sur un corner (30e) puis Majri (31e) sollicitent ensuite Murphy, qui devait réussir une belle détente devant Le Sommer (39e). Rien n'était fait à la pause, Lyon manquant de faire le break sur un penalty injustement sifflé puisqu'aucune main n'avait eu lieu. Kumagai qui tirait sur la droite de Murphy voyait la gardienne partir du bon côté pour sortir le ballon en corner (41e).

    A la reprise, Montpellier se montrait plus pressant mais en deux minutes perdait tout espoir de revenir. Bacha réussissait deux passes décisives pour Majri, récompensée de son activité (2-0, 54'), avant d'offrir à Henry l'occasion de s'illustrer d'une tête plongeante (3-0, 56'). Le match était ensuite géré par les Lyonnaises qui s'offraient un dernier but avec les remplaçantes Cascarino et Van de Sanden impliquées mais finalement l'inévitable Hegerberg à la finition (4-0, 83').

    Soyaux - PSG : L'entrée décisive de Delie

    Après avoir réussi à accrocher le PSG en première période, Soyaux a craqué en seconde période avec trois buts concédés. Le banc parisien et sa fraîcheur ont fait mal à la défense charentaise qui avait bien résisté durant 45 minutes.
    Défendant haut, l'équipe de Soyaux tenait la défense parisienne à distance même si Munich devait réaliser quelques interventions sans danger en début de match face à Katoto (15e) puis Hermoso (20e). La gardienne charentaise évitait un but contre son camp suite à un corner mal dégagé par Clérac. La première grosse occasion du match était au crédit des Parisiennes. Suite à un centre mal dégagé, Geyoro décalait sur Baltimore qui frappait au dessus (30e). Dangereuse, Baltimore manquait de précision dans la fin de ses actions et le 0-0 était sifflé à la pause.
    La seconde période démarrait avec les mêmes intentions charentaises mais la situation changeait avec l'entrée de Delie. L'attaquante parisienne avait à coeur de se mettre en évidence et deux minutes lui suffisaient pour sortir la tête sur un bon ballon de Périsset (0-1, 54'). Soyaux tentait bien de s'en sortir mais physiquement accusait le coup, d'autant que Delie signait le doublé après une belle remise de Baltimore en frappe en pivot (0-2, 69'). L'addition était alourdie sur un coup franc excentré côté gauche que Périsset déposait pour la tête de Paredes (0-3, 87'). Le PSG mérite sa qualification mais Soyaux le paye chèrement.


    LES FICHES

    LYON - MONTPELLIER : 4-0 (1-0)

    Décines-Charpieu (Groupama Training Center)
    Spectateurs : 1 092
    Arbitre : Maika Vanderstichel
    1-0 Eugénie LE SOMMER 19' (Le Sommer accélère dans l'axe depuis le rond central joue en une-deux avec Majri sur la gauche qui lui remet à l'entrée de la surface et elle conclut d'une frappe du gauche au ras du montant droit)
    2-0 Amel MAJRI 54' (Talonnade de Marozsan pour lancer Bacha sur la gauche qui centre pour la reprise de Majri qui ouvre son pied droit pour placer le ballon dans la lucarne gauche de Murphy)
    3-0 Amandine HENRY 56' (Centre tendu à mi-hauteur depuis la gauche de Bacha pour la tête plongeante à 8 m d'Henry qui ajuste Murphy sur sa droite)
    4-0 Ada HEGERBERG 83' (Centre depuis la droite de Cascarino pour la reprise de Van de Sanden au second poteau qui rebondit sur la barre, le ballon arrive à Hegerberg dans les 5,5 m qui reprend du gauche à bout portant)

    Avertissements : Marozsan 67' ; Torrecilla 68'
    OL : Bouhaddi ; Bronze, Buchanan, Renard (cap), Bacha ; Le Sommer (Cascarino 65'), Kumagai (Van de Sanden 80'), Henry (Abily 71'), Majri ; Marozsan, Hegerberg
    Banc : Peyraud-Magnin, Van de Sanden, Cascarino, Abily, Mbock
    MHSC : Murphy ; Torrent, Sembrant (cap), Dekker, Agard ; Cayman, Torrecilla, Veje (Blackstenius 65') ; Le Bihan (Mondesir 83') ; Gauvin (Toletti 70'), Jakobsson
    Banc : Toletti, Blackstenius, Mondesir, Gérard, Bourma


    SOYAUX - PSG : 0-3 (0-0)
    Spectateurs : 2 635
    Angoulême (Stade Lebon)
    Arbitre : Camille Soriano
    0-1 Marie-Laure DELIE 54' (Sur une remise de Hermoso côté droit en retrait pour Perisset à 20 m, elle centre au point de pénalty pour Délie qui croise sa reprise de la tête aux 5,5 m)
    0-2 Marie-Laure DELIE 69' (Centre depuis la droite de Périsset vers le second poteau sur Baltimore qui remise aussitôt en retrait sur Delie qui pivote face à Rouge pour marquer du droit dans la lucarne opposée)
    0-3 Irene PAREDES 87' (Coup franc côté gauche de Périsset qui dépose le ballon au second poteau sur Paredes à l'angle des 5,5 m qui place une tête dans un angle fermé sous la barre)

    Avertissements : Bourgouin 48', Boudaud 73' ; Diani 35'
    Soyaux : Munich ;Verges, Boudaud, Rouge, Awona ; Clérac (Courel 78'), Tandia (cap) ; Babinga (Canon 75'), Bourgouin, Dumont (Fleury 84') ; Tolmais
    Banc : Canon, Moinet, Collin, Fleury, Courel
    PSG : Endler ; Périsset, Paredes, Erika, Lawrence ; Formiga (cap), Geyoro ; Diani (Delie 52'), Hermoso (Diallo 67'), Baltimore (Boulleau 75') ; Katoto
    Banc : Boulleau, Hegerberg, Diallo, Delie, Voll

    Mercredi 9 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...SG_a14713.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  5. #80
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    CDF : Retour en chiffres sur les demi-finales
    Sandrine Dusang | 8 mai 2018



    Ce lundi 7 mai se sont jouées les demi-finales de Coupe de France. Comme on pouvait s’y attendre, Paris s’est imposé à Soyaux (3-0) tandis que Lyon a dominé Montpellier (4-0). Le leader du championnat et son dauphin se retrouveront en finale le 31 mai prochain, à Strasbourg, pour le remake de la saison dernière. Retour en chiffres sur les demi-finales.



    http://www.footdelles.com/cdf-retour...-demi-finales/
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  6. #81
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - La billetterie ouverte pour la finale PSG - OL du 31 mai

    La location pour la finale de la Coupe de France féminine 2018, le jeudi 31 mai prochain à Strasbourg (21h00), est ouverte. La finale de la Coupe de France féminine 2018 opposera le Paris Saint-Germain à l'Olympique Lyonnais, le jeudi 31 mai à 21 heures, à Strasbourg, au stade de la Meinau.




    Il est possible de se procurer des billets (dans une limite de 9 par commande) pour cette rencontre sur le site de la Fédération Française de Football : billetterie.

    Tarifs :
    Catégorie 1 : 20 euros
    Catégorie 2 : 15 euros
    Catégorie 3 : 10 euros
    Catégorie 4 : 5 euros

    >> CLIQUEZ ICI

    Dimanche 13 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ai_a14725.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  7. #82
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Le calendrier 2018-2019

    Retrouvez le calendrier de la 18e édition de la Coupe de France (ex-Challenge de France). La finale aura lieu le mercredi 8 mai 2019.




    Les Ligues devront présenter leurs qualifiés au plus tard à l'issue de la finale régionale le 4 novembre. Un calendrier plus condensé que les saisons précédentes en raison de la Coupe du Monde 2019 en France.
    Le nombre de qualifiés est également réduit avec l'entrée en lice des D1 en 16es de finale au lieu des 32es de finale.


    Premier tour fédéral (80 équipes - entrées des 24 D2) : 25 novembre
    32es de finale (40 équipes) : 16 décembre
    16es de finale (32 équipes - entrées des 12 D1) : 6 janvier
    8es de finale : 27 janvier
    Quarts de finale : 10 février
    Demi-finales : 10 mars
    Finale : mercredi 8 mai

    Lundi 14 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...19_a14731.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  8. #83
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Le PSG sans Patrice LAIR qui a signé officiellement à NIORT

    Patrice Lair, l'entraîneur du PSG, rejoint officiellement Niort (Ligue 2) et ne dirigera pas l'équipe parisienne pour la finale de la Coupe de France jeudi prochain.




    Patrice Lair est désormais le nouvel entraineur de Niort (Ligue 2). Alors que le club parisien lui avait proposé une prolongation d’un an en cas de victoire en Coupe de France jeudi face à l’OL, l'entraîneur ne sera même pas être sur le banc à Strasbourg. RMC qui avait indiqué ces derniers jours que Patrice Lair avait libéré sa maison en Île-de-France et a donc dirigé son dernier match face à Soyaux (0-3) et ne sera donc pas présent pour la finale de la Coupe de France.

    Il avait déjà donné son accord de principe il y a quelques jours et prendra les rênes de l'équipe à la reprise des entraînements. Le club parisien devra donc pallier à son absence pour le dernier match de la saison car celui-ci est en arrêt maladie rapporte l'Equipe. Opéré en décembre dernier, il lui a été prescrit de se reposer avant de prendre la tête des Chamois Niortais en Ligue 2. Ce sont ses adjoints qui officieront sur le banc jeudi soir et animeront les séances d’entraînements.

    Lundi 28 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...RT_a14768.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  9. #84
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Laure BOULLEAU jouera son dernier match jeudi soir

    A 31 ans, la latérale du PSG Laure Boulleau a annoncé qu'elle mettrait un terme à sa carrière à l'issue de la finale de la Coupe de France.




    C'est une joueuse très appréciée qui met un terme à sa carrière. Ses dernières saisons auront été perturbées par une succession de pépins physiques et une blessure à la cuisse gauche qui l'avait éloignée longtemps des terrains l'année dernière.

    Sa prolongation de contrat d'un an au PSG aura donc été la dernière pour Laure Boulleau. Arrivée au PSG en 2005, elle aura effectué 13 saisons sous les couleurs du club de la capitale connaissant son essor ces dernières années dont deux aventures européennes qui ont mené jusqu'à la finale en 2015 et 2017. Mais son seul titre, elle l'a finalement obtenu en 2010 avec un succès en finale de Coupe de France.

    Avec 220 matchs en D1 à son compteur, elle faisait partie de la génération Clairefontaine qui avait débuté en D1 en 2003 avec le CNFE. Après avoir débuté en sélections de jeunes, elle a connu la sélection A à 65 reprises (43 titularisations) dont une dernière sélection le 26 janvier 2016 face à la Norvège. Elle a vécu les épopées bleues avec la Coupe du Monde 2011 et les JO en 2012. Elle a également participé quelques minutes à la victoire du tournoi de Chypre en 2012.

    Actrice majeure du football féminin parisien et français, Laure Boulleau est également très active sur les réseaux sociaux et les médias nationaux en ont souvent fait une icône. Ce mardi, la kinésithérapeute de formation a pris un nouveau tournant dans sa carrière à l'issue de l'entraînement : « J’ai pris la décision de mettre un terme à ma carrière sportive, et c’est avec un énorme sourire que je l’annonce car je me sens prête. Je suis convaincue de pouvoir apporter sur d’autres terrains et que c’est le bon moment pour moi. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont croisé ma route tout au long de ma carrière et qui m’ont accompagnée. »



    https://youtu.be/zqnPJTklac4

    Mercredi 30 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Laure-BO...ir_a14779.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  10. #85
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Christiane ENDLER (PSG) : « Ce serait génial de finir la saison avec ce trophée »

    Devenue titulaire dans les cages du PSG après son arrivée l’été dernier, la Chilienne Christiane Endler, qui se plaît beaucoup à Paris, disputera ce jeudi la finale de la Coupe de France féminin face à Lyon. Une façon de conclure superbement une année déjà incroyable.


    photo FIFA.com

    Nous sommes quelques jours après la fin de ta première saison de D1 au Paris Saint Germain. Comment c’était ?

    Très bien ! C’était dur au début, car je découvrais un nouvel environnement, une nouvelle langue, de nouvelles coéquipières… mais je pense que je m’y suis habituée très rapidement ! J’aime être ici, j’adore la ville, mon équipe. Ça a été une très bonne saison pour moi car j’ai commencé en ne jouant jamais et maintenant je joue tout le temps donc ça me fait plaisir. Surtout que j’évolue à un bon niveau, donc c’est une saison qui me remplit de joie !

    Après l’Angleterre et l’Espagne, c’est le troisième championnat européen que tu découvres. Quelles sont les particularités de la D1 ?
    C’est plus professionnel ici. Il y a une meilleure organisation, des joueuses de plus grande qualité dans le championnat. Au niveau du jeu aussi, c’est plus rapide, plus physique, avec des joueuses du monde entier… J’adorais l’Espagne, pour y vivre, et caetera, mais ici c’est plus compétitif.

    Beaucoup de tes coéquipières étrangères, comme Andrine Hegerberg et Ashley Lawrence, revendique leur amour pour la capitale, et Saint-Germain-en-Laye. As-tu des endroits que tu préfères particulièrement toi aussi ?
    J’adore la forêt de Saint-Germain, c’est très agréable pour se promener, enfin sous le beau temps (sourire) ! Et puis la ville de Saint-Germain est un endroit merveilleux pour vivre, c’est petit, mais il y a tout. A l’inverse, Paris, c’est tellement grand ! Je suis allé visiter la Tour Eiffel, évidemment. Mais il y a tant de choses à apprendre, à visiter… A chaque fois que j’y vais je découvre quelque chose de nouveau. C’est si beau. Où qu’on aille c’est joli.

    Avec Paris vous avez décroché la qualification en Ligue des champions, ce sera la première fois de ta carrière que tu la joueras. Tu t’y vois déjà ?
    Ça a toujours été mon rêve de disputer cette compétition. J’ai évolué dans de bonnes équipes mais je n’en ai jamais eu l’occasion jusqu’ici, donc j’espère que l’an prochain je pourrai la jouer, et vivre un tournoi qui est connu à travers le monde, et que tout le monde veut jouer. C’est un rêve qui devient réalité. J’ai vu la finale entre Lyon et Wolfsburg la semaine passée, c’était un bon match. Pas le meilleur, mais Lyon méritait de gagner.

    Avec l’équipe que vous avez à l’heure actuelle, en dépit des arrivées et des départs dus au mercato, penses-tu que vous avez le potentiel pour atteindre le dernier carré ?
    Je pense oui, on est une bonne équipe ! Dans notre championnat, où qu’on joue, c’est difficile. Il y a Lyon qui est la meilleure équipe d’Europe et qui est loin devant mais si nous jouons contre des équipes de notre calibre je pense qu’on a des joueuses avec un talent suffisant pour atteindre les demies. Il va falloir travailler et être prêtes pour l’évènement.

    C’est une année extraordinaire pour toi qui t’es aussi qualifiée pour la Coupe du Monde en sélection, avec le Chili ! Comment était la Copa América ?
    Génial ! Jouer à la maison, devant des stades remplis à chaque fois… Les gens ont beaucoup apprécié le tournoi, ce n’était pas commun ce genre d’évènement chez moi parce que le foot féminin est un peu nouveau, donc pour nous c’était vraiment une belle expérience que cette qualification, la première de notre histoire. C’est un autre rêve qui devient réalité (sourire) !

    Tu considères que le niveau du foot féminin sud-américain devient meilleur ?
    Oui, cela grandit, les pays travaillent de plus en plus pour la discipline, ils font de leur mieux pour organiser des championnats professionnels là-bas… Je pense qu’il faudra juste du temps pour avoir plus de structures, et de soutien de la part du gouvernement et des sponsors. Ce sera de mieux en mieux dans le futur, et j’espère qu’un jour, les femmes pourront également vivre du football au Chili. Parmi mes coéquipières en sélection, beaucoup viennent du Chili, mais maintenant on a aussi pas mal de joueuses qui jouent en Europe, au Japon, aux Etats-Unis, au Brésil et en Colombie... Aujourd’hui si les joueuses chiliennes veulent progresser, elles doivent partir du Chili.

    Patrice Lair quitte le club, qu’as-tu appris de lui ?
    Il me disait d’avoir toujours confiance en moi, que j’avais les capacités physiques de jouer et que j’en étais capable, mais qu’il fallait que je continue de travailler dur. Il m’a aussi donné l’opportunité de jouer en France donc je lui en suis très reconnaissante, j’espère qu’il fera du bon boulot avec sa nouvelle équipe (Niort, où il s’est engagé pour 2 ans, NDLR).

    Et donc jeudi, pour toi, ce sera le premier titre avec le PSG ?
    J’espère bien, on travaille pour ça ! Ce serait génial de finir la saison avec ce trophée, ce sera bon pour Paris et ce sera bien pour nous ! »

    Mercredi 30 Mai 2018
    Vincent Roussel

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ee_a14785.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  11. #86
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Le parcours du PSG (vidéo et compos)

    Le PSG a éliminé quatre D1 et une D2 au cours de ses cinq rencontres de qualification cette saison. Retrouvez tout sur ce parcours


    32e de finale


    https://www.dailymotion.com/video/x6csxmx

    PSG - LILLE OSC (D1) : 1-0 (0-0), à Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre)
    Arbitre : Elodie Coppola - 250 spectateurs
    But : Katoto 74'
    PSG : Endler ; Paredes, Erika, Berglund (Baltimore 40') ; Lawrence, Hermoso (Diallo 58'), Formiga (cap.), Geyoro, Boulleau (Périsset 70') ; Diani, Katoto. Entr. : Lair.

    1-0 Katoto (74') : Diani à droite sert Katoto qui réussit un contrôle à 20 m et vient d'un pointu du droit devancé la sortie de Launay


    16e de finale

    https://youtu.be/OBF4_lMeLEo

    PARIS FC (D1) - PSG : 0-2 (0-0), à Paris (Stade Sébastien Charléty)
    Arbitre : Céline Bagrowski - 1 504 spectateurs
    Buts : Paredes 80', Katoto 81'
    PSG : Endler ; Perisset, Paredes, Erika, Lawrence ; Formiga (cap.), Geyoro, Hermoso (Diallo 74') ; Diani (Boussaha 88'), Delie (Pekel 58'), Katoto.

    0-1 Paredes (80') : Coup franc de Périsset excentré à gauche, à 30 m, qui trouve Paredes au second poteau, à 5 m, qui place une tête décroisée
    0-2 Katoto (81') : Périsset lance Katoto côté droit en profondeur, qui entre dans la surface, crochète De Almeida et enroule une frappe du gauche dans le petit filet droit


    8e de finale

    https://youtu.be/pac0mm41IHo

    PSG - RODEZ AF (D1) : 5-1 (3-0), à Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre)
    Arbitre : Savina Elbour - 300 spectateurs
    Buts : Hermoso 12', 32', Katoto 20', Baltimore 60', Delie 80' ; Mabomba 46'
    PSG : Kiedrzynek ; Perisset, Erika (Dudek 46'), Paredes, Lawrence ; Formiga (cap.) (Hegerberg 69'), Diallo ; Diani, Hermoso, Baltimore (Delie 60') ; Katoto.

    1-0 Hermoso (12') : Frappe du gauche depuis le côté gauche juste devant la surface pour envoyer le ballon dans la lucarne opposée
    2-0 Katoto (20') : Coup franc à 30 m de Périsset qui trouve Katoto qui remet dans le couloir à Hermoso qui centre en retrait pour Katoto qui vient couper du droit au premier poteau
    3-0 Hermoso (32') : Diani accélère à droite et délivre un caviar repris de la tête par Hermoso qui ajuste à bout pourtant au second poteau la gardienne
    3-1 Mabomba (46') : Sur l'engagement, une passe en profondeur surprend la défense centrale, et Mabomba se retrouve en face-à-face et marque du plat du pied
    4-1 Baltimore (60') : Périsset lance Diani sur la droite qui délivre un centre pour Baltimore qui vient reprendre de volée au 2e poteau
    5-1 Delie (80') : Passe de Katoto pour Delie qui réalise un enchainement et pivote pour conclure du droit


    Quart de finale

    https://www.dailymotion.com/video/x6hx196

    AS SAINT-ÉTIENNE (D2) - PSG : 0-3 (0-1), à Saint-Étienne (Stade de l'Etivallière - R1)
    Arbitre : Céline Bagrowski - 300 spectateurs
    Buts : Delie 27', Katoto 65', Eve Perisset 79' s.p.
    PSG : Kiedrzynek ; Perisset (Kergal 80'), Paredes (cap.), Dudek, Lawrence ; Diani, Geyoro, Hegerberg (Boulleau 46'), Baltimore (Boussaha 75') ; Katoto, Delie

    0-1 Delie (27') : Longue ouverture de Paredes qui trouve Delie à l'entrée de la surface qui place une frappe lobée du droit)
    0-2 Katoto (65') : Corner de Périsset repris de la tête au second poteau dans
    0-3 Périsset (79' s.p.) : Faute sur Katoto. Penalty frappé par Périsset qui ouvre son pied droit et prend Chavas à contre-pied


    Demi-finale

    https://www.dailymotion.com/video/x6j3gjm

    ASJ SOYAUX (D1) - PSG : 0-3 (0-0), à Angoulême (Stade Lebon)
    Arbitre : Camille Soriano - 2 635 spectateurs
    Buts : Delie 54', 69', Paredes 87'
    PSG : Endler ; Perisset, Paredes, Erika, Lawrence ; Formiga (cap.), Geyoro ; Diani (Delie 52'), Hermoso (Diallo 67'), Baltimore (Boulleau 75') ; Katoto.

    0-1 Delie (54') : Sur une remise de Hermoso côté droit en retrait pour Perisset à 20 m, elle centre au point de pénalty pour Délie qui croise sa reprise de la tête aux 5,5 m
    0-2 Delie (69') : Centre depuis la droite de Périsset vers le second poteau sur Baltimore qui remise aussitôt en retrait sur Delie qui pivote face à Rouge pour marquer du droit dans la lucarne opposée
    0-3 Paredes (87') : Coup franc côté gauche de Périsset qui dépose le ballon au second poteau sur Paredes à l'angle des 5,5 m qui place une tête dans un angle fermé sous la barre

    Jeudi 31 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...os_a14786.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  12. #87
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Le parcours de l'OL (vidéo et compos)

    Retour sur le parcours lyonnais avec 56 buts inscrits en 5 rencontres !


    32e de finale


    https://youtu.be/_PqNA_Ew4U8

    RACING BESANCON (DH) - LYON : 0-20 (0-9), à Besançon (Stade Léo Lagrange)
    3 829 spectateurs - Arbitre : Victoria Beyer
    Buts : Ada Hegerberg 2', 50', 61', 76', Le Sommer 3', 36', 39', 70', Abily 7', 43', 73', Majri 11', Cascarino 15', 55', Marozsán 20', 78', Renard 47', Hamraoui 59', 75', Lombardot 67' c.s.c.
    OL : Peyraud-Magnin ; Bronze, Mbock, Renard (cap.), Majri (Bacha 56') - Henry (Kumagai 56'), Abily, Marozsán ; Cascarino (Hamraoui 56'), Hegerberg, Le Sommer

    0-1 Hegerberg (2') : Centre de Cascarino depuis de la droite, Hegerberg jaillit et place une tête piquée à bout portant plein axe
    0-2 Le Sommer (3') : Majri à gauche glisse à Le Sommer oubliée par la défense qui part battre la gardienne d'une frappe du droit dans le petit filet opposé
    0-3 Amel Majri (7') : Centre de Le Sommer pour Bronze au 2e poteau qui remet en retrait sur Abily au point de penalty. Parade de la gardienne, mais Majri a suivi et reprend du gauche à bout portant
    0-4 Amel Majri (11') : Tête plongeante de Majri à 2 m sur un centre venu de la droite de Cascarino
    0-5 Cascarino (15') : Centre de Majri depuis la gauche qui trouve Abily qui remet en retrait sur Cascarino qui élimine Favre et trompe Lavèvre d'un tir croisé puissant du droit
    0-6 Marozsán (20') : Hegerberg décale pour Cascarino à droite à l'entrée de la surface qui donne un caviar pour Marozsán seule dans la surface qui reprend du droit face au but
    0-7 Le Sommer (36') : Action avec Abily pour Cascarino à droite qui trouve Bronze dans la surface sur la droite qui délivre une offrande pour Le Sommer à gauche qui ouvre son pied gauche à 6 m pour trouver la lucarne
    0-8 Le Sommer (39') : Suite à un corner, Majri à droite centre côté opposé pour Renard qui remet en retrait sur Abily qui dévisse sa reprise mais le ballon arrive sur Le Sommer démarquée dans les 5,5 m à droite, récupère le ballon et marque du plat du droit
    0-9 Abily (43') :Centre de Majri depuis la gauche pour Abily qui reprend sans contrôle du droit à 10 m
    0-10 Renard (47') : Suite à un corner d'Abily, le ballon est renvoyé dans l'axe à 20 m sur Cascarino qui place une frappe contrée par Hegerberg mais Renard récupère sur la gauche des 5,5 m et fusille la gardienne d'un tir croisé du droit
    0-11 Hegerberg (50') : Corner d'Abily repris par Hegerberg de la tête plein axe à 3 m
    0-12 Cascarino (55') : Marozsan trouve Bronze côté droit de la surface qui délivre une passe à ras de terre pour Cascarino qui reprend du droit à 6 m
    0-13 Hamraoui (59') : Lancée par Mbock, Bronze déborde à droite et centre pour Hamraoui qui reprend du droit à 5 m
    0-14 Hegerberg (61') : Hamraoui trouve Hegerberg côté gauche dans la surface et s'avance pour marquer d'un tir croisé du gauche
    0-15 Lombardot (67' c.s.c.) : Centre de Le Sommer depuis la droite, Lombardot, en tentant de dégager à 3 m du but, marque contre son camp du droit
    0-16 Le Sommer (70') : Hamraoui côté gauche trouve Le Sommer dans la surface à l'opposé qui contrôle et place une frappe du droit en force à 5 m que la gardienne touche
    0-17 Abily (73') : Servie par Hamraoui, Abily dans l'axe à 25 m place un lob du droit qui retombe comme une feuille morte
    0-18 Hamraoui (75') : Remise d'Abily en retrait sur Hamraoui qui place une reprise du droit de 16 m dans la lucarne gauche de la gardienne
    0-19 Hegerberg (76') : Ouverture d'Hamraoui vers le côté gauche sur Bacha qui s'avance dans la surface et centre pour Hegerberg qui reprend d'un tacle puissant du droit
    0-20 Marozsán (78') : Abily sert Le Sommer à l'entrée de la surface qui remet d'une talonnade pour Marozsan qui marque depuis l'entrée de la surface du droit à ras de terre


    16e de finale

    LYON - FF YZEURE AA (D2)
    : 10-0 (5-0)[/B], à Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center)
    676 spectateurs - Arbitre : Lisa Coste
    Buts : Le Sommer 7', 33', 44', Renard 12', 64', Petit 32', Marozsan 49', Bacha 61', Abily 70', Hamraoui 72'
    OL : Peyraud-Magnin ; Petit, Mbock, Renard (cap.), Bacha ; Kumagai, Marozsan, Abily ; Van de Sanden (Hamraoui 46'), Le Sommer (Henry 61'), Majri (Cascarino 46')

    1-0 Le Sommer 7' (Centre de Bacha repris par Le Sommer au deuxième poteau)
    2-0 Renard 12' (Passe de Petit dans la surface pour Renard)
    3-0 Petit 32' (Corner de Marozsán repris de la tête par Petit)
    4-0 Le Sommer 33' (Reprise de la tête de Le Sommer)
    5-0 Le Sommer 44' (Ouverture de Marozsán pour Le Sommer, dos au but, qui pivote et marque du gauche)
    6-0 Marozsán 49' (Passe de Cascarino entre deux défenseures pour Marozsán qui marque à bout portant)
    7-0 Bacha 61' (Coup franc direct frappé du gauche à 25 m)
    8-0 Renard 64' (Corner repris de la tête par Renard)
    9-0 Abily 70'
    10-0 Hamraoui 72'


    8e de finale

    https://twitter.com/OL/status/1001781265677406208

    LYON - TOULOUSE FC (D2) : 11-0 (4-0), à Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center)
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto - 473 spectateurs
    Buts : Cascarino 12', Le Sommer 20', 48', 84', Mbock 24', Hamraoui 43', 90+1', Abily 54', 87', Brian 68', Laurent 73'
    OL : Peyraud-Magnin ; Petit, Buchanan, Mbock, Bacha ; Brian, Hamraoui, Abily (cap.) ; Thomis (Laurent 60'), Le Sommer, Cascarino.

    1-0 Cascarino (12') : Le Sommer déborde à droite et centre en retrait pour la reprise de Thomis, sauvée par une défenseure sur la ligne, mais Cascarino conclut du droit à bout portant
    2-0 Le Sommer (20') : Thomis à droite sert Petit qui centre pour la reprise d'une tête piquée de Le Sommer plein axe
    3-0 Mbock Bathy Nka (24') : Suite à un corner, la gardienne relâche le ballon et Mbock reprend du gauche en force à 6 m
    4-0 Hamraoui (43') : Frappe du droit de 25 m qui termine dans la lucarne opposée sur la droite de la gardienne
    5-0 Le Sommer (48') : Abily à gauche trouve Le Sommer qui contrôle de la poitrine et enchaine par une reprise du gauche en demi-volée à 6 m
    6-0 Abily (54') : Accélération de Thomis à droite qui centre au cordeau pour la reprise de la tête d'Abily à 10 m
    7-0 Brian (68') : Coup franc d'Abily à 25 m côté gauche qui est repris du droit en déviation par Brian à 9 m
    8-0 Laurent (73') : Le Sommmer accélère à droite et entre dans la surface pour centrer en retrait sur Laurent qui met son pied droit à 6 m en opposition
    9-0 Le Sommer (84') : Cascarino à droite centre pour la reprise de la tête plein axe à 5 m de Le Sommer
    10-0 Abily (87') : Cascarino à droite centre en retrait sur Abily à 14 m qui reprend du droit et place le ballon au ras du montant gauche
    11-0 Hamraoui (90+1') : Servie par Mbock, Hamraoui tente sa chance à 30 m d'une frappe lourde du droit que la gardienne relâche


    Quart de finale

    https://youtu.be/k4vJjO_YPLk

    ARRAS FCF (D2) - LYON : 0-11 (0-6), à Arras (Stade Degouve Brabant)
    Arbitre : Victoria Beyer - 1 428 spectateurs
    Buts : Hegerberg 2', 6', Cascarino 5', Hamraoui 19', 52', Abily 30', Lefevre 38' csc, 90+2' csc, Denis 57' csc, Bacha 69', Le Sommer 90+1'
    OL : Peyraud-Magnin ; Bronze (Petit 63'), Buchanan, Renard (cap.), Houara d'Hommeaux ; Hamraoui, Marozsán (Le Sommer 63'), Abily ; Cascarino (Henry 63'), Hegerberg, Bacha

    0-1 Hegerberg (2') : Coup franc de Marozsan à 30 m côté droit, repris d'une tête décroisée par Renard côté opposé puis repoussée par la gardienne, Hegerberg se jette pour conclure du droit à bout portant au ras du montant gauche)
    0-2 Cascarino (5') : Cascarino côté droit place un centre-tir du droit qui trompe Mancion sous la barre)
    0-3 Hegerberg (6') : Centre de Bacha depuis la gauche dévié du plat du pied droit au premier poteau par Hegerberg)
    0-4 Hamraoui (19') : Centre depuis la droite de Abily sur Bacha à gauche qui centre dans l'axe sur Marozsan au point de penalty qui remet pour Hamraoui qui reprend du droit en plaçant le ballon au ras du montant gauche)
    0-5 Abily (30') : Coup franc plein axe à 20 m frappé par Abily du droit qui va se loger au ras du montant droit)
    0-6 Lefèvre (38' c.s.c.) : Accélération de Bronze à droite qui joue à l'entrée de la surface en appui avec Albily puis centre fort devant le but, Lefèvre dévie contre son camp sous la pression d'Hegerberg)
    0-7 Hamraoui (52') : Coup franc de Marozsan excentré à droite repris de la tête par Hamraoui aux 6 m)
    0-8 Denis (57' c.s.c.) : Lancée par Renard, Hegerberg entre côté gauche de la surface et Denis en intervenant dans ses pieds envoie le ballon au fond au premier poteau)
    0-9 Bacha (69') : Lancée côté gauche par Hamraoui, après une action côté gauche, Bacha frappe du gauche au premier poteau)
    0-10 Le Sommer (90+1') : Abily sert dans l'axe Le Sommer à l'entrée de la surface qui place une frappe du droit au ras du montant gauche)
    0-11 Lefèvre (90+2') : Henry lance Le Sommer sur la droite qui s'avance jusqu'au bout puis centre en retrait, Lefèvre coupe au premier poteau et dévie contre son camp)


    Demi-finale

    LYON - MONTPELLIER HSC (D1) : 4-0 (1-0)
    , à Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center)
    Arbitre : Maika Vanderstichel - 1 092 spectateurs
    Buts : Le Sommer 19', Majri 54', Henry 56', Hegerberg 83'
    OL : Bouhaddi ; Bronze, Buchanan, Renard (cap.), Bacha ; Le Sommer (Cascarino 65'), Kumagai (van de Sanden 80'), Henry (Abily 71'), Majri ; Marozsán, Hegerberg

    1-0 Le Sommer (19') : Le Sommer accélère dans l'axe depuis le rond central joue en une-deux avec Majri sur la gauche qui lui remet à l'entrée de la surface et elle conclut d'une frappe du gauche au ras du montant droit
    2-0 Majri (54') : Talonnade de Marozsan pour lancer Bacha sur la gauche qui centre pour la reprise de Majri qui ouvre son pied droit pour placer le ballon dans la lucarne gauche de Murphy
    3-0 Henry (56') : Centre tendu à mi-hauteur depuis la gauche de Bacha pour la tête plongeante à 8 m d'Henry qui ajuste Murphy sur sa droite
    4-0 Hegerberg (83') : Centre depuis la droite de Cascarino pour la reprise de Van de Sanden au second poteau qui rebondit sur la barre, le ballon arrive à Hegerberg dans les 5,5 m qui reprend du gauche à bout portant

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...os_a14787.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  13. #88
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Amandine HENRY (OL) : "Je m'attends à une belle finale"

    La milieu de terrain lyonnaise évoque cette finale de Coupe de France alors que l'OL peut réaliser un nouveau triplé.



    Que représente pour vous cette finale de Coupe de France 2018 ?

    Pour l’OL, ce serait la cerise sur le gâteau de finir la saison sur un triplé. La Coupe de France est une compétition importante, elle met en lumière le football féminin. Cela nous tient à coeur de la remporter. Cela fait six ans que le trophée est à Lyon. On vient de remporter une nouvelle Ligue des Champions donc ce serait, quelque part, normal que les championnes d’Europe gagnent la Coupe de France mais on sait que ça ne va pas être facile, les parisiennes nous l’ont montré récemment en championnat, elles ne vont rien lâcher. Je m’attends à une belle finale.

    Le PSG est la dernière à avoir battu l’OL ?
    A titre personnel, j’ai déjà perdu contre Paris, c’était en Ligue des Champions (2014-2015), et j’en garde un très, très, mauvais souvenir. Sans leur entraîneur qui insistait beaucoup sur le mental, on va voir. A mon avis, il va essayer de remonter ses troupes pour essayer de nous battre. Nous, on est en confiance puisqu’on vient de gagner la Ligue des Champions, mais il ne faudra pas se reposer là-dessus.

    Un mot sur la Meinau, c’est la première fois qu’une finale de Coupe de France féminine va se disputer dans un stade de Ligue 1.
    Cela fait plaisir de jouer dans un tel stade. On va être dans les meilleurs conditions, on sera dans un bel environnement, le public va répondre présent aussi j’en suis sûre. C’est la preuve aussi que le football féminin avance, évolue et qu’il est de plus en plus reconnu.

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...le_a14791.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  14. #89
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Kadidiatou DIANI : « On a vraiment à cœur de remporter un titre »

    Arrivée l’été passé, la jeune (23 ans) attaquante du PSG Kadidiatou Diani s’apprête à disputer le dernier match de la saison avec le club de la capitale, en finale de Coupe de France féminine à La Meinau ce jeudi. L’occasion de soulever le premier trophée de sa carrière en club, même si face à l’ogre lyonnais, rien ne sera facile.



    Vous venez de valider votre place en Ligue des champions (en battant Soyaux ce week-end lors de la dernière journée de championnat, le PSG assuré sa deuxième place, NDLR), l’objectif fixé en début de saison. C’était un soulagement pour l’équipe ?

    Oui parce que je pense que cette année, ça a manqué à certaines de mes coéquipières de jouer la Ligue des champions ! Elles avaient l’habitude d’y aller chaque année, du coup cette saison ça devait être un peu dur pour elles. Moi personnellement j’avais l’habitude de ne pas la jouer depuis quelques années, donc ça ne me changeait pas mon quotidien non plus. Finir deuxièmes (en championnat) et savoir qu’on aura l’occasion de rejouer la Ligue des champions l’an prochain, on en est très fières c’est sûr.

    Toi qui connais bien la Coupe d’Europe (elle a joué les demi-finales en 2013 avec Juvisy), tu penses qu’avec cet effectif, indépendamment des départs et des arrivées qu’il y aura cet été, vous avez le potentiel pour aller loin ?
    Pour moi ça fait longtemps maintenant (sourire) ! Oui, on a de bons arguments pour pouvoir prétendre à la Ligue des champions, et aller loin.
    Cette qualification, ça vous libère par rapport à cette finale de Coupe de France que vous devez disputer ce jeudi ?
    Un peu ! On va y aller la tête vide, en essayant de remporter le trophée même si on sait pertinemment que ça ne va pas être facile, mais on se prépare au mieux.

    Le fait que le club coure derrière un titre depuis de nombreuses années (depuis 2010, et une victoire finale en Coupe de France, déjà), ça en devient fatiguant parfois ? Ça vous trotte dans la tête ?
    Je ne vais pas dire que c’est fatiguant, car on a vraiment à cœur de remporter un titre puisque depuis plusieurs saisons, ce sont les Lyonnaises qui raflent tout, et on aimerait bien avoir cette joie, et cette fierté de remporter un titre. Chaque année, on se donne cet objectif, il n’a pas encore été atteint, c’est vrai, mais on espère que la donne va changer ce jeudi.

    La cinquième ligue des champions obtenue par les Fenottes jeudi dernier, ça vous donne une chance en plus de l’emporter ?
    Non. A mon avis elles seront toujours dans le rythme, elles vont répondre présentes. En tout cas de notre côté, on s'attend à un match difficile.

    Vous avez quand même acquis des certitudes face à elles lors du match nul (0-0) réalisé chez vous en championnat il y a deux semaines ?
    Oui, c’était un résultat correct, même si on n’a pas gagné. Mais c’était leur première « contre-performance » de la saison, on est la première équipe à la avoir dérangé, c’est prometteur donc on va à Strasbourg pour remporter le trophée.

    Patrice Lair (entraîneur du PSG depuis 2016, NDLR) ne sera pas sur votre banc après sa signature pour deux saisons à Niort. Ce sera le cas de l’un de ses adjoints, Bernard Mendy. Qu’est-ce qu’il apportait en plus du coach jusqu’ici ?
    Il nous donne beaucoup de conseils sur le terrain, il essaye d’apporter sa touche, c’est un plus pour nous et je pense qu’on en avait besoin, c’est une bonne chose qu’il soit à nos côtés !

    Le fait qu’il ait lui aussi évolué sur un côté (latéral droit), ça a donné lieu à des échanges particuliers entre vous ?
    Oui ! De temps en temps il venait pour me conseiller quand il voyait que ça n’allait pas sur certains points, que je faisais mal les choses. Il essayait de me corriger sur le placement etc… Ce sont des bons conseils qu’il donne !

    Pour en revenir à Patrice Lair, qu’est ce qui t’as marqué chez cet entraîneur ?
    Il m’a beaucoup fait progresser cette saison, je suis vraiment contente d’avoir rejoint cette équipe. C’est un bon coach, après c’est vrai qu’il a un gros caractère (sourire). Si je me suis faite rouspétée ? Moins qu’à Juvisy, là c’était 24 heures sur 24 (rires) ! Non plus sérieusement j’ai connu pire. Mais grâce à lui j’ai réussi à passer un cap, à évoluer notamment sur la façon de je travaille, parce qu’il a cette exigence, cette tendance à ne jamais être satisfait. Je lui en suis reconnaissante.

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...re_a14788.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  15. #90
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Infos avant la finale

    Dernier rendez-vous de la saison, le PSG est opposé ce jeudi soir à Lyon en finale de la Coupe de France à Strasbourg (21h00, France 4 et Eurosport)



    La der de Boulleau, sans Lair et voyage galère


    Le PSG n'a pas connu une préparation des plus idéales pour cette finale de Coupe de France. Tout d'abord, Le Parisien a rapporté la mésaventure des Parisiennes pour rallier Strasbourg. Parties avec leur car du centre d'entraînement de Bougival, elles se sont retrouvées bloquées dans les embouteillages provoqués par la grève ce mercredi matin. Conséquence, elles ont manqué leur train pour Strasbourg, et ont du en prendre un autre après, pour finalement arriver à temps pour l'entraînement à la Meinau.

    Ensuite, c'est son entraîneur que l'équipe parisienne s'est déplacée à Strasbourg. Patrice Lair qui vient de s'engager avec Niort (Ligue 2). Une absence justifiée par un arrêt médical que l'entraîneur a motivé au site lesfeminines.fr : "La fatigue. Je me suis fait opérer au mois de décembre. Je n’avais pas été là pour le match contre Rodez. On m’avait conseillé de me reposer. Je ne suis pas quelqu’un qui lâche. J’ai continué, continué, et là je suis très fatigué. Je suis allé voir mon chirurgien qui m’a conseillé de me reposer. Là c’était compliqué, je ne voudrais pas exploser surtout que je reprends l’entraînement dans trois semaines. On reprend le 18 Juin à Niort." C'est donc ses adjoints avec notamment Bernard Mendy et Toru Ota qui ont dirigé les dernières séances pour préparer le groupe. Une absence que Périsset écarte : "On essaye de ne pas y penser. On va être très solidaires entre nous pour faire un gros match et essayer de remporter cette finale"

    Un groupe où Formiga qui s'est blessée dimanche dernier à Soyaux au pied droit va manquer. La capitaine habituelle de l'équipe, métronome, devrait être la seule absence de l'effectif : Endler, Kiedrzynek ; Périsset, Erika, Paredes, Lawrence, Dudek, Geyoro, Boulleau, Kergal, Boussaha, Diani, Diallo, Hermoso, Baltimore, Hegerberg, Katoto, Pekel.

    Cette finale a été également été marquée par l'annonce de Laure Boulleau de mettre un terme à sa carrière de joueuse. La latérale du PSG qui a connu plusieurs pépins physiques ces dernières années espère bien finir sa carrière en beauté.

    L'OL en mode record et derniers hommages



    Camille Abily, Elodie Thomis et Corine Petit vont tirer leur dernière révérence ce soir au stade de la Meinau. Et cela pourrait être avec un nouveau triplé historique. La capitaine Wendie Renard attend avec impatience ce rendez-vous avant une petite escapade à Saint-Tropez pour fêter la fin de saison : "On a hâte de bien finir la saison. On a jusqu’à présent rempli tous nos objectifs. Il en reste un". L'opposition parisienne ne fait pas peur à la capitaine, cependant méfiante de l'entame de match : "On sait très bien que le PSG court après des titres depuis plusieurs années. On va tout faire pour entamer ce match du mieux possible, se donner les moyens de l’emporter et continuer à écrire l’histoire. C’est une finale".

    Pour Reynald Pedros, il ne faut plus compter : "C'est le dernier match donc ça veut dire qu'on peut se lâcher, tout donner, encore plus...". La finale se jouera par contre sans Jessica Houara d'Hommeaux et Sarah Bouhaddi, toutes deux blessées. La première va devoir se faire opérer du genou après être sortie blessée dimanche dernier à Rodez, la seconde souffre d'une fracture du 5e métacarpe et a été opérée lundi. Elle doit désormais observer une période d’indisponibilité estimée entre 8 et 10 semaines. Peyraud-Magnin prendra sa place dans le but comme cela l'a été à quatre reprises en Coupe de France cette saison.

    Pedros a emmené un groupe de 19 joueuses alors que 18 pourront figurer sur la feuille de match : Bruneau, Peyraud-Magnin ; Bacha, Bronze, Buchanan, Mbock, Renard, Petit ; Abily, Hamraoui, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan ; Cascarino, Hegerberg, Laurent, Le Sommer, van de Sanden

    Deux Hegerberg sur le terrain

    Déjà opposées lors du match retour de championnat, les deux soeurs norvégiennes Ada et Andrine Hegerberg vont se retrouver adversaires ce jeudi. Mais pas de sentiment pour Ada : "Avec ma soeur Andrine, on aura chacune envie de gagner. On sera soeurs en dehors du terrain mais on ne se fera pas de cadeau pendant le match. En tout cas, je suis très contente qu'elle soit à Paris, ça me permet de plus profiter d'elle."



    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...le_a14789.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  16. #91
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    CDF : PSG-OL, bien plus qu’une finale !
    Sandrine Dusang | 31 mai 2018



    Ce jeudi 31 mai, à Strasbourg (21h00), se jouera le dernier match de la saison 2017-2018, et pas des moindres puisqu’il s’agit de la finale de Coupe de France entre les deux cadors de D1, le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais. Les deux clubs qui se sont récemment quittés sur un score nul et vierge en championnat semblent prêts à nous livrer une belle finale. Reste à savoir qui la remportera. Présentation.


    Alors que l’Olympique Lyonnais a déjà un doublé championnat/Ligue des Champions en poche, le Paris Saint-Germain court lui, toujours après un titre. Si les joueuses de la capitale ont décroché leur ticket pour la prochaine Ligue des Champions, cela n’ajoute malheureusement pas de ligne à leur palmarès. Alors les Parisiennes parviendront-elles à remporter la Coupe de France cette saison et à empêcher les Lyonnaises de filer vers un nouveau triplé, comme ce fut déjà le cas en 2012, 2016 et 2017 ?

    Pas de comparaison mais quand même

    Difficile de comparer les parcours de deux équipes lorsque les adversaires ne sont pas les mêmes pour l’un et l’autre, mais on ne peut pas ne pas parler des chiffres obtenus par les finalistes de cette Coupe de France tellement ceux de l’Olympique Lyonnais sont incroyables. Les Lyonnaises qui ont rencontré Besançon, Yzeure, Toulouse, Arras et Montpellier, n’ont pas laissé une miette à leurs adversaires. En effet, en cinq rencontres, l’OL a inscrit la bagatelle de 56 buts – soit une moyenne de 11,2 buts par match – et n’en a pas encaissé le moindre. Du côté du Paris Saint-Germain, avec pour adversaires Lille, le Paris FC, Rodez, Saint-Etienne et Soyaux, soit quatre clubs de D1 sur 5, le parcours a été moins spectaculaire et les joueuses de la capitale sortent avec un bilan de 14 buts inscrits – soit 2,8 buts par match tout de même – et 1 seul encaissé.



    Derrière le nombre de buts inscrits il y a forcément des joueuses, et à ce petit jeu là, c’est Eugénie Le Sommer qui s’est le plus distinguée. Avec huit réalisations au compteur, la Lyonnaise est la meilleure buteuse de la compétition. Derrière elle, ses coéquipières Kheira Hamraoui (5 buts), Camille Abily (4 buts), Ada Hegerberg (3 buts), et les Parisiennes, Marie-Antoinette Katoto (3 buts), Marie-Laure Délie, et Jennifer Hermoso (2 buts).

    3 finales, 3 victoires pour Lyon

    Cette finale sera la quatrième entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais. Dans les trois précédentes, ce sont les Lyonnaises qui se sont imposées à chaque fois. En 2008, même si les effectifs étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui – seulement Boulleau et Delie au PSG, et Abily, Thomis et Renard à l’OL – , Lyon s’était imposé 3 buts à 0 (Cruz, Nécib, Abily). Six ans plus tard – en 2014, sous la houlette de Patrice Lair, les Rhodaniennes remportaient à nouveau le titre grâce à une victoire 2 buts à 0 (Dickenmann, Petit). La troisième victoire lyonnaise face au PSG la saison dernière, aura été plus difficile à aller chercher, puisque c’est aux tirs au but que les deux équipes s’étaient départagées (1-1, puis 7-6 aux TAB).



    Pour Camille Abily, qui s’attend à « un match très serré et peut-être un peu fermé », une éventuelle quatrième victoire lyonnaise pourrait se dessiner « en étant efficace et en inscrivant le premier but de la partie ».

    Une finale encore plus spéciale

    Après avoir obtenu le match nul (0-0) lors de la 21e journée de championnat, les Parisiennes espèrent et Irène Paredes déclare sur le site du club : « Nous sommes très motivées. Nous avons fait un match solide contre les Lyonnaises en championnat récemment, mais on sait aussi que pour gagner il faut un petit quelque chose en plus. On continue à travailler pour rester costaud derrière, pour concrétiser nos occasions, et décrocher ce trophée ». Pas de doute sur le fait que les Parisiennes aient travaillé pour corriger certaines choses et en améliorer d’autres, mais lorsque Grace Geyoro annonce qu’elles se sont « bien préparées pour ce match » et qu’elles « essaient de l’aborder de la meilleure des manières » on imagine que cela n’a pas dû être si simple. En effet, cette semaine les joueuses de la capitale se sont entrainées sans leur coach, Patrice Lair.



    Lui qui s’est engagé avec Niort (Ligue 2) en début de semaine, est en arrêt maladie et ne finira pas la saison avec ses joueuses. Si ce point peut gâcher un peu le plaisir des Parisiennes, il en est un autre qui pourra être plus motivant : la fin de carrière de Laure Boulleau ! Sur le site du club Grace Geyoro a évoqué cet événement et fait part de son envie de réussir pour sa coéquipière : « On sait à quel point Laure aime le club. Et on sait aussi ce qu’elle représente ici. Forcément, ça nous donne envie d’aller chercher ce titre pour elle. On l’admire toutes beaucoup, et elle mérite de partir sur un trophée, on va tout faire pour gagner et soulever la Coupe toutes ensemble ».

    Mais le son de cloche est un peu identique côté lyonnais, puisque cette rencontre sera la dernière pour Camille Abily, Corine Petit et Elodie Thomis. En plus de finir sur une victoire pour les « remercier », les joueuses de Reynald Pedros voudront évidemment finir en beauté avec un quatrième triplé – un troisième d’affilée. Camille Abily, l’une des principales intéressées confie : « Je me sens bien, mais je pense que je ne réalise pas encore. Je veux juste profiter des derniers moments et j’espère que cela se terminera sur une ultime victoire, significative de trophée et de triplé ! ». On s’attendait déjà à une finale intéressante, mais avec ces éléments qui vont bien au-delà du terrain de cette finale, cette dernière devrait être encore plus passionnante…et émouvante.


    Rencontre à suivre ce jeudi 31 mai, à 21h00, sur France 4 et Eurosport 2

    Crédits photos : Stéphane Guiochon/olweb.fr, olympique-et-lyonnais.com
    Illustration : S.Dusang pour Foot d’Elles


    http://www.footdelles.com/cdf-psg-ol...-quune-finale/
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  17. #92
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - Le PSG tombe LYON au terme d'une finale épique

    C'est un scénario très particulier qui a permis au PSG de remporter la Coupe de France face à Lyon. Une victoire obtenue grâce à Katoto qui sur un éclair de génie a inscrit le seul but


    Les Parisiennes avec la capitaine Formiga (capture TV)


    Cette finale de la Coupe de France restera dans les annales à plusieurs titres. Premièrement par son interruption de jeu de 72 minutes et de la confusion autour de la reprise du match. Deuxièmement par la victoire du PSG qui a mis à l'hégémonie lyonnaise grâce à Katoto. Troisièmement avec la dernière rencontre officielle d'Abily, Boulleau et Petit toutes finalement restées sur le banc. Quatrièmement avec un but refusé en toute fin de match et des débuts d'échauffourées sur le terrain. Enfin, le record d'affluence pour une finale féminine et ses 12 480 spectateurs au stade de la Meinau.

    Vainqueur consécutivement d'un 12e championnat, d'une 3e Ligue des Champions, Lyon s'attaquait à une 7e Coupe de France d'affilée et Reynald Pedros alignait à deux joueuses près le onze de la finale remportée face à Wolfsbourg. Seules Buchanan remplaçait Mbock, et Peyraud-Magnin succédait à Bouhaddi blessée et opérée lundi. Du côté parisien, Lair en partenance pour Niort et en arrêt maladie, c'est Mendy qui était l'entraîneur avec un onze sans surprise et en présence de Formiga, incertaine depuis dimanche.

    Katoto délivre le PSG

    Sur le terrain, comme elles avaient sur le faire en championnat il y a deux semaines (0-0), les Parisiennes proposaient un solide bloc défensif surlequel les Lyonnaises allaient buter. Endler bloquait les rares ballons qui arrivaient jusqu'à elle. Son homologue n'allait pas avoir eu à jouer une action qu'elle s'inclinait sur un exploit personnel de Katoto (1-0, 16').

    Les Lyonnaises n'arrivaient pas à se montrer en dangereuses et si Henry après un bon travail de Van de Sanden à droite arrivait à placer une frappe cadrée, Endler se couche bien sur sa gauche (37e). Henry avertie quelques minutes plus tard au terme d'une première période à oublier pour Lyon. A l'issue du match, Henry était très frustrée : "C'est un scénario assez catastrophique dans tous les sens du terme. On ne cherche pas d'excuses, on n'a pas été à la hauteur de ce soir. En première mi-temps, on n'y était pas que ce soit dans les duels, tactiquement, techniquement".

    L'orage puis la confusion

    22h18, l'orage gronde au dessus de la Meinau. L'arbitre Florence Guillemin prenait alors la décision d'interrompre le match. 45 minutes d'attente débutait alors, pendant lesquelles les officiels étudiaient différents cas de figure dont le report de la rencontre qui serait alors à rejouer intégralement et sur un score de 0-0. La difficulté, trouver une date, seul samedi prochain semblait idéal car une période FIFA débute dès lundi prochain avec l'absence des joueuses étrangères.

    Malgré les apparences, un terrain gorgé d'eau, l'arbitre prononçait la reprise du match au-delà même des 45 minutes règlementaires. S'en suivait, une période de confusion avec des Parisiennes qui revenaient s'échauffer, et le camp lyonnais avec les dirigeants qui ne voulaient pas reprendre pour la sécurité des joueuses et l'application du règlement. Finalement, Wendie Renard et ses partenaires revenaient , la capitaine déclarant : "On montre qu'on est des grandes, on n'est pas des petites, on va revenir, même si les 45 minutes règlementaires sont passées".

    Un but refusé à l'OL

    Le match reprenait mais les conditions n'étaient pas propices au football. Appuis difficiles, ballon ralenti ou trajectoire fusante, les Lyonnaises avaient alors une mission impossible pour revenir à la marque. Marozsan arrivait bien à déclencher une belle frappe de 25 m (70'), et Van de Sanden avait aussi l'occasion mais Endler sortait la parade décisive (90'). Pour le PSG, Katoto allait de nouveau inquiéter la défense lyonnaise mais le dos de Buchanan contrait le ballon (83').

    Survenait enfin un dernier fait de match. Suite à un corner de Marozsan, le ballon était prolongé de la tête par Mbock sur Hegerberg qui concluait d'un coup de boule au second poteau (90+3'). Le but semblait valable mais l'arbitre le refusait sifflant une faute sur Endler alors que c'est l'une de ses partenaires qui l'avait bousculée.

    Le PSG décrochait finalement son trophée grâce à sa pépite Katoto et pouvait inscrire une deuxième ligne à son palmarès. Côté lyonnais, le dernier mot de Wendie Renard en disait long : "On a été volée (...) Au moins, on peut se regarder dans une glace".


    Coupe de France Féminine - Finale
    Jeudi 31 mai 2018
    - 21h00
    PARIS SAINT-GERMAIN (D1) - OLYMPIQUE LYONNAIS (D1) : 1-0 (1-0)
    Strasbourg (Stade de la Meinau)
    Spectateurs : 12 480
    Temps orageux (26°C) - Terrain excellent puis gorgé d'eau (59')
    Arbitres : Florence Guillemin assistée de Camille Soriano et Céline Bagrowski. 4e arbitre : Victoria Beyer
    Match interrompu de 22h18 à 23h30 en raison d'un violent orage

    But :
    1-0 Marie-Antoinette KATOTO 16'
    (Diani s'arrache sur le côté droit de la surface face à Renard et Bacha qui contre son ballon. Ce dernier revient vers l'axe et Henry manque son tacle pour dégager. Katoto récupère et enchaîne un coup du sombréro par dessus Henry pour placer une reprise croisée du gauche qui termine sur la droite de Peyraud-Magnin)

    Avertissements : Delie 29', Endler 81', Diani 90+2' pour le PSG ; Le Sommer 40', Henry 41', van de Sanden 52' pour Lyon

    PSG : 16-Christiane Endler Mutinelli ; 17-Eve Périsset, 8-Erika Cristiano Dos Santos, 14-Irene Paredes Hernandez, 12-Ashley Lawrence ; 26-Onema Grace Geyoro ; 11-Kadidiatou Diani, 7-Aminata Diallo, 24-Formiga Miraildes Maciel Mota (cap.) (10-Jennifer Hermoso Fuentes 77'), 9-Marie-Antoinette Katoto (13-Sandy Baltimore 86') ; 18-Marie-Laure Delie. Entr.: Bernard Mendy
    Non utilisées : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 3-Laure Boulleau, 4-Paulina Dudek, 6-Andrine Hegerberg, 19-Lina Boussaha
    Lyon : 1-Pauline Peyraud-Magnin ; 22-Lucia Bronze, 21-Kadeisha Buchanan, 3-Wendie Renard (cap.), 4-Selma Bacha (19-Shanice Van de Sanden 23') ; 6-Amandine Henry, 5-Saki Kumagai (20-Delphine Cascarino 46'), 10-Dzsenifer Marozsan ; 9-Eugénie Le Sommer, 14-Ada Hegerberg, 7-Amel Majri (29-Griedge Mbock Bathy Nka 82'). Entr.: Reynald Pedros
    Non utilisées : 30-Romane Bruneau, 11-Kheira Hamraoui, 17-Corine Petit, 23-Camille Abily

    Vendredi 1 Juin 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...ue_a14795.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  18. #93
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Coupe de France - LYON ne confirmera pas sa réclamation

    Dans un communiqué en fin de journée ce matin, l'Olympique Lyonnais a annoncé qu'il ne confirmerait pas sa réclamation sur les événements ayant marqué la finale de la Coupe de France féminine.




    L’Olympique Lyonnais précise malgré tout que "même si en l’absence de règlement spécifique, la logique voulait que la règle d’une interruption supérieure à 45’ s’applique en Coupe de France féminine comme c’est le cas dans toutes les autres compétitions. Le match de jeudi aurait donc dû être rejoué après l’arrêt de près de 75’ provoqué par la violence des orages qui ont frappé Strasbourg mais l’OL a néanmoins décidé de retirer sa réclamation.
    L’Olympique Lyonnais félicite le PSG pour sa victoire et se réjouit de l’initiative du Comex de la FFF de créer dès cette année un trophée des Champions du football féminin, entre le Champion de France et le Vainqueur de la Coupe de France, à l’image de ce qui existe depuis longtemps dans le football masculin français
    "

    Samedi 2 Juin 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/Coupe-de...on_a14800.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  19. #94
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 916

    Par défaut

    Finale CDF – Billet d’humeur
    Sandrine Dusang | 4 juin 2018



    Jeudi 31 mai, à Strasbourg, a eu lieu la finale de Coupe de France entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais. Si cette rencontre était annoncée comme LA rencontre de cette fin saison, le spectacle n’a pas été celui que l’on espérait. Le PSG s’est imposé 1 but à 0 et a mis fin à la série lyonnaise en Coupe de France, mais cette finale a été marquée par bien d’autres évènements que le but et le sacre parisien. Au vu du scénario et des faits autour de cette rencontre, un compte-rendu de match me semblait presque inadapté, alors j’ai pensé que partager mon billet d’humeur avec vous pourrait être une bonne idée… Bonne lecture !


    Pour une finale qui sonnait comme le match au sommet pour clôturer cette saison, j’avoue être passée par de nombreuses émotions jeudi soir dernier. Heureuse, surprise, frustrée, déçue, et même un peu triste. Cette finale m’aura suffisamment perturbée pour que j’ai envie de partager ce billet d’humeur avec vous aujourd’hui. Comme bon nombre d’entre vous sûrement, je m’étais confortablement installée dans mon canapé en me disant que j’allais me régaler en regardant les deux meilleures équipes françaises s’affronter pour l’ultime titre encore en jeu cette année. Cela commençait plutôt bien puisque c’est dans un stade de la Meinau bien garni et avec une affluence record pour un match de Coupe de France (12 480 spectateurs) que Florence Guillemin donnait le coup d’envoi de la rencontre. Eh oui malgré le fait que le match se joue un jeudi – pas forcément des plus vendeurs pour les gens qui travaillent ce jour et le lendemain -, qui plus est à 21h00 – un horaire qui ne convient pas forcément aux enfants -, l’affiche était suffisamment alléchante pour que tout le monde fasse un petit effort pour aller au stade.

    Sans Lair mais avec Katoto

    Je n’aborderai pas ici les aspects tactiques ou les choix faits par les entraîneurs, mais je me dois de parler un peu foot quand même, et notamment de la première période assez clairement à l’avantage des Parisiennes. Avec ce billet, il n’est alors pas question de mettre en doute le résultat obtenu par le PSG à la pause (1-0), qui a probablement fait sa meilleure partie contre l’OL cette saison. Patrice Lair, officiellement en arrêt maladie, mais dont l’absence a beaucoup fait parler, avait donc laissé ses joueuses à la charge de Bernard Mendy, normalement entraineur adjoint de l’équipe. Un mal pour un bien ? À en croire la manière dont les Parisiennes se sont exprimées sur le terrain jeudi dernier, la réponse semble être un grand « OUI » ! Avec une signature à Niort et un arrêt maladie qui tombait dans la foulée, les rumeurs et spéculations autour de l’absence du technicien parisien avaient envahit la toile et probablement aussi les têtes des joueuses de la capitale. Un « abandon » qui aurait pu mettre à mal les Parisiennes, mais qui semble finalement les avoir boosté et leur avoir donné l’envie de montrer de quoi elles étaient capables sans lui. Résultat : une équipe du PSG conquérante qui a été chercher Lyon plus haut qu’elle ne l’avait jamais fait, et une superbe réalisation de Marie-Antoinette Katoto à la 16e minute de jeu (sombrero pied droit et demi-volée pied gauche, rien que ça) qui permettait aux Parisiennes de prendre l’avantage. Si ces dernières ont été bonnes, il faut quand même bien admettre qu’au contraire les joueuses de Reynald Pedros ont elles été en dessous de leur niveau habituel, que ce soit d’un point de vue collectif mais aussi individuel. C’est donc logiquement que le PSG menait à la pause, et il n’y a pour moi pas à tergiverser là-dessus.



    Quand la météo s’en mêle/s’emmêle

    Au retour des vestiaires, les Lyonnaises revenaient plus motivées et plus incisives alors je pensais que le match allait cette fois davantage ressembler à ce que je m’étais imaginée pour cette finale. Ce fût le cas pendant une dizaine de minutes, avant que Florence Guillemin, l’arbitre du match, ne décide d’interrompre la rencontre (58e). Une décision juste au vu de l’orage qui s’abattait sur Strasbourg, et de la foudre qui tombait non loin. Mais après ça, cette finale devenait presque un cauchemar. Ok le mot est peut-être un peu fort pour certains d’entre vous, je ne sais pas, mais je vous assure que c’est le sentiment que j’ai eu. Alors que l’arbitre avait quarante-cinq minutes pour décider du sort de la rencontre, à savoir : reprise là où le match s’est arrêté, ou report 48h plus tard (à 0-0, au coup d’envoi), les spectateurs attendaient sagement en tribunes, et les médias tentaient de broder comme ils le pouvaient. Je vous épargnerai la critique du programme court choisi par France 4 (Like-moi !), qui a peut-être davantage fait fuir l’audience qu’il ne l’a diverti pendant ce temps mort. Personnellement, je crois que le générique « Boum boum la licorne », m’a un peu esquinté les tympans. Quarante-cinq minutes plus tard les choses bougent, l’arbitre est retournée voir le terrain, les médias évoquent la forte probabilité de report du match au samedi, certains spectateurs se dirigent vers la sortie, et je commence à préparer mon pyjama et ma brosse à dents…

    Pas en sucre mais quand même

    Mais aussi étrange que cela puisse paraître, Madame Florence Guillemin décidait que la finale reprenne là où elle s’était arrêtée soixante-douze minutes plus tôt, soit presque une demi-heure de plus que le délai normalement prévu dans ce cas de figure. Les Parisiennes ne bronchaient pas et retournaient à l’échauffement. Je ne critique absolument pas ça, car j’aurais fait exactement la même chose qu’elles si j’avais été dans l’équipe qui menait au score et que mon adversaire était dans un jour sans, – comme l’OL l’était jeudi. Mais je comprends aussi que les Lyonnaises et leur staff n’aient pas eu l’envie de revenir sur le terrain… Pas vraiment à cause du délai dépassé, mais surtout à cause des conditions qui de mon point de vue n’étaient pas réunies pour reprendre. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elles étaient les mêmes que lorsque le match a été interrompu, mais clairement nous n’en étions pas si loin. Certes l’orage semblait s’être éloigné un peu mais la pluie ne s’était toujours pas arrêtée et le terrain gorgé d’eau était ̶b̶i̶e̶n̶ ̶m̶o̶i̶n̶s̶ ̶p̶r̶a̶t̶i̶c̶a̶b̶l̶e̶ ̶q̶u̶e̶ ̶l̶o̶r̶s̶ ̶d̶e̶ ̶l̶a̶ ̶p̶r̶e̶m̶i̶è̶r̶e̶ ̶p̶é̶r̶i̶o̶d̶e̶ impraticable pour moi. Mais comme vous le savez toutes et tous, je ne suis pas arbitre ! Alors je vous le demande : Suis-je la seule à penser qu’au-delà d’avoir un terrain qui gâcherait la qualité du jeu, celui-ci risquait surtout de mettre en danger l’intégrité physique des joueuses ? Voulez-vous parler de l’aquafoot, cette nouvelle discipline pratiquée jeudi soir à Strasbourg (avec mention spéciale aux joueuses de couloirs) ?



    Bonnes ou mauvaises décisions ?

    Bref, après quelques coups de pression auprès de l’arbitre et une bonne dose de chambrage pour les Lyonnaises, la décision était prise, et les vingt-deux actrices devraient terminer la partie, alors même que les tribunes étaient beaucoup moins garnies qu’en début de match et que certains téléspectateurs étaient partis se coucher en pensant que… Mais non, le match repartait à la 59e minute, et ce qui devait arriva ! Jeu très peu développé, inintéressant, des glissades, des vagues, du jeu long, du jeu long, du jeu très long… Je pense même avoir aperçu quelques joueuses boire la tasse. En l’espace d’un instant, cette finale de Coupe de France avait perdu tout son charme, et j’attendais impatiemment quelques coups de pieds arrêtés pour vibrer encore un peu. Handicapées par le terrain, les Lyonnaises essayaient de revenir au score, mais avec une équipe parisienne bien en place et qui ne prenait aucun risque dans ses relances, difficile d’imaginer que le score pouvait encore bouger. Evidemment, les conditions de jeu étaient les mêmes pour les deux équipes à ce moment-là, mais avec l’avantage du score, il semblait assez évident que Paris s’en sortirait mieux en défendant et en dégageant le ballon loin devant, que Lyon qui devait poser davantage pour trouver le moyen de marquer. Le jeu était pauvre et il était impossible d’enchainer trois bonnes passes au sol sur ce terrain détrempé. Je savais qu’à ce moment-là, seuls les coups de pied arrêtés pourraient emmener quelque chose. Et bim ! Dans les dernières secondes de jeu, sur un corner, l’Olympique Lyonnais égalisait par Ada Hegerberg (90+3) ! À défaut d’avoir eu une deuxième période plaisante, nous aurions – comme l’année passée – du suspense pour la séance de tir aux buts. Oui mais non, puisque Florence Guillemin refusait le but pour une faute sur la portière parisienne, bousculait par… sa propre défenseure d’après les images. Mais encore une fois je ne suis pas arbitre, alors je n’incrimine personne et je continue de chercher où était la faute.

    Une dernière un peu gâchée

    Je pourrais m’arrêter là et simplement féliciter les Parisiennes pour ce titre. Les féliciter pour avoir mis fin à l’hégémonie lyonnaise et pour ajouter une seconde ligne à leur palmarès. Mais ma déception autour de cette finale n’est pas uniquement due au manque de spectacle sur le terrain et à cet improbable scénario.



    Si à la fin du match, il y a eu quelques échauffourées sur la pelouse et que je n’aime pas ce genre d’images, je peux quand même les comprendre. Tu gagnes, tu chambres un peu. Tu perds, et ce genre de chambrage t’agaces. C’est légitime, alors je ne polémiquerai pas là-dessus. En revanche, je terminerai ce billet (roman) d’humeur par un moment qui aurait dû être tout aussi fort que cette finale, mais qui a lui aussi était un peu gâché : les au revoir de Laure Boulleau, Camille Abily, Elodie Thomis, et Corine Petit. J’ai été triste et déçue que leur carrière se termine sur cette note, et même si parmi elles, Laure Boulleau, pouvait se réjouir de soulever le trophée, les au revoir m’ont semblé léger à côté de ce que ces quatre joueuses ont fait pour le foot français. J’aurais aimé que leur dernière puisse redonner un peu de beauté à cette soirée, parce qu’elles le méritaient quelque soit le résultat de cette finale. En tout cas, pas de doute, tout le monde devrait longtemps se souvenir du match où elles auront raccroché les crampons, cette fameuse finale de Coupe de France, en 2018…


    Crédits photos : psg.fr, FFF

    http://www.footdelles.com/finale-cdf-billet-dhumeur/
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas poster des nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas poster de réponses
  • Vous ne pouvez pas poster des pièces-jointes
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •