Page 8 sur 10 PremièrePremière ... 678910 DernièreDernière
Affichage des résultats 176 à 200 sur 250

Discussion: Division 1 Féminine 2017-2018

  1. #176
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    Eugénie, le sommet
    Publié le 23 février 2018 | Actus
    Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



    Devenue depuis peu la meilleure buteuse de l’histoire de l’OL, Eugénie Le Sommer a confirmé son statut d’attaquante hors pair. Son sens du but, qu’elle a développé au contact des meilleures joueuses, reste une référence mondiale, qu’elle doit désormais afficher également en équipe de France, avec en ligne de mire la Coupe du Monde 2019, son Saint Graal.


    « Aujourd’hui, c’est la meilleure attaquante française ». Le constat dressé par Patrice Lair à propos d’Eugénie Le Sommer est loin d’être incongru, et ce n’est pas Erin Nayler, qui gardait les cages de Bordeaux ce week-end lors de la défaite 4-0 de son équipe face à Lyon, qui dira le contraire. Car la portière néo-zélandaise a encaissé deux buts d’Eugénie Le Sommer, d’une belle reprise de volée sur coup franc et d’une subtile déviation dans la surface, qui disent tout du style et du talent de cette joueuse. Deux nouveaux pions qui ont permis à la Lyonnaise de prendre un peu plus d’avance en tête du classement des meilleures buteuses de l’OL, avec 228 buts, une semaine tout pile après avoir dépassé le record de la légende, Lotta Schelin, 225 unités au compteur, grâce à un triplé face à Toulouse en Coupe de France (9-0).

    « Quand elle est arrivée, elle était très timide »

    « J’étais heureuse, forcément ! J’ai ressenti beaucoup de fierté, et j’ai repensé à tout le chemin parcouru toutes ces années, et tous ces buts marqués », racontait la joueuse quelques jours après être définitivement entrée dans l’histoire du plus grand club français de la discipline, en avouant ne pas avoir pensé avec obsession à ce record. Dans son périple, tout a paru logique chez cette fille obsédée par le but, qui a gravi les échelons les uns après les autres, sans vraiment rencontrer d’accrocs. A Saint-Brieuc, dès son arrivée en D1 en 2007, la native de Grasse s’impose, et devient en deux saisons seulement la meilleure buteuse du championnat de D1, avec 19 réalisations. Des performances remarquées, qui lui permettent d’arriver à Lyon à l’été 2010, où tout de suite, l’aventure prend des allures de conte de fée. Un but lors de sa première apparition, contre Toulouse justement, et un titre de championne d’Europe décroché dès la première saison. « Quand elle est arrivée, elle était très timide », se souvient Patrice Lair, qui était lui aussi devenu Lyonnais lors de la saison 2010-2011. « Après, elle s’est imposée, elle a pris un peu plus de personnalité. Les titres lui ont amené une certaine notoriété », rapporte l’actuel coach du PSG, qui rappelle les performances déjà excellentes de son ancienne protégée, dont notamment un doublé en demi-finale retour de Ligue des champions contre Arsenal (3-2), au milieu de buteuses de premier rang, parmi lesquelles Sandrine Bretigny, Isabell Hervolsen et, évidemment, Lotta Schelin.



    « C’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et qui compte beaucoup pour moi ! », avoue la joueuse, qui a bien sûr reçu un message de félicitations de la Suèdoise, qu’elle considère un peu comme sa « grande sœur ». « On a passé 6 ans ensemble, donc j’ai appris beaucoup de choses, déjà par rapport à la finition. Je regardais les gestes qu’elle pouvait réaliser quand elle arrivait devant la gardienne, et je m’en inspirais dans mon jeu, en ajoutant quelques choses en plus ! Après je pense aussi à sa mentalité. J’ai appris beaucoup de la culture et de la manière de penser des Suédois. Malgré le fait qu’on a toujours été toujours en concurrence, ça c’est très bien passé entre nous deux, elle a toujours été là pour me conseiller et m’aider ! », raconte la canonnière tricolore. « Tu joues de façon différente et tu apprends aussi de tes différents entraîneurs, dixit Lair. Moi j’étais plus sur le jeu en rupture, dans la profondeur, la verticalité… Avec Gérard [Prêcheur] elles étaient plus dans la possession, et aujourd’hui avec Reynald [Pedros], c’est un peu un mélange des deux ! Forcément ça va lui apporter », énonce le tacticien, qui admet que la joueuse l’a marquée, tout autant que la femme, attachante. Affable, la Bretonne a la voix douce et un sourire d’ange, qui cachent un caractère de battante sur les terrains. Mais aussi en dehors, dixit Amandine Henry : « On l’appelle « La Syndicaliste » en fait (rires) ! C’est quelqu’un qui aime bien qu’il y ait une bonne organisation, que ce soit calé… Et du coup c’est surtout elle qui fait attention à tout ça dans le groupe ».



    En progrès constant

    « Eugénie c’est l’attaquante complète ! Elle sait dribbler, elle court vite, elle se met vite en position de frappe, elle est rapide… », raconte aussi sa partenaire et amie. « Elle a un profil d’attaquante intéressant au niveau de la vitesse, de l’explosivité », explique de son côté Patrice Lair quand l’ancienne attaquante Marinette Pichon raconte : « Moi ce qui me plaît, c’est qu’elle est capable de jouer dos au but, de décrocher, d’être dans la zone de finition, de distribuer… C’est marrant parce qu’elle a des attitudes qui me ressemblent par moment dans la gestuelle, dans la vitesse d’exécution, dans la capacité à se positionner, à se tourner très rapidement vers le but, à sortir de petits espaces et à enchaîner très rapidement ».

    Si Eugénie ne rime pas forcément avec « Eugénisme », toujours est-il que son profil lui permet d’évoluer avec autant d’efficacité à n’importe quel poste de l’attaque. Ce qui ne l’a pas empêché de peaufiner sa technique face au but. Ainsi, quand on lui demande ce qui a le plus progressé dans son jeu, l’attaquante répond : « Dans la prise de décision, et sa pertinence : vais-je frapper du gauche ? du droit ? Est-ce que je frappe en force, est ce que je fais un ballon piqué… ? Le plus dur c’est de faire le bon choix au bon moment, et c’est ce que j’ai appris à Lyon en m’entraînant tous les jours avec les meilleures défenseures et attaquantes », estime la joueuse de 28 ans, en route vers son 8e titre de championne de France.



    A 17 buts de Marinette Pichon en équipe de France

    « Elle a travaillé et encore travaillé pour en arriver là », résume Patrice Lair, qui nuance : « Maintenant je pense qu’il lui faut encore un peu plus de constance. Parfois elle a des coups de moins bien ». Notamment en équipe de France, où ses prestations à l’Euro l’été dernier ont encore attisé les critiques. Son penalty victorieux face à l’Islande (1-0) n’a en effet été suivi d’aucune autre réalisation, et elle n’a pu empêcher l’élimination des siennes en quart. Mais elle est bien la première à reconnaitre qu’il lui faut être plus décisive en Bleue. « J’ai aussi pris du recul par rapport à ça, j’ai fait mon analyse personnelle. Je n’ai pas loupée d’occasion immanquable, et je pense que ma frustration vient plus du fait que je ne me suis pas créé tant d’occasions que ça ».



    « Il faut vraiment des conditions particulières pour marquer. Il faut du soutien, des appuis, et aujourd’hui, je pense qu’en équipe de France il manque d’une numéro 10 », la défend Patrice Lair, soutenue par Amandine Henry : « Il n’y a pas qu’Eugénie qu’il faut pointer du doigt, mais tout le monde ! Il faut qu’on soit plus tranchantes dans les derniers mètres ». « Les grandes joueuses c’est aussi ça, la capacité à pouvoir se surpasser, explique Marinette Pichon. Il y a une année et demie pour préparer la Coupe du Monde, moi j’ai toute confiance dans ce groupe, et en Eugénie », annonce celle qui la devance de 17 buts au classement des meilleures buteuses de l’histoire de l’équipe de France : « C’est jouable [le record], ça donne envie ! Ça voudra dire que j’ai marqué beaucoup de buts et, j’espère, que l’équipe a gagné beaucoup de matches », répond la joueuse, calme, bonne vivante, mais qui n’aime rien tant que les moments en famille, « pas si nombreux ». Titulaire indiscutable aux yeux de Corinne Diacre, Le Sommer sera dans l’obligation de peser lors de la campagne de 2019, elle qui suivra auparavant avec attention celle de ses cadettes, les U20, sur ses terres cet été. De quoi inspirer cette fan de foot, et de sport en général, qui nous avouait regarder, tant que faire se peut, les J.O de Pyongchang lorsqu’on l’a eu par téléphone.

    « Elle a un belle marge de progression ! »

    Preuve de sa longévité dans le Rhône, depuis quelques saisons, c’est elle qui joue les grandes sœurs pour une nouvelle buteuse venue du Nord : Ada Hegerberg, de 6 ans sa cadette. Avec 38 buts cette saison, toutes compétitions confondues, la Norvégienne compte déjà 153 réalisations en seulement 4 saisons. « Je lui ai dit que peut-être un jour elle battra ce record, et donc je l’ai prévenue qu’elle n’avait pas intérêt (rires) ! Maintenant je regarde dans le rétroviseur, mais c’est sûr qu’Ada a les qualités pour battre ce record. Elle est encore jeune, elle est très tournée vers le but, elle ne lâche rien. Même si elle loupe deux trois occasions elle va finir par marquer son but ! C’est une force de caractère très importante. Je ne sais pas si elle restera aussi longtemps à l’OL mais c’est forcément quelqu’un qui peut marquer beaucoup de buts », reconnaît Eugénie Le Sommer, qui partage également un lien très fort avec celle qui est déjà considérée comme la plus grande buteuse du monde.



    L’après-foot, Eugénie Le Sommer, qui a obtenu un diplôme en management ces derniers mois, n’y pense pas encore. « Elle n’est pas vieille, elle a un belle marge de progression ! », rappelle Patrice Lair, alors que la joueuse de 28 ans souhaite, de son côté, apprendre l’anglais. Pour prendre son envol loin de l'OL ? « Pour l’instant Lyon me plaît, je suis dans un club où toutes les conditions sont réunies pour qu’on soit au mieux. J’ai toujours dit que j’aimerais bien vivre une expérience à l’étranger, mais je ne sais pas quand ça se fera », tempère l’attaquante. Il lui reste encore de beaux mois pour marquer un peu plus l’histoire de son sport, et continuer d’être la chouchoute des Français. « Promis, si elle gagne la Coupe du Monde, je lui laisse le titre de meilleure buteuse française de l’histoire », en rigole Marinette Pichon.


    Tous propos recueillis par Vincent Roussel
    Crédits photos : FRANCK FIFE - AFP / Vincent Roussel pour Foot d'Elles / NatiSythen.


    http://www.footdelles.com/article/Ac...et_155870.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  2. #177
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    D1-J16 : Gérer pour mieux régner ?
    Publié le 10 mars 2018 | Actus
    Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles



    Ces dimanche 11 mars et lundi 12 mars, la D1 se remet en route avec la 16e journée de championnat. Après une trêve internationale d'une quinzaine de jours, les entraineurs vont devoir gérer leurs effectifs et être vigilants quant à la probable fatigue de leurs joueuses. Ce contexte pourrait-il jouer des tours à certains ?


    Ces douze derniers jours, les équipes de France A, B, et U19 étaient concernées par des tournois (de 3 ou 4 matches) : la SheBelieves Cup pour l'équipe phare des Bleues, la Turkish Women's Cup pour l'équipe de France B -qui l'a d'ailleurs remporté-, et le Tournoi international de la Manga pour les U-19 de Gaëlle Dumas. Ajoutez à cela une double confrontation contre les États-Unis pour les U-20 et vous obtenez bon nombre de joueuses « fatiguées » qui auraient probablement préféré une journée « off » qu'une journée de D1 ce dimanche.

    La quasi totalité des clubs touchés

    Évidemment certains clubs ont été davantage concernés que d'autres, mais parmi les douze protagonistes du championnat, seuls Rodez et Albi n'ont pas ou très (très) peu été handicapés par l'absence de joueuses lors des séances d'entrainement. Pour l'Olympique Lyonnais, le Paris Saint-Germain, le Montpellier Hérault, mais aussi pour l'Olympique de Marseille, le Paris FC ou le Lille OSC, les entraineurs ont probablement dû adapter la programmation des séances d'entrainement et leurs contenus en fonction du nombre de joueuses qui restaient à la disposition des clubs pendant cet épisode international.



    La 16e journée qui se profile ce dimanche pourrait bien voir des remaniements importants dans les compositions de départ, et/ou des joueuses qui manqueront de jus. En particulier les joueuses présentes à la SheBelieves Cup, qui en plus de la fatigue accumulée lors des matches, devront aussi encaisser le contre coup du voyage et le décalage horaire. De leur côté, nos voisins anglais et allemands avaient semble-t-il anticipé ces éléments, et fait en sorte de ne pas programmer de matches sur ce week-end. Espérons alors que cette journée de D1 ne réserve pas trop de mauvaises surprises.

    Un coup à jouer pour certains ?

    Des mauvaises surprises, il y en a déjà eu lors des tournois... On pense forcément à la blessure de la joueuse du PFC, Aïssatou Tounkara, victime d'une double fracture tibia-péroné, lors de la dernière rencontre des Bleues face à l'Allemagne (victoire 3-0), mais aussi à la Marseillaise, Hawa Cissoko, blessée à un ischio-jambier lors du tournoi en Turquie avec l'équipe de France B.
    On le sait, le risque de blessure est forcément plus important lorsque les joueuses sont en état de fatigue, et cette période internationale pourrait laisser des traces. Il faudra alors que les entraineurs le prenne en compte et qu'ils gèrent leurs effectifs en fonction.



    Doit-on s'attendre à des surprises pour autant ? Est-ce que certaines équipes pourraient profiter d'éventuels turn-over ou de « coup de fatigue » ? On peut se poser la question oui, mais étant donné les rencontres de cette 16e journée, il ne devrait pas y avoir de répercussion directe. À moins que Rodez, Albi, ou Guingamp (peut-être plus que les autres) soient en mesure de nous faire mentir.

    Comme c'est le cas depuis plusieurs journées déjà, le classement devrait encore bouger et certaines équipes se positionner. Mais si les effectifs sont gérés sans tomber dans l'excès, alors il ne devrait pas y avoir trop de « casse », au sens propre comme au figuré.


    Crédits photos : MHSC, Vincent Roussel pour Foot d'Elles

    http://www.footdelles.com/article/Ac...r-_156423.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  3. #178
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J16 : revoilà le championnat

    Après la trêve internationale, le championnat de Division 1 est de retour ce dimanche avec cinq rencontres et s'achèvera lundi soir par la rencontre entre les deux équipes parisiennes.



    Trois rencontres vont concerner directement deux équipes qui doivent encore acquérir des points dans l'optique du maintien. L'OM reçoit le LOSC dès 13h00, avant les rencontres Rodez - Bordeaux et Fleury - Albi.

    Guingamp aura un adversaire plus huppé avec la venue de Montpellier à Roudourou en baisser de rideau de la rencontre de Ligue 1 face à Nice. Le leader lyonnais recevra Soyaux, avant que la journée ne s'achève le lundi soir par le duel parisien entre le PSG et le PFC.


    Dimanche 11 mars 2017
    Marseille - Lille : 13h00
    , à Marseille (Stade Roger Lebert)
    Arbitre : Céline Bagrowski

    Lyon - Soyaux : 14h00, à Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center)
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    Rodez - Bordeaux : 15h00, à Rodez (Stade Paul Lignon)
    Arbitre : Solenne Bartnik

    Fleury - Albi : 15h00, à Fleury-Mérogis (Stade Lascombe)
    Arbitre : Anaëlle Loidon

    Guingamp - Montpellier : 17h15, à Guingamp (Stade de Roudourou)
    Arbitre : Camille Soriano
    En baisser de rideau de Guingamp - Nice (Ligue 1)

    Lundi 12 mars 2017
    PSG - Paris FC : 18h00
    , à Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre)
    Arbitre : Elodie Coppola

    Samedi 10 Mars 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J16-...at_a14516.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  4. #179
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J16 : le résumé complet de la journée

    En attendant Guingamp - Montpellier ce soir et PSG - PFC lundi, retour sur les quatre premières rencontres de la 16e journée.


    LILLE ANCRE L'OM EN FIN DE CLASSEMENT




    Le LOSC se montre pressant d'entrée dans ce duel hautement important pour le maintien. Sarr (3e, 13e), Demeyere (11e) s'approchent du but de Richard pour frapper. L'OM répond par Asseyi, de retour des Etats-Unis, mais Launay est à la parade (16e). La gardienne lilloise reste vigilante devant Lozé (20e) pour préserver le 0-0. Et finalement, le LOSC trouve la faille grâce à Saïdi sur un centre dévié (0-1, 36'). Les Lilloises gardent cet avantage à la pause et tentent de le faire fructifier à la reprise lorsque Dali remise sur Sarr mais la gardienne olympienne s'en sort de justesse (47e). Elle s'incline tout de même une seconde fois suite à un coup franc de Bultel repris imparablement par Coutereels (0-2, 53'). C'est à 2-0 que l'OM se ressaisit. Soulard inquiète à son tour Launay (61e). Lille doit finir le match à dix après l'exclusion de Coutereels pour un deuxième avertissement. Sans conséquence, ces trois points vont permettre à Lille de conforter leur classement alors que Marseille reste ancrer à la dernière place.

    Marseille - Lille : 0-2 (0-1), à Marseille (Stade Roger Lebert) - 110 spectateurs
    Arbitre : Céline Bagrowski

    0-1 Lalia STORTI 37' c.s.c. (Centre de Saïdi dévié par Storti contre son camp)
    0-2 Maud COUTEREELS 53' (Coup franc de Bultel repris par Coutereels)

    Avertissements : Storti 22' ; Coutereels 16', 76', Bultel 58', Pasquereau 89', Davy 90+2'
    Expulsion : Coutereels 76'

    OM : Richard ; Soulard, M'Bassidje, Pizzala (cap), Lakrar, Gadea, Storti (Alidou D'Anjou 70'), Asseyi, Lozé (Cardia 58'), Coton-Pélagie (Brétigny 70'), Fridriksdottir
    Banc : Lucidi, Alidou d'Anjou, Antoine, Cardia, Bretigny
    Lille : Launay ; Lernon, Coutereels (cap), Chapeh, Mansuy ; Saïdi, Demeyre, Dali, Coryn (Pasquereau 65') ; Sarr (Davy 87'), Bultel (Bouchenna 81')
    Banc : Azem, Bauduin, Davy, Pasquereau, Bouchenna


    LYON RETROUVE LE TARIF MAISON
    Avec les retours de sa capitaine Renard et de sa buteuse Hegerberg, Lyon a retrouvé la victoire en D1. La longue interruption en raison de la trêve internationale n'a pas été de tout repos pour une bonne partie de l'effectif lyonnais mais les deux premières citées, cela a permis de peaufiner la reprise. Sur le terrain, face à une équipe de Soyaux regroupée en défense en 5-4-1, l'équipe charentaise ne cédait que sur un penalty consécutif à une faute sur Marozsan (1-0, 29'). En seconde période, l'OL haussait son niveau. Majri qui avait déjà essayé par ses actions côté gauche de trouver la faille, était récompensée par deux actions individuelles avec une frappe enroulée du droit (2-0, 50') puis un corner direct (3-0, 55'). Puis juste avant de quitter le terrain, Hegerberg retrouvait le chemin des filets pour son 22e but en D1 (4-0, 58') alors qu'Abily entrée à l'heure de jeu signait d'un coup de tête au premier poteau le cinquième but du match. 5-0 comme à l'aller !

    Lyon - Soyaux : 5-0 (1-0), à Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center) - 924 spectateurs
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    1-0 Saki KUMAGAI 29' s.p. (Faute sur Marozsan. Kumagai transforme le penalty du droit à ras de terre sur la droite de la gardienne)
    2-0 Amel MAJRI 50' (Frappe enroulée du droit)
    3-0 Amel MAJRI 55' (Corner direct)
    4-0 Ada HEGERBERG 58' (Centre de Marozsan repris de la tête par Van de Sanden, repoussé sur Hegerberg qui reprend du droit à bout portant)
    5-0 Camille ABILY 71' (Centre de Le Sommer depuis la gauche pour la reprise de la tête d'Abily au premier poteau)

    Avertissement : Bronze 90'

    Lyon : Bouhaddi ; Bronze, Buchanan, Renard (cap.) (Mbock 60'), Majri ; Brian, Kumagai ; Marozsan (Abily 65') ; Van de Sanden, Hegerberg (Le Sommer 60'), Cascarino
    Banc : Peyraud-Magnin, Henry, Le Sommer, Abily, Mbock
    Soyaux : Munich ; Deschamps, Verges, Rougé, Awona, Boudaud (Canon 65') ; Dumont, Tandia (cap), Bourgouin, Fleury (Clérac 63') ; Babinga (Tolmais 63')
    Banc : Clérac, Tolmais, Canon


    RODEZ ACCROCHE BORDEAUX
    Pas de vainqueur entre Rodez et Bordeaux. Les Girondines n'ont toujours pas gagné en quatre confrontations en D1 face aux Aveyronnaises. Elles sont pourtant passées proche d'y parvenir après une seconde période plus maîtrisée qui a permis de repasser devant au tableau d'affichage. En huit minutes, les Bordelaises avaient marqué sur un corner par la Brésilienne Sousa décalée par Cambot (1-1, 67') puis sur un bon travail de la capitaine Istillart pour son attaquante Ali Nadjim entrée un quart d'heure plus tôt (1-2, 75'). Les Girondines se faisaient cependant surprendre par la même joueuse qu'en début de deuxième période. Un bon travail de Peruzzetto et de la réussite pour Lemaitre qui contrait un dégagement et lobait Nayler (2-2, 82'). Lemaitre qui avait déjà coupé la trajectoire d'un centre de Cance pour lober la gardienne avancée (1-0, 49').
    Bordeaux pourra nourrir des regrets. En fin de match, sur un coup franc, Istillart reprenait de la tête sur la barre (85e). Et en première période, la gardienne ruthénoise avait fait le nécessaire pour éviter l'ouverture du score. Sur une frappe limpide de Tarrieu tout d'abord (19e), une frappe enroulée d'Istillart de 20 m (27e) ou encore une tentative de Barbance (44e).
    Toujours relégable, Rodez devra gagner d'autre combat mais ne s'avoue pas vaincu avec trois points de retard sur le 10e. Bordeaux reste à sa cinquième place.

    Rodez - Bordeaux : 2-2 (0-0), à Rodez (Stade Paul Lignon) - 587 spectateurs
    Arbitre : Solenne Bartnik

    1-0 Flavie LEMAITRE 49' (Saunier ouvre à gauche pour Cance qui effectue un gros travail pour éliminer Bornes avant de centrer. Lemaitre est devant le but et coupe la trajectoire en lobant la gardienne légèrement avancée)
    1-1 Kathellen SOUSA Feitoza 67' (Suite à un corner, le ballon arrive sur Cambot au point de pénalty qui décale sur sa gauche Sousa qui termine en force)
    1-2 Nadjma ALI NADJIM 75' (Istillart dépose sa vis-à-vis côté droit et centre au niveau du point de pénalty. Ali Nadjim est à la réception et reprend en première intention du plat du pied droit. Garcia se détend mais ne peut que regarder ce ballon partir dans le petit filet)
    2-2 Flavie LEMAITRE 82' (Peruzzetto presse la défense bordelaise qui tente de dégager en catastrophe à quelques mètres du but. Le ballon est contré par une bordelaise puis par Lemaitre qui lobe la gardienne)

    Avertissements : Bonet 65', Banuta 78' ; Istillart 43'

    Rodez : Garcia ; Banuta, Guitard (cap), Infante, Hoarau ; Bonet (De Sousa 79'), Saunier, Peruzzetto (Tyryshkina 87'), Lemaitre, Noiran (Mabomba 69'), Cance
    Banc : Niphon, De Sousa, Mabomba, Tyryshkina, Chareyron
    Bordeaux : Nayler ; Bornes (Gathrat 81'), Lardez, Sousa, Thibaud ; Istillart (cap), Karchouni, Lavaud (Ali Nadjim 61'), Cambot, Barbance, Tarrieu (Thomas 71')
    Banc : Nadal, Gathrat, Thomas, Ali Nadjim, Montegut


    ALBI PASSE DEVANT FLEURY
    En venant s'imposer sur le terrain de Fleury, Albi a dépassé son adversaire du jour et a mis fin à une série de six matchs sans défaite des Essonniennes. Un seul but inscrit par Khoury avant la pause a suffi. Lancée à la limite du hors-jeu, Khoury n'a pas tremblé en s'avançant vers Gignoux (0-1, 40'). Khoury aurait même pu faire le break dans la foulée. Dans ce combat pour le maintien, l'attaquante albigeoise a apporté le danger aussi sur un coup de tête bloqué par Gignoux (26e). Les joueuses de Fleury n'étaient pas en reste à l'image des internationales Lavogez et Corboz, la seconde décalant la première qui ne pouvait pas redresser (32e). Fleury tentait de revenir alors qu'Albi procédait avec quelques contres de Cazeau (49e) et Mijatovic (52e). Les dernières minutes étaient marquées par des assauts permanents des locales. Une frappe de Clemaron frôlait la barre (84e), la défense albigeoise tenait au courage et Lambert pouvait respirer sur une dernière frappe au ras du poteau (90+4e).

    Fleury - Albi : 0-1 (0-1), à Fleury-Mérogis (Stade Lascombe)
    Arbitre : Anaëlle Loidon

    0-1 Pilar KHOURY 40' (Lancée à la limite du hors-jeu, Khoury devance la sortie de Gignoux et pousse tranquillement le ballon au fond)

    Avertissements : Butel 26', Sissoko 57', Haupais 63' ; Khoury 57', Cazes 72', Stefanovic 90+4'

    Fleury : Gignoux ; Sissoko (cap), Multari, Haupais (Coudon 67'), Butel ; Clemaron, Corboz (Chatelain 80') ; Rabanne (Palacin 60'), Amani, Fernandes ; Lavogez
    Banc : Benoist, Traikia, Palacin, Chatelain, Coudon
    Albi : Lambert ; Belkhiter, Rouzies, Cazes, Stefanovic ; Leuko, Mitchai (cap) ; Cazeau, Mijatovic (Martinez 84'), Benlazar (Pantelic 78') ; Khoury (Condon 90+3')
    Banc : Viollaz, Martinez, Schlepp, Pantelic, Condon

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J16-...ee_a14525.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  5. #180
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J16 : KATOTO fait plier le PARIS FC

    Le derby francilien a été remporté par le PSG grâce notamment à la grande forme affichée par Marie-Antoinette Katoto.


    Katoto a donné le tournis à la défense du Paris FC (photo PSG.fr)


    Un triplé (le troisième de la saison en D1 pour un total de 17 buts), une passeuse décisive (sa première), un penalty obtenu... à elle seule Marie-Antoinette Katoto a fait basculer le derby francilien ce lundi soir au Camp des Loges.

    Avec dix joueuses de retour de sélections nationales de part et d'autre, la préparation de cette rencontre ne s'était pas faite dans les meilleures conditions. Le Paris FC débutait alors la rencontre en venant presser haut avec notamment une première frappe de Bourdieu captée par Endler (6e). Le PSG installait son jeu et lorsque Cascarino commettait une faute sur Katoto, c'est Benameur qui évitait l'ouverture du score en partant du bon côté pour stopper la tentative d'Hermoso (24e). Mais Katoto continuait à empoisonner la défense du PFC. Butel devait la stopper avant qu'elle ne file au but (31e). Cependant lorsqu'un corner parisien était cafouillé dans la surface, la renarde des surfaces frappait (1-0, 40').
    Le PSG était devant et allait l'affirmer en seconde période malgré la volonté des visiteuses ne pas rester acculer devant son but. Katoto allait encore passer par là. Mais elle faisait cette fois-ci preuve d'altruisme en délivrant un centre à ras de terre pour Baltimore (2-0, 68'). Cette dernière, entrée rapidement dans la rencontre après la blessure prématurée de Boulleau pour son retour, signait son premier but en D1. Quelques instants plus tard, une main de De Almeida dans la surface, offrait l'opportunité à Katoto de signer un doublé (3-0, 71'). Du haut de ses 19 ans, l'attaquante parisienne finissait le travail en interceptant une passe en retrait (4-0, 81'). Inefficace sur ses temps forts, le Paris FC sauvait tout de même l'honneur en fin de match par Bourdieu (4-1, 90+2').

    Le PSG conforte sa deuxième place avec six points d'avance sur Montpellier qui sera le prochain adversaire du Paris FC, dont le bilan des six derniers matchs est désormais de quatre défaites et deux nuls.


    Lundi 12 mars 2018 - 18h00
    PSG - Paris FC : 4-1 (1-0), à Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre) - 200 spectateurs
    Arbitre : Elodie Coppola

    1-0 Marie-Antoinette KATOTO 40' (Corner d'Hermoso cafouillé dans la surface, Katoto reprend le ballon à 5 m du but)
    2-0 Sandy BALTIMORE 68' (Centre à ras de terre de Katoto pour Baltimore)
    3-0 Marie-Antoinette KATOTO 71' s.p. (Main de De Almeida dans la surface. Penalty réussi par Katoto du plat du pied)
    4-0 Marie-Antoinette KATOTO 81' (Passe en retrait interceptée par Katoto)
    4-1 Mathilde BOURDIEU 90+2' (Frappe croisée du gauche)

    N.B. Penalty d'Hermoso repoussé par Benameur (24') suite à une faute de Cascarino sur Katoto
    Avertissement : Greboval 45+1'

    PSG : Endler ; Périsset, Erika, Paredes, Boulleau (Baltimore 18') ; Formiga (cap.), Diallo (Pekel 72') ; Diani, Hermoso (Delie 77'), Lawrence ; Katoto
    Banc : Kiedrzynek, Baltimore, Delie, Pekel
    Paris FC : Benameur ; Declercq, De Almeida, Butel, Cascarino, Greboval (Jaffrelot 89') ; Bilbault, Jaurena (Vaysse 82'), Thiney (cap.), Lahmari (Mateo 53') ; Bourdieu
    Banc : Pecharman, Vaysse, Matéo, Jaffrelot

    Mardi 13 Mars 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J16-...FC_a14527.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  6. #181
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - Patrice LAIR (PSG) : « Marie Katoto… C’est quelque chose ! »

    Impressionné, comme beaucoup, par son attaquante, auteure d’un nouveau triplé en championnat lors du succès du PSG dans le derby face au PFC (4-1), lundi, Patrice Lair s’est dit convaincu par la victoire de son équipe, dans la manière comme dans le résultat.


    (photo TeamPics/PSG)

    Vous êtes satisfait de la performance de vos joueuses ce soir ?

    Oui, c’est dommage de prendre ce but à la fin, mais se retrouver à mener 4-0 contre le Paris FC, qui, pour moi, reste une très bonne équipe, juste derrière le top 3 avec de bonnes joueuses, c’est satisfaisant. On a eu quelques petits soucis comme par exemple l’absence de Grace (Geyoro), qui aurait pu nous apporter quelque chose. Rien de grave la concernant, les filles ont aussi gagné pour elle, je suis content dans l’ensemble.

    Que des victoires cette saison dans le derby, c’est une bonne raison de l’être…
    C’est bien, mais ce qui est intéressant c’est que même si on a baissé le pied en deuxième mi-temps, on a montré de belles choses dans le premier acte. On a bien fait circuler le ballon, on a bien préparé nos offensives… On loupe un penalty, mais ce n’était pas la fille désignée qui a frappé le penalty (Hermoso a tenté, puis manqué un penalty à la 24e minute). Je ne leur en ai pas voulu car elles ont eu la réaction après, en allant chercher ce but par Marie-Antoinette Katoto. La seule chose qui me gêne c’est que Laure (Boulleau) a pris un coup, une petite entorse (la latérale parisienne est sortie après 18 minutes de jeu, NDLR). Avec tout le travail qu’elle fournit à l’entraînement depuis plusieurs mois, elle mérite de jouer et de revenir à un bon niveau. Ça a permis l’entrée de Sandy (Baltimore), qui est très proche d’une place de titulaire… C’est un super match, c’est encourageant. Quand on voir les jambes de Formiga ce soir encore, on se demande si elle se dope (sourire) !

    Il y a encore eu une très grande Marie-Antoinette Katoto, auteure d’un triplé !
    Marie c’est… C’est quelque chose ! C’est le petit plus, elle marque des buts, c’est important ! Mais il faut penser au reste de l’équipe, collectivement, derrière, on est resté costauds. Il faut aussi penser à la suite, on a encore un derby ce dimanche face à Fleury, qui a besoin de points. Ils ont fait l’erreur de perdre contre Albi la semaine passée (défaite 1 but à 0), nous on n’a pas le droit à l’erreur avant d’aller à Montpellier dans 3 semaines, donc ça ne va pas être un match facile.

    Justement, vous avez repris vos distances avec le MHSC (6 points).
    Elles ont un potentiel qui, selon moi, est supérieur au nôtre. De notre côté on travaille, on progresse de match en match, j’espère qu’on ne va pas perdre de points et qu’on fera une belle performance là-bas. Le PFC va là-bas la semaine prochaine, ils sont capables de faire un coup, ils peuvent faire des gros matchs, parce qu’ils ont de la qualité. Il va falloir se concentrer sur nous-mêmes, on a un match de Coupe de France intéressant à jouer contre Rodez (le 25 mars), j’avais peur des retours de sélections mais ça c’est bien passé, c’est une belle victoire !

    Propos recueillis par Vincent Roussel



    Mardi 13 Mars 2018
    Vincent Roussel

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Patr...e-_a14528.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  7. #182
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - Pascal GOUZENES (Paris FC) : « Aissatou Tounkara va nous manquer »

    Trois derbys et trois défaites cette saison pour le coach du PFC Pascal Gouzenes. Le nouveau revers concédé ce lundi au Camp des Loges (4-1), alors que les Essonniennes, qui n’ont toujours pas gagné en 2018, ont eu l’occasion de faire mieux, n’a pas entamé la confiance du coach, qui va tenter de remobiliser son groupe pour la fin de saison.


    Twitter @Aissatou75

    Si la défaite est plus large qu’à l’aller, elle n’est en pas pour autant moins frustrante…

    C’est vrai. On est mené 1-0 à la mi-temps, assez logiquement parce que le PSG avait mis les ingrédients pour, même s’ils n’avaient pas eu beaucoup d’occasions. Après la pause j’ai décidé de changer tactiquement mon équipe, afin d’avoir plus la possession, et ça a marché d’ailleurs. On a eu des occasions sur nos temps forts, et sur un contre… Comme d’habitude le scénario se répète, ce sont des trucs qu’il faut qu’on gomme, qu’on arrive à les corriger.

    C’est mentalement que vous avez craqué ?
    Les filles ont eu l’envie, mais après c’est compliqué quand on est mené 2-0 de revenir au score.

    On avait déjà parlé d’un manque d’efficacité en attaque à l’aller, et là on a l’impression que vous n’apprenez pas puisque que vous n’avez une nouvelle fois pas converti vos bonnes situations.
    C’est ce que fait la différence entre eux et nous. Ils ont de très bonnes joueuses, qui font preuve d’efficacité.

    Vous avez encaissé 31 buts cette saison, c’est la première fois pour le club (ex-FCF Juvisy), et la saison va continuer. Il y a une défaillance à ce niveau ?
    Je ne crois pas, c’est juste qu’on a des jeunes qui apprennent, à se déplacer, à défendre, et à bien défendre. Ça prend du temps, c’est tout.

    "On a du faire des lettres d’absences pour les étudiantes"

    Un match à 18 heures, le lundi, ça n’a pas dû être évident pour vous ?

    Ce n’est pas faux, on a du faire des lettres d’absences pour les étudiantes, et aussi pour les salariés...

    Comment va Aïssatou Tounkara depuis son retour ?
    Elle est venue avec nous aujourd’hui (lundi), elle a le moral, ça va. La dédicace de l’équipe à son encontre en début de partie ? C’est normal ! Forcément, elle va nous manquer, ça reste une grande défenseure, c’est une des meilleures joueuses de France dans les duels, donc c’est toujours un malus de ne pas l’avoir dans le groupe. Camille Catala ? Elle n’était pas là parce qu’elle est blessée, on lui fait passer des examens.

    La fin de saison va être difficile, surtout que vous êtes toujours à la recherche de votre première victoire en 2018…
    On est à deux points de Bordeaux donc il va falloir batailler, effectivement. Dans ce championnat à 12, dès qu’on se retrouve lâché dans le ventre mou, c’est difficile ! Il faut donner de l’envie aux joueuses, il y a ce match contre Paris en Coupe de France où on fait 0-0, on se dit qu’on va pouvoir faire quelque chose mais on prend des buts en fin de match (défaite 2 buts à 0). Après on n’a pas eu un calendrier très favorable, là on a eu le PSG, après on va aller à Montpellier… On va continuer à travailler.

    Vincent Roussel

    Mardi 13 Mars 2018
    Vincent Roussel

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Pasc...er_a14529.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  8. #183
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - Gaëtane THINEY (Paris FC) : « Il faut qu’on continue de construire l’équipe »

    Lucide sur les manques de son équipe, encore battue dans le derby parisien ce lundi (1-4) au Camp des Loges, la capitaine du PFC Gaëtane Thiney, de retour d’une SheBelieves Cup réussie, sait qu’il faudra encore du temps, et de l’expérience, pour que son équipe passe un cap.



    Le score (1-4) paraît peut-être un peu sévère au vu de la physionomie de la rencontre ?

    On prend trop de buts, c’est dommage. Je pense qu’on a produit de bonnes choses dans le jeu sur quelques séquences, dans la conservation, et dans la progression, maintenant il faut être décisif, et bonnes dans les zones d’efficacité offensives et défensives. On ne l’a pas été. C’est un peu fatiguant parce qu’on répète toujours un peu la même chose (sourire), mais voilà c’est une équipe avec du potentiel, qui aujourd’hui est en dessous de ces grosses équipes où il y a des joueuses internationales de qualité et d’expérience, qui s’enrichit à chaque fois de ces matches-là. J’espère que ça paiera un jour !

    L’équipe traverse une période délicate…
    C’est embêtant, on essaye de le vivre intelligemment en se remettant en question, et en essayant d’avancer et de trouver des solutions. On a eu beaucoup de discussions, maintenant ce n’est pas une honte de perdre ici, ce qui est dommage c’est le score. Ça aurait été bien un petit match nul, mais il nous reste Montpellier la semaine prochaine et je pense qu’on a les moyens de les embêter, comme on peut le faire contre tout le monde. Mais on peut aussi se faire embêter par tout le monde… Il faut qu’on continue de construire l’équipe, afin d’avoir des bases solide pour faire une grosse saison l’an prochain.

    Vous avez déjà encaissé 31 buts cette saison, c’est votre record de buts encaissés, à quoi vous attribuez ce manque de performances ?
    On prend trop de buts, c’est vrai. Dans les gros matches, mentalement, j’ai l’impression qu’on lâche… Si on regarde bien, quand on prend un but, on en prend souvent un deuxième dans les minutes qui suivent, donc il faut régler ça. On est jeunes, ne pas prendre de buts c’est la base dans le foot et nous on en prend beaucoup trop. Mais ça ne vient pas que des 4 défenseures, ça vient de toute l’équipe, qui ne fait peut-être pas les bons efforts défensifs en même temps. Il faut continuer à régler ça !

    L’effectif est encore en construction…
    Il faut apprendre, s’accrocher, que les jeunes prennent de plus en plus de responsabilités. C’est difficile, mais elles le font de plus en plus fréquemment. Aujourd’hui ça n’a pas marché, en plus on était de retour de sélection… Quand on est jeune il faut entendre les choses plusieurs fois, peut-être que ça a été un peu rapide aujourd’hui, mais il faut passer à autre chose désormais.

    Pour en revenir à vous, vous avez effectué un retour convaincant en équipe de France, cela prouve que vous avez votre place dans cette équipe ? Vous avez pu en discuter avec Corinne Diacre ?
    (Rires) Merci. En fait, ça prouve que j’ai envie et que je suis déterminée, ça c’est sûr ! Comme tous les matches de foot que je joue, aujourd’hui c’était pareil. J’ai profité du moment présent, je me suis dit qu’il fallait que je me donne à fond, c’est ce que j’ai fait. Avec Corinne Diacre ça s’est très bien passé, on a discuté dès le début du stage, et elle m’a répété ce qu’elle avait déjà dit avant : « La porte est ouverte à tout le monde, maintenant montre-moi ce que tu sais faire ».

    Comment vous évaluez cette SheBelieves Cup, qui avait mal démarré contre l’Angleterre (1-4), occasionnant de nombreuses critiques, mais qui a bien terminé avec ce succès contre l’Allemagne (3-0) ?
    Ce sont des grosses nations, ce sont des matches qui nous ont permis d’avoir des bases solides pour construire quelque chose. Il y a plein de points à améliorer, même si on a vu de bonnes performances. Faire match nul (1-1) contre les Etats-Unis et battre l’Allemagne ce n’est pas ce qu’on fait tous les jours, donc il faut être positif et se dire qu’on a fait de bonnes choses, maintenant c’est au staff de continuer à construire cette équipe, en tout cas on a pris du plaisir. Il faut profiter, garder l’humilité, et savoir qu’il faut continuer à travailler, travailler, travailler…

    Vous avez fait un bel hommage à Aissatou Tounkara en début de match (l’équipe a pris la pose avec son maillot), c’est une joueuse qui va vous manquer.
    Bien sûr, elle a un impact athlétique important, et puis c’est une jeune qui a été formée, comme celles qui ont été formées et qui arrivent à maturité aujourd’hui, justement pour pouvoir porter leur équipe, et malheureusement elle s’est fait une grave blessure… C’est une fille qui beaucoup de volonté et de détermination, et qui aura la force de revenir très vite.

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Gaet...pe_a14530.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  9. #184
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    Le PFC à l’heure internationale
    Publié le 13 mars 2018 | Actus
    Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



    Les semi-professionnelles du Paris FC ont été nombreuses (11) à quitter Bondoufle, le temps d’une semaine dans les différentes sélections à l’occasion de la trêve internationale. Un grand bol d’air pour ces joueuses, malgré un calendrier chargé. Et un retour sur terre douloureux en D1, où elles ont à nouveau perdu dans le derby francilien lundi (1-4), pour la troisième fois de la saison.


    Elles auraient pu utiliser cette excuse pour expliquer la fatigue qui les a accablées en fin de match. Mais les joueuses du PFC ne sont pas tombées dans le piège, ce lundi, après avoir concédé leur septième défaite de la saison en D1, au Camp des Loges face au PSG (1-4). « Nos adversaires étaient dans le même cas de figure que nous. Certaines étaient aux Etats-Unis, d’autres ailleurs… », expliquait la milieu de terrain Inès Jaurena après la rencontre. En effet, elles étaient quatre Saint-Germanoises notamment à être en équipe de France pour la SheBelieves Cup. En plus, deux des trois joueuses appelées en U20 pour la double confrontation face aux USA ont joué hier, et ont été décisives puisque Marie-Antoinette Katoto, avec un nouveau triplé, et Sandy Baltimore, qui a remplacé Laure Boulleau à la 18e minute et inscrit le deuxième but des locales, ont offert une prestation convaincante.

    « C’est un bol d’air frais pour nous »

    Preuve qu’une trêve internationale n’a pas que des inconvénients. Certes, le PFC a perdu un maillon important de son secteur défensif de l’autre côté de l’Atlantique, tous les supporters tricolores ayant encore en tête les images insoutenables de la blessure de la défenseure essonnienne Aïssatou Tounkara, qui a été victime d’une double fracture du tibia lors du dernier match face à l’Allemagne. Mais, « c’est un bol d’air frais pour nous, ça nous a permis de nous ressourcer, expliquait ainsi une autre défenseure, Annaig Butel. Maintenant il faut penser au championnat et continuer à travailler », ne manquait-elle pas de rappeler.



    La native d’Ivry-sur-Seine n’a pas perdu le nord malgré un programme un peu démentiel ces deux dernières semaines. Car si elles ont eu droit à une pause d’une petite semaine après avoir perdu contre Guingamp (1-3) lors de la 15e journée, les internationales tricolores du PFC ont enchaîné depuis fin février. Rassemblées dans leurs équipes respectives (A, B, U20), elles ont, pour la plupart, pris l’avion dès le 26 février. Au total, elles étaient onze, dispatchées dans les trois équipes de France. En région parisienne, c’était un peu l’ambiance d’un cours particulier lors des séances : « C’était un peu compliqué, nous nous sommes entraînés à 4 pendant une longue période, on a fait avec, racontait ainsi le coach, Pascal Gouzennes. C’est sûr que pour préparer un match comme celui-là ce n’est pas simple ». Pour les joueuses sélectionnées en B, le décalage horaire était moins sévère que celui des A. Contrairement à leurs coéquipières Gaëtane Thiney, qui comptait 6 heures de moins qu’à Paris sur sa montre, Jaurena, Bilbault, Butel et Gréboval comptaient ainsi 2 heures d’avance. Car c’est en Turquie, à Alanya, qu’elles ont disputé la Turkish Women’s Cup. La ville balnéaire, située en plein sud, a des allures de carte postale. « On a bien bronzé », en plaisantait ainsi Inès Jaurena.

    4 matches en 8 jours

    Pas que, puisque l’équipe de Jean-François Niemezcki s’est aussi baladée, malgré un calendrier rempli (4 rencontres en 8 jours), face à des nations certes plus modestes qu’elle. Après le Kosovo (6-0), puis le Kazakhstan (6-0) et la Roumanie (3-0), respectivement 97e, 67e et 39e nations mondiales à la FIFA, elles ont affronté le Mexique pour la première place du tournoi. Une grande finale qu’elles ont remporté de peu (2-1), grâce notamment à un but… d’Annaig Butel ! « J’avais marqué avant mais il n’avait pas été accepté. Il a été accordé à une autre fille », rappelle la défenseure, qui désignait avec un grand sourire sa partenaire Théa Gréboval, qui lui laissait bien volontiers le but. « C’est beaucoup de fierté oui, mais plus que ça, on a pris du plaisir avec le groupe, et c’est ce qui fait du bien ». Là encore, la vraie/fausse buteuse Gréboval, titulaire face au PSG, lui emboitait le pas : « Oui c’est vrai, on a gagné nos quatre matches, le groupe vivait très bien, on était dans de super conditions, donc c’est positif. Il faut qu’on arrive à le retranscrire en club, ce qui n’est pas forcément évident ».



    Cela s’est vu ce lundi, où les organismes ont un peu plus peiné en fin de rencontre, malgré de belles incursions des visiteuses par moment dans la rencontre. La faute à cette semaine chargée ? « Non pas forcément, ces matches, ça donne du rythme, de la confiance. On a du temps de jeu lors de belles rencontres internationales, c’était une belle expérience… Je ne pense pas que ça ait posé de problème aujourd’hui », balayait Inès Jaurena en quelques mots. « C’est à nous d’apprendre à maîtriser. On est une équipe jeune, en formation… Il faut qu’on soit plus présentes dans l’engagement, dans l’agressivité », rappelait Théa Gréboval, à l’instar de nombre de ses coéquipières. Pas facile, toutefois, de bien préparer une rencontre qui, pour la peine, avait été décalé au lundi. « Heureusement », comme le faisait remarquer malicieusement Gaëtane Thiney.

    « Bien préparer la saison à venir »

    Revenues mercredi soir, après un voyage de plus quatre heures, quand les A ont pris le chemin du retour 24 heures plus tard, les internationales B se sont donc surtout affairées, à leur retour, à des soins et de la cryothérapie, sous la tutelle du club, avec un premier entraînement vendredi. Niveau boulot, les étudiantes et les travailleuses ont été excusées. Butel, qui travaille chez Carrefour, n’a pas eu le temps de voir le patron depuis son retour, puisqu’excusée aussi ce lundi. « Moi je suis en cours, j’y suis allée un peu mais je me suis arrangée… », décryptait de son côté Théa Gréboval. Il aura fallu attendre… dimanche, pour retrouver une séance au complet. Difficile donc, de préparer un match comme celui face au PSG. « Quand on est jeune il faut entendre les choses plusieurs fois, peut-être que ça a été un peu rapide aujourd’hui, mais il faut passer à autre chose désormais », expliquait ainsi la capitaine, Gaëtane Thiney.



    Car pour voir le verre à moitié plein, cette grande migration en période internationale prouve aussi que l’effectif de l’ex-Juvisy regorge de talents. « C’est encourageant, ça veut dire qu’on a de bonnes joueuses, maintenant faut qu’on arrive à bien jouer ensemble », ne manquait pas d’insister Jaurena. Car le Paris FC court toujours après sa première victoire de l’année 2018. Et, à une semaine d’un déplacement à Montpellier, vise toujours la quatrième place, malgré la spirale négative des résultats : « Quand on n’a pas gagné depuis mi-décembre, c’est clair que c’est frustrant, reconnaissait Gréboval. On travaille, on est jeunes, et il faut qu’on continue d’avoir des ambitions, je pense qu’on a le droit d’en avoir. Le plus important ce sera désormais de bien préparer la saison à venir », rappelait la latérale. Avant une nouvelle trêve internationale prévue… dans un peu plus de trois semaines.


    Tous propos recueillis par Vincent Roussel
    Crédits photos : Nelson Fatagraf / FFF


    http://www.footdelles.com/article/Ac...le_156460.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  10. #185
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut



    Les résumés et buts de la 16ème journée : Lyon-Soyaux, Marseille-Lille, Rodez-Bordeaux, Fleury-Albi, Guingamp-Montpellier et Paris SG-Paris FC0
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  11. #186
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J17 : Trois duels directs pour le maintien

    Trois rencontres de la 17e journée concerneront directement des équipes qui luttent pour le maintien ce week-end. Une journée qui débutera samedi soir pour s'achever lundi.



    Avant le rendez-vous européen face au FC Barcelone, Lyon se déplace en championnat à Lille dès samedi soir. Les Lyonnaises qui sont toujours invaincues chercheront à préparer au mieux la Ligue des Champions face à une équipe lilloise qui reste sur un précieux succès à Marseille.
    Les Lilloises seront attentives dimanche à trois matchs en particulier. Bordeaux (5e, 19 pts) accueille Guingamp (10e, 15 pts), Soyaux (7e, 17 pts) est opposé à Rodez (11e, 12 pts) alors que Albi (8e, 16 pts) reçoit Marseille (12e, 9 pts). Dernière, l'équipe phocéenne qui a perdu face à Soyaux et Lille n'a plus le droit à l'erreur avec six points de retard sur le premier non relégable et un calendrier difficile, il faudrait ramener trois points pour entretenir un réel espoir de maintien. Son adversaire, Albi, qui reste sur une victoire à Fleury a su montrer son efficacité et sa solidité pour engranger trois points le week-end dernier. La journée s'achèvera par une nouvelle rencontre du PSG à domicile lundi soir face à Fleury.

    >> Classement

    Suivez l'évolution des scores sur Twitter


    Samedi 17 mars 2018
    Lille - Lyon : 18h30
    , à Villeneuve d'Ascq (Stadium)
    Arbitre : Florence Guillemin

    Dimanche 18 mars 2018
    Soyaux - Rodez : 15h00
    , à Soyaux (Stade Léo Lagrange)
    Arbitre : Anaëlle Loidon

    Montpellier - Paris FC : 15h00, à Montpellier (Stade Bernard Gasset - Terrain Mama Ouattara)
    Arbitre : Solenne Bartnik

    Albi - Marseille : 15h00, à Albi (Stade Maurice Rigaud)
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    Bordeaux - Guingamp : 15h00, à Blanquefort (Stade Jean-Pierre Delhomme)
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

    Lundi 19 mars 2018
    PSG - Fleury : 20h00
    , à Saint-Germain en Laye (Stade Georges Lefèvre)
    Arbitre : Céline Bagrowski


    Samedi 17 Mars 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J17-...en_a14537.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  12. #187
    Avatar de emiky
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Dans les vignes de CONDRIEU
    Messages
    10 207

    Par défaut

    pkoi se fait il que le PSG est decale au Lundi pour la seconde fois de suite?
    FAN CLUB AXEL!

  13. #188
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    Bordeaux, en route pour la quatrième place ?
    Publié le 17 mars 2018 | Actus
    Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles



    Promue la saison dernière, l'équipe féminine des Girondins de Bordeaux avait peiné à prendre la mesure de la D1 et s'était classée 10e du classement à la fin de l'exercice 2016-2017. Cette saison, la donne semble différente et Bordeaux, actuel cinquième, peut espérer encore mieux. Zoom.


    Comme c'est souvent le cas avec les équipes qui arrivent de D2, l'équipe féminine des Girondins de Bordeaux avait vécu une première saison en D1 un peu délicate. Finalement, les Bordelaises étaient parvenues à se maintenir dans les dernières journées du championnat, avec une victoire à Marseille (1-0) et deux matches nuls obtenus face à Juvisy (1-1) et Paris (2-2). Une belle preuve de caractère que les joueuses de Jérôme Dauba essaie de faire valoir pour leur seconde saison en D1, dans laquelle elles se classent actuellement cinquièmes.

    Un effectif en mouvement, et pourtant...

    Durant le mercato estival, le club girondin avait enregistré dix départs et non des moindres puisque parmi ces derniers figurés Elisa Launay (Lille) et Emelyne Laurent (Lyon), deux joueuses au combien importantes pour l'équipe la saison passée. Beaucoup de clubs auraient sans doute eu du mal à gérer autant de départs d'un coup, mais du côté des Girondins de Bordeaux cela a été bien fait et l'équipe ne semble pas en avoir souffert.
    Pour la milieu de terrain, Solène Barbance, le club « a réussi à conserver une ossature de qualité tout en effectuant un recrutement important, mêlant joueuses d'expérience, étrangères internationales, et jeunes à fort potentiel. La mayonnaise a vraiment bien pris parce qu'on est un groupe de travailleuses avec des ambitions légitimes ».



    En effet, avec neuf recrues pendant l'été (Nayler, Barbance, Ali Nadjim, Gathrat, Bornes, Fahey, Lavaud, Rodrigues, et Thibaud) l'équipe de Jérôme Dauba, a peut-être même trouvé un meilleur équilibre que l'année précédente. Si on ajoute à cela les arrivées de Lindsey Thomas et Mylaine Tarrieu, respectivement prêtées par le Montpellier Hérault et l'Olympique Lyonnais à la trêve hivernale, alors on peut considérer que le groupe girondin est suffisamment solide et homogène pour prétendre à sa cinquième place actuelle, voire mieux d'ici la fin du championnat. Pour ce groupe qui vit seulement sa deuxième saison en D1, « l'équipe manque parfois d'un peu d'expérience ou de vice pour tenir un résultat » d'après Solène Barbance, mais la jeunesse du groupe est aussi un avantage selon elle : « La fougue de l'équipe permet parfois de beaux exploits puisque nous avons remporté quatre matches sur le score de 1 à 0, dont deux en marquant dans les toutes dernières minutes de jeu. Avec les saisons, l'équipe va s'aguerrir et gagner en maturité ».

    Des chiffres pas très parlants, et pourtant...

    Avant de jouer la 17e journée du championnat ce week-end, les joueuses de la Gironde occupent la cinquième place du classement. Pourtant, lorsque l'on regarde le bilan comptable de Sophie Istillard et de ses coéquipières, on peut laisser paraître un brin d'étonnement... Cinquième, alors que l'équipe ne compte que 19 points au compteur, avec 7 défaites, 4 nuls, et seulement 5 victoires ? Oui, c'est le côté un peu triste de ce championnat et de ce phénomène de plus en plus flagrant au fil des saisons : la D1 est un championnat à deux vitesses.

    Malgré tout, les Bordelaises sont bel et bien à leur place, et pourraient même en gagner une supplémentaire en cas de victoire face à Guingamp ce week-end - et en fonction du résultat du PFC en déplacement sur le terrain de Montpellier -. Avant tout concentrées sur leurs performances, les Girondines veulent évidemment engranger le plus de points possibles, et cela commence dès ce week-end. La native de Rodez, voit d'ailleurs cette rencontre comme un tremplin pour celle qui suivra ensuite face au PFC : « Si nous obtenons un résultat positif contre Guingamp, nous irons au PFC (18e journée, 1er avril) avec des ambitions mais aussi une revanche à prendre sur le match aller, où nous avions laissé échapper le point du nul en toute fin de rencontre ».



    Viser la quatrième place ne semble pas inimaginable pour le FCGB, mais peut-on considérer que le club au scapulaire est déjà sauvé ? Lorsque l'on pose la question à Solène Barbance, la réponse est claire : « Comptablement, nous sommes toujours en danger. Cette saison le championnat est vraiment indécis tant le niveau des équipes s'est homogénéisé mis à part le top 3. On voit que Marseille (12e) peut battre le Paris FC (4e) donc on ne va pas brûler les étapes et se concentrer avant tout sur le maintien. Nous verrons ensuite au fur et à mesure des journées ».

    Pour les Bordelaises dont la « principale force est le groupe », cette journée de D1 pourrait donner la tendance de leur fin de saison, même si rien ne sera encore définitivement joué. Alors ce week-end permettra-t-il aux Girondines de faire un pas de plus vers le maintien et de prendre provisoirement la quatrième place du championnat ? Réponse ce dimanche.


    Le programme de la 17e journée :
    Samedi 17 mars, à 18h30 : Lille/Lyon
    Dimanche 18 mars, à 15h00 : Albi/Marseille, Montpellier/Paris FC, Soyaux/Rodez, Bordeaux/Guingamp
    Lundi 19 mars, à 20h00 : Paris SG/Fleury

    Voir aussi :
    Le classement de D1
    Le calendrier de D1

    Crédit photos : girondins.com

    http://www.footdelles.com/article/Ac...e-_156626.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  14. #189
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J17 : Lourde addition pour LILLE face à LYON

    Avant de retrouver l'Europe, les Lyonnaises ont répété leurs grammes face aux Lilloises en inscrivant dix buts ce samedi soir avec neuf buteuses différentes.


    Cascarino, Marozsan, Le Sommer, trois des buteuses lyonnaises face au LOSC (photo footofeminin.fr)


    Il n'y aura pas eu le moindre suspense dans cette opposition entre le leader invaincu et une équipe lilloise, promue cette saison, et qui vise le maintien. L'une des premières raisons est venue de la célérité lyonnaise à mener au score. Onze petites secondes ont suffi pour que l'OL soit devant au tableau d'affichage. La suite a été un long calvaire pour la défense lilloise et ses gardiennes.

    Déjà privé de Maud Coutereels, l'habituelle capitaine et défenseure centrale, le LOSC a aussi dû changer de gardienne en cours de rencontre. La titulaire Launay, touchée à la cheville droite, a cédé sa place à Azem après le septième but lyonnais. A la demi-heure de jeu, il a aussi fallu remplacerLaunay a été cherché sept fois le ballon au fond des filets. La première fois, alors que son équipe avait l'engagement, une perte de balle suite à une pression lyonnaise, un centre de Le Sommer qu'elle laissait échapper et Cascarino à l'affût à la finition (0-1, 1'). Six minutes plus tard, Le Sommer effectuait une reprise acrobatique pour le 2-0. De nouveau pressée par Hegerberg, la défense pliait devant la meilleure buteuse du championnat (0-3, 11') qui offrait en retrait le quatrième à Marozsan (0-4, 31'). Launay évitait une addition encore plus lourde à la pause et ces coéquipières qui avaient eu deux opportunités par Demeyere au ras du poteau (9e) et Sarr (18e), sauvait l'honneur sur une récupération de Saïdi, et une belle combinaison entre Coryn et Sarr (1-4, 45+1').

    Neuf buteuses différentes


    Dure soirée pour Launay et le LOSC


    En seconde période, malgré le froid glacial, les Lyonnaises ont réchauffé l'ambiance et ne sont pas restées inactives. Six autres buts vont s'enchaîner. Quatre très rapidement à la reprise. Un premier suite à un corner, un ballon renvoyé une première fois et sur le second centre, Henry plaçait un coup de tête pour son premier but en D1 depuis son retour (1-5, 49'). Le suivant, sur un corner de Marozsan repris de la tête par Renard (1-6, 51'). Hegerberg accentuait son avance de meilleure buteuse avec sa 24e réalisation (1-7, 54'). C'était ensuite au tour d'Abily d'inscrire le huitième (1-8, 58'). En prévision du rendez-vous face à Barcelone, Reynald Pedrois commençait à faire tourner. Le Sommer et Cascarino quittaient le terrain pour laisser leur place à Van de Sanden et Brian. L'Américaine allait marquer d'une reprise à l'entrée de la surface avec un brin de réussite face à Azem, à l'origine du ballon renvoyé dans l'axe et malheureuse en touchant le ballon sans pouvoir éviter le but (1-9, 86'). Dernière remplaçante entrée en jeu, Hamraoui venait couper un centre de Majri pour finir le travail dans les arrêts de jeu (1-10, 90+1').

    Place à la préparation du quart de finale aller de Ligue des Champions pour Lyon tandis que Lille devra oublier cette rencontre et préparer au mieux le déplacement à Rodez dans deux semaines.


    Samedi 17 mars 2018 - 18h30
    Lille - Lyon : 1-10 (1-4)
    Villeneuve d'Ascq (Stadium)
    2 793 spectateurs
    Arbitre : Florence Guillemin

    Buts
    0-1 Delphine CASCARINO 1'
    (11 secondes) (Récupération dans l'axe d'Hegerberg à 25 m qui décale pour Le Sommer à gauche qui centre d'un extérieur du droit, Launay manque sa prise de balle au sol, et Cascarino reprend à bout portant au second poteau pour marquer dans le but vide)
    0-2 Eugénie LE SOMMER 7' (Centre depuis le côté droit de Cascarino pour la reprise de volée du droit à l'horizontale de Le Sommer)
    0-3 Ada HEGERBERG 11' (Remise en jeu courte et au sol de Launay pour Lernon dans l'axe qui lui remet le ballon aussitôt mais Hegerberg vient presser à 11 m et récupère le ballon avec un contre favorable puis marque du droit dans le but vide)
    0-4 Dzsenifer MAROZSAN 31' (Centre depuis la gauche qui passe devant le but et arrive à Hegerberg au second poteau qui remet en retrait sur Marozsan qui reprend du droit à ras de terre à 11 m)
    1-4 Ouleymata SARR 45+1' (Saïdi presse Majri au milieu de terrain et récupère le ballon pour servir Sarr qui joue en une-deux avec Coryn qui lui remet dans la course côté droit, elle résiste au marquage de Kumagai, entre dans la surface et place une frappe croisée du droit à ras de terre qui finit dans le petit filet opposé de Bouhaddi)
    1-5 Amandine HENRY 49' (Nouveau centre de Le Sommer suite à un corner renvoyé repris de la tête dans les 5,5 m par Henry)
    1-6 Wendie RENARD 51' (Corner de Marozsan repris de la tête au premier poteau par Renard)
    1-7 Ada HEGERBERG 54' (Centre depuis la gauche de Le Sommer, Hegerberg seule au second poteau tend la jambe droite à 8 m pour marquer)
    1-8 Camille ABILY 58' (Servie par Marozsan dans l'intervalle, Le Sommer accélère à droite dans la surface et centre en retrait pour la reprise du droit d'Abily à 6 m au premier poteau)
    1-9 Morgan BRIAN 86' (Centre depuis le côté gauche boxé par la gardienne plein axe, récupéré par Brian à 18 m qui reprend en demi-volée du droit, la gardienne touche le ballon mais ne peut éviter le but)
    1-10 Kheira HAMRAOUI 90+1' (Majri côté gauche de la surface centre pour Hamraoui qui ouvre son pied droit au premier poteau et décroise sa reprise pour trouver le petit filet opposé)

    Lille : Launay (Azem 55') ; Bouchenna, Lernon, Chapeh, Mansuy ; Saïdi, Dali (cap), Demeyere (La Villa 73'), Bauduin ; Sarr, Bultel (Coryn 31')
    Banc : Azem, Coryn, La Villa, Paprzycki, Pasquereau
    Lyon : Bouhaddi ; Bronze, Kumagai, Renard (cap.), Majri ; Abily, Henry ; Marozsan (Hamraoui 73') ; Cascarino (Van de Sanden 61'), Hegerberg, Le Sommer (Brian 61')
    Banc : Peyraud-Magnin, Hamraoui, Brian, Petit, Van de Sanden



    Dimanche 18 Mars 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J17-...ON_a14545.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  15. #190
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    Citation Envoyé par emiky Voir le message
    pkoi se fait il que le PSG est decale au Lundi pour la seconde fois de suite?
    Excellente question à laquelle je ne pourrais pas te répondre
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  16. #191

    Par défaut

    Citation Envoyé par emiky Voir le message
    pkoi se fait il que le PSG est decale au Lundi pour la seconde fois de suite?
    Principalement parce que le PSG l'a demandé et que ses adversaires ont accepté je pense.
    [Rappel du règlement : Article 14.1 "Les rencontres se déroulent en principe le dimanche à 15h00. " Article 14.2 : "Un club (recevant ou visiteur) peut demander qu’un match se déroule un autre jour ou à une autre heure que ceux prévus à l’agenda des rencontres ; la demande, motivée, et accompagnée de l’accord écrit du club adverse, doit parvenir à la Commission d’Organisation deux semaines avant la date de la rencontre. "] (la saison prochaine, ça devrait être moins permissif avec l'arrivée de Canal+)

    Pour la semaine dernière, le décalage était évident, les deux clubs avaient une dizaine de joueuses qui revenaient de sélections dont plusieurs de la SheBelieves Cup qui avait joué mercredi de l'autre côté de l'Atlantique. Comme c'est deux clubs parisiens, ça ne posait pas de problème logistique (même si l'entraîneur du PFC a tenté de nous tirer des larmes sur la difficulté de jouer un lundi).
    Pour aujourd'hui, j'imagine que le PSG a demandé ça parce que les U17 avaient déjà un match hier à Georges Lefèvre. Et à part que ça ne doit pas non plus poser trop de problème de déplacement aux joueuses de Fleury, je ne sais pas pourquoi le club a accepté le décalage. Sans doute par courtoisie parce que ça ne servirait à rien de se fâcher sans raison avec ce puissant voisin.

  17. #192
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J17 - Le résumé : MARSEILLE n'a pas dit son dernier mot, SOYAUX proche du maintien

    Retour sur les quatre rencontres disputées ce dimanche avec les succès de Montpellier, Soyaux, Marseille et le nul entre Bordeaux et Guingamp




    Le Paris FC continue à s'éloigner du trio de tête avec cette défaite face à Montpellier. Une équipe héraultaise qui avait besoin de bien préparer la Ligue des Champions et qui y est parvenu par une victoire (2-1). Deux face-à-face, un de chaque côté au quart d'heure de jeu étaient remportés par les gardiennes. Benameur face à Tonazzi (14e) puis Murphy devant Matéo (15e). Montpellier montait en puissance mais Benameur s'imposait devant Le Bihan (32e, 38e) pour préserver le 0-0.
    Changement de scénario dès la reprise, Tonazzi trouvait en remise Gauvin qui marquait de la tête au second poteau (1-0, 47'). Montpellier réaliste qui confirmait cette efficacité lorsque Jakobsson signait son entrée en jeu par le second but après un long ballon dans le dos de la défense (2-0, 75'). Comme lundi dernier face au PSG, le Paris FC sauvait l'honneur dans les derniers instants. Thiney réalisait une percée sur le côté droit et centrait à ras de terre pour Declercq (2-1, 89').
    Montpellier a bien préparé l'Europe tandis que la quatrième est définitivement remise en jeu avant le duel face à Bordeaux.

    Montpellier - Paris FC : 2-1 (0-0), à Montpellier (Stade Bernard Gasset - Terrain Mama Ouattara) - nombre de spectateurs non connus
    Arbitre : Solenne Bartnik

    1-0 Valérie GAUVIN 47' (Centre de Tonazzi repris de la tête au second poteau par Gauvin qui n'a plus qu'à pousser au fond)
    2-0 Sofia JAKOBSSON 75' (Long ballon dans le dos de la défense pour Jakobsson)
    2-1 Léa DECLERCQ 89' (Débordement de Thiney et Declercq conclue du plat du pied)

    Avertissement : Torrecilla 87'
    Montpellier : Murphy ; Torrent, Dekker, Sembrant (cap), Karchaoui ; Cayman (Léger 81'), Torrecilla, Toletti, Le Bihan ; Tonazzi (Veje 73'), Gauvin (Jakobsson 61')
    Banc : Gérard, Agard, Jakobsson, Veje, Léger
    Paris FC : Benameur ; Soyer, Butel, Bilbault, Cascarino ; Declercq, Jaurena, Lahmari (Vaysse 75'), Greboval (Makanza 56') ; Thiney (cap) ; Matéo
    Banc : Pecharman, Makanza, Jaffrelot, Vaysse


    Marseille reste dans le coup
    Alors qu'Albi restait sur une victoire importante à Fleury et l'OM sur un revers devant Lille à domicile, cette rencontre était l'opportunité pour les Albigeoises de confirmer. Mais les Marseillaises qui avaient décidé d'investir le camp local était rapidement récompensée par un débordement d'Asseyi et Alidou d'Anjou à la conclusion (0-1, 8'). Un avantage conservé logiquement au moment de rentrer au vestiaire même si Cazeau et Benlazar tentèrent de venir inquiéter Richard.
    Les Albigeoises revenaient avec d'autres intentions mais les occasions ratées allaient coûter cher. Cardia, juste entrée en jeu, venait après cinq minutes sur le terrain doubler la mise (0-2, 62'). La fin de match était plus accrochée, Albi voyait encore une occasion lui échapper avec un coup franc de Benlazar et une tête de Stefanovic juste à côté (81e). Albi a manqué une belle occasion de s'éloigner des relégables, et relance une équipe de Marseille qui joue Fleury dans deux semaines.

    Albi - Marseille : 0-2 (0-1), à Albi (Stade Maurice Rigaud) - 490 spectateurs
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    0-1 Marie Yasmine ALIDOU D'ANJOU 8' (Débordement d'Asseyi qui centre pour la reprise au 2e poteau d'Alidou D'Anjou)
    0-2 Mickaëlla CARDIA 62'

    Avertissements : Rouzies 32', Belkhiter 64' ; Traoré 32', Gadea 76'
    Albi : Lambert ; Stefanovic, Cazes, Rouzies, Belkhiter ; Benlazar, Mitchai (cap) (Roy-Petitclerc 46'), Leuko (Pantelic 66') ; Cazeau, Mijatovic, Martinez (Schlepp 53')
    Banc : Bayo, Pantelic, Roy-Petitclerc, Schlepp, Condon
    Marseille : Richard ; Soulard, Pizzala (cap), M'Bassidje, Lakrar ; Storti, Gadea ; Asseyi, Caputo (Fridriksdottir 67'), Alidou D'Anjou (Lozé 90') ; Traoré (Cardia 57')
    Banc : Fiordaliso, Antoine, Lozé, Cardia, Fridriksdottir


    Soyaux tout proche du maintien



    Après deux victoires par le passé pour Rodez à Soyaux, cette fois, les Charentaises ont su s'imposer malgré deux retours des Ruthénoises.
    Sur un terrain difficile, le déchet technique était important dès les premières minutes. Malgré cela, Soyaux arrive à monopoliser le ballon et Tolmais s'approche du but de Garcia. Après dix minutes de jeu, Rodez commence à se montrer et Cance tente sa chance dans un angle fermé (15e). Et c'est au plus fort de la domination visiteuse que Soyaux ouvre le coup. Sur un coup franc lointain de boudaud, Dumont vient gêner la gardienne et effleurer le ballon (1-0, 25'). Rodez reste dangereux avec Peruzzetto (42e) et Lemaitre qui se retrouve seule devant Munich (43e). Et juste avant le repos, Noiran se retrouve à l'entrée de la surface et lobe Munich (1-1, 45+1'). En seconde période, les actions vont d'un but à l'autre. Reprise de la tête d'Awona sur un coup franc de Bourgouin, Garcia détourne (50e). Saunier répond par une frappe déviée par Munich (52e). Tolmais manquait une nouvelle balle de but (61e) mais se rattrape dans la foulée (2-1, 62'). Trois minutes plus tard, Bourgouin heurte la barre (65e). L'entraîneur ruthénois procède alors à deux remplacements pour se relancer. Munich s'interpose devant Cance mais Peruzzetto est en embuscade pour une nouvelle égalisation (2-2, 77'). Tout est alors possible et c'est finalement, Soyaux qui va sourire. Bourgouin récupère une mauvaise relance et trouve Babinga qui offre la victoire (3-2, 89') qui met Rodez premier non relégable à huit points au classement. Le maintien se rapproche.

    Soyaux - Rodez : 3-2 (1-1), à Soyaux (Stade Léo Lagrange) - 291 spectateurs
    Arbitre : Anaëlle Loidon

    1-0 Anaïs DUMONT 25' (Coup franc lointain de Boudaud. Dumont gène Garcia et le ballon rentre tout doucement dans le but)
    1-1 Clara NOIRAN 45+1' (Noiran contrôle le ballon à l'entrée de la surface et avec l'aide du rebond, elle décoche une frappe qui lobe Munich)
    2-1 Danielle TOLMAIS 62' (Clérac trouve Tolmais dans la surface qui ajuste la gardienne)
    2-2 Julie PERUZZETTO 77' (Cance s'infiltre dans la surface. Munich s'interpose mais Peruzetto a bien suivi et égalise de près)
    3-2 Pamela BABINGA 89' (Suite à un dégagement manqué de Rodez, Bourgouin trouve Babinga, qui place le ballon entre les jambes de Garcia)

    Avertissements : Verges 66' ; Saunier 32', Lemaitre 65', De Sousa 82'
    Soyaux : Munich ; Deschamps (Rougé 38'), Verges, Awona, Boudaud ; Dumont, Tandia (cap), Clérac, Bourgouin, Babinga, Tolmais
    Banc : Moinet, Courel, Fleury, Rougé
    Rodez : Garcia ; Banuta, Infante, Guitard (cap), Hoarau ; Peruzzetto, Saunier, Bonet (De Sousa 67') ; Noiran (Mabomba 67'), Lemaitre (Tyryshkina 85'), Cance
    Banc : Niphon, De Sousa, Mabomba, Tyryshkina, Chareyron


    Bordeaux concède le nul



    Réduit à dix, Bordeaux a dû se contenter du nul face à Guingamp qui lutte pour le maintien.
    Les Bordelaises se sont heurtées durant une mi-temps à la gardienne Durand. Décisive devant Thomas (5e, 9e), elle l'est aussi sur une frappe lointaine de Tarrieu (19e). Les Guingampaises sortent aussi de leur camp pour porter quelques banderilles avec une tête de Drozo juste au dessus du cadre (13e). Le tournant du match intervient juste avant la demi-heure de jeu. Un tacle d'Istillart et la capitaine bordelaise reçoit son second avertissement en quatre minutes. Bordeaux va devoir jouer une heure en infériorité numérique. Cela n'empêche pas Ali Nadjim de se montrer dangereuse (32e, 42e) avant le repos. Elle trouva finalement la faille d'une frappe de l'extérieur de la surface dans la lucarne opposée à la reprise (1-0, 49'). Les Bretonnes y croient malgré tout et la capitaine Pervier va en profiter (1-1, 67'). Physiquement, les Girondines sont éprouvées mais ne lâchaient pas le point du match nul malgré une frayeur avec une frappe d'Oparanozie sur la barre (82').

    Bordeaux - Guingamp : 1-1 (0-0), à Blanquefort (Stade Jean-Pierre Delhomme) - 422 spectateurs
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

    1-0 Nadjma ALI NADJIM 49' (Frappe depuis l'angle de la surface dans la lucarne opposée)
    1-1 Marine PERVIER 67' (Passe de Fleury)

    Avertissements : Istillart 25' et 29' ; Lorgeré 58'
    Expulsion : Istillart 29'

    Bordeaux : Nayler ; Lardez, Sousa, Fahey, Thibaud ; Thomas (Lavaud 72'), Istillart (cap), Karchouni, Tarrieu, Barbance, Ali Nadjim (Cambot 81')
    Banc : Nadal, Bornes, Cambot, Lavaud, Touzeau
    Guingamp : Durand ; Meffometou, Debever, Lorgeré, Drozo ; Palis (Bueno 62'), Pervier (cap), Le Garrec, Robert (Fleury 66') ; Fourré, Oparanozie
    Banc : Fauvel, Morin, Bueno, Fleury, Abadou

    >> LE RÉSUMÉ DE LILLE - LYON (1-10)

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J17-...en_a14550.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  18. #193
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut



    Les résumés et buts de la 17ème journée : Lille-Lyon, Soyaux-Rodez, Albi-Marseille, Montpellier-Paris FC et Bordeaux-Guingamp.
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  19. #194
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J18 : le moment ou jamais pour RODEZ et MARSEILLE ?

    Les deux relégables du championnat accueillent ce dimanche chacun des équipes qui les devancent de quelques points au classement. Une victoire permettrait de se rapprocher de la zone de flottaison.


    A Soyaux, Rodez s'est incliné finalement 3-2 et reste relégable (photo footofeminin)


    Avec trois points de retard sur le premier non relégable Fleury, Rodez et Marseille n'ont pas encore abdiqué. D'autant que Marseille reçoit l'équipe de Fleury ce dimanche. Avant d'enchaîner par PSG et Lyon, les Marseillaises doivent marquer des points ce dimanche pour laisser entretenir l'espoir au mois de mai. Scénario différent pour Rodez qui va jouer quatre équipes de la seconde moitié du tableau avec Lille puis Albi, Fleury et Marseille. Autant d'adversaires "abordables" avant le dernier match de la saison contre Lyon.

    Une troisième rencontre se déroule entre deux équipes encore préoccupées par le maintien. Si pour Soyaux, cela va mieux depuis le succès face à Rodez (3-2), le déplacement à Guingamp (9e) est attendu. Les Bretonnes espèrent bien de leur côté en profiter aussi pour marquer des points avec malgré tout un calendrier intéressant puisque Lille, Albi, Fleury et Marseille sont au programme de la fin de saison.

    Avec toutes ces oppositions entre équipes de la deuxième moitié du classement, Bordeaux, 5e, commence à regarder vers le haut et juste devant à un point se situe le Paris FC. Les Parisiennes sont d'ailleurs leurs hôtes en ce dimanche pascal. La quatrième place est donc en jeu.

    Dans la rencontre de haut de classement, c'est la deuxième place qui va se disputer entre Montpellier, tout fraîchement éliminé de la Ligue des Champions, et le PSG, son prédécesseur avec trois points d'avance mais aussi un match en retard à jouer contre Fleury dans quatre semaines.

    Quant à Lyon, le titre n'est pas acquis mais se rapprocherait encore plus en disposant d'une équipe d'Albi qui est 8e du championnat mais dont les deux prochains matchs seront prépondérants contre Albi et Guingamp.


    LES MATCHS

    Dimanche 1er avril 2018

    Guingamp - Soyaux : 14h00
    , à Saint-Brieuc (Stade Fred Aubert)
    Arbitre : Céline Bagrowski

    Montpellier - PSG : 14h00, à Montpellier (Stade Bernard Gasset 7 - Mama Ouattara)
    Arbitre : Victoria Beyer
    en direct sur Eurosport 2

    Rodez - Lille : 14h00, à Rodez (Stade Paul Lignon)
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    Marseille - Fleury : 15h00, à Marseille (Stade Roger Lebert)
    Arbitre : Florence Guillemin

    Lyon - Albi : 15h00, à Décines-Charpieu (Groupama Training Center)
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

    Paris FC - Bordeaux : 15h00, à Bondoufle (Stade Robert Bobin)
    Arbitre : Camille Soriano


    INFOS DIVERSES

    - Le match en retard PSG - Fleury reporté lors de la 17e journée, a été fixé au 29 avril.
    - Suite à la qualification de Lyon en demi-finale de la Ligue des Champions, la rencontre prévue le 22 avril contre Fleury a été décalée au mercredi 9 mai.

    >> CLASSEMENT
    >> CLASSEMENT DES BUTEUSES

    Suspendues

    Sophie Istillard (Bordeaux)
    Agathe Ollivier (Guingamp)
    Marine Haupais (Fleury)

    Vendredi 30 Mars 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J18-...LE_a14586.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  20. #195
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    MHSC-PSG : La Coupe d’Europe est finie… Vive la Coupe d’Europe !
    Publié le 30 mars 2018 | Actus
    Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



    A peine éliminé de la Ligue des champions face à Chelsea mercredi, Montpellier va disputer un choc de D1 sous forme de dernière chance, en vue de la deuxième place qualificative pour la Coupe d’Europe l’année prochaine, face au PSG ce dimanche (14h00).


    Quoiqu’il arrive, le match de dimanche face au PSG pour le compte de la 18e journée de D1 aura au moins permis à tout le groupe Montpelliérain de faire une chose : oublier l’élimination en quart de finale de la Ligue des champions face à Chelsea (0-2 ; 1-3). Marquées à la fin de la rencontre mercredi soir, les joueuses sudistes ont tout de suite pointé du doigt le choc qui les attendait quelques jours plus tard. Et puis, comme l’expliquait Jean-Louis Saez le lendemain, à tête reposée : « On a perdu les deux matches. Si on en avait gagné un encore, on aurait eu des regrets mais là, à part le fait que l’aventure se termine… ».
    Paradoxalement, ce qui fait l’importance du match de dimanche face au PSG, c’est surtout cette deuxième place… qui leur permettrait de retrouver la Ligue des champions la saison prochaine. Troisièmes, à trois points de Paris (qui compte un match en moins), les coéquipières de Marion Torrent doivent absolument l’emporter pour espérer s’insérer entre Paris et Lyon. Et celles-ci ne devraient pas se servir de l’excuse d’avoir déjà joué un match de grosse intensité cette semaine, puisque Saez évalue les 4 jours qui séparent les deux rencontres comme une période toute à fait normale de récupération.



    « Corriger l’entame des matches et l’efficacité »

    Surtout qu’alors que le MHSC s’avance avec un effectif enfin au complet, Paris compte ses absentes. Celles de Formiga, Erika et Endler, parties en toute hâte rejoindre leurs sélections respectives (le Brésil et le Chili)- pour participer à la Copa América, qui débute 4 avril -après la qualification face à Rodez en Coupe de France (5-1) dimanche dernier, se sont rajoutées aux absences de Geyoro et Boulleau, toutes deux déjà sur le flanc. De quoi faire grincer des dents Patrice Lair : « Ça fait la moitié d’une équipe ! Ce sera peut-être le temps pour moi de tester des jeunes dans des grands matches, relativisait tout de même l’ancien coach de l’OL. Il arrivera ce qu’il arrivera, mais une chose est sûre c’est qu’on n’ira pas là-bas pour blinder ». De quoi promettre du spectacle, Jean-Louis Saez s’affichant sur la même longueur d’onde : « Nous on aime bien récupérer le ballon assez vite, et puis notre jeu c’est de poser des problèmes à l’adversaire. Même si on reste sur une élimination en quart de finale, on veut montrer qu’on était proche de ce niveau, en corrigeant ce qui nous a manqué, c’est-à-dire la gestion de l’entame de match et l’efficacité ».



    Montpellier, où sont les buts ?

    Après une partie de saison canon (25 buts en 5 matches), Jakobsson et compagnie ont en effet baissé le pied depuis quelques mois, s’offrant le plus souvent des succès ric-rac, comme face à Marseille (3-2), Rodez (2-1) ou encore le Paris FC (2-1) il y a deux semaines. Quand cette inefficacité ne les plombe pas totalement, à l’image de ce nul concédé à Fleury (1-1) fin février, malgré quelques occasions franches en fin de partie. « Cette contre-performance va peser car elle nous privera peut-être de la deuxième place », rappelle Saez. « C’est dû à plusieurs paramètres, notamment les blessures ! On a rencontré pas mal de soucis par rapport à ça depuis 3-4 mois. C’est toujours mieux lorsqu’un collectif est bien huilée, ça favorise les automatismes ». Une inquiétude qui ne concorde pourtant pas avec les chiffres puisque Montpellier reste la deuxième meilleure attaque du championnat (54 buts inscrits, soit 7 de plus que Paris).
    Et le coach de Montpellier d’appuyer : « L’année dernière on mettait 5 buts par matches, mais on marquait dans le premier quart d’heure, donc ça engendrait de la confiance qui faisait qu’on continuait à attaquer. Alors que si le score est serré et qu’on s’expose aux contres derrière, on a tendance à être plus sur la défensive ». On en revient toujours aux entames de matches donc, qui ont coûté cher à Montpellier mercredi face à Chelsea par exemple, Kirby trouvant la faille dès la… 4e minute !



    « Ce match face à Paris, c’est notre dernière chance »

    « Pourtant on est concentré, on essaie de bien commencer les matches, mais ça ne va pas dans notre sens en ce moment. Du coup on travaille dessus d’autant plus », affirme Sandie Toletti, qui a fait partie pendant 2 mois de ce contingent assez important de blessés côté Montpelliérain. Touchée au tibia, elle est revenue à la compétition il y a 3 semaines. A l’aller aussi, Montpellier avait craqué dès la 19e minute avant de sombrer (1-3, score final) au Camp des Loges. « Ça s’était joué sur les coups de pieds arrêtés, insiste Saez. Depuis il s’est passé du temps, les deux équipes ont évolué, et moi je vais surtout m’attarder sur la façon dont on va jouer ». Sandie Toletti abonde dans son sens : « Même avec leurs blessées, ça reste un bon groupe, elle vont jouer toutes ensembles et on sait qu’on va devoir tout donner pour accrocher la deuxième place. Ce match face à Paris, c’est notre dernière chance », illustre la milieu de terrain. Car même en cas de succès, la deuxième place sera toujours difficile à aller chercher pour Montpellier, qui devra espérer une victoire de Lyon lors de la 21e journée en mai, ainsi qu’un autre faux-pas du PSG- peut-être face à Marseille, le 22 avril à domicile ? –pour revoir la Coupe d’Europe l’an prochain.

    Mais ce serait bien étonnant que d’assister à pareille remontada, alors que Patrice Lair a érigé la place de dauphin comme l’objectif primordial de cette fin de saison. Le début de match risque d’être explosif, de par l’intensité qu’essayera d’imprimer Montpellier d’entrée, tout en essayant de ne pas laisser d’espace en défense à la deuxième meilleure buteuse du championnat, très attendue dans ce choc, Marie-Antoinette Katoto (17 buts, photo ci-dessus). La deuxième certitude autour de cette rencontre donc, c’est qu’il faudra être à l’heure ce dimanche à Grammont.


    Tous propos recueillis par Vincent Roussel
    Crédits Photos : Vincent Roussel pour Foot d'Elles / TeamPics - PSG


    http://www.footdelles.com/article/Ac...e-_157003.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  21. #196

    Date d'inscription
    mars 2011
    Messages
    9 421

    Par défaut

    2 a 0 pour Montpellier face au Quatar

    LYON
    19 Titres de Champion de France de Basket

    1946,,2016

  22. #197
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    #D1F - J18 : le résumé de la journée

    Retour sur les six rencontres de la 18e journée marquée par les succès de Montpellier, Rodez, Guingamp et Fleury, du nul entre le Paris FC et Bordeaux alors que Lyon poursuit sa série avec une 18e victoire.


    MONTPELLIER - PSG : 3-0


    Le choc entre Montpellier et le PSG a vu l'équipe montpelliéraine fraîchement éliminée de Ligue des Champions garder le rythme européen. Dans cette course à la Ligue des Champions, les joueuses de Jean-Louis Saez ont élevé leur niveau pour performer.

    Après une première période équilibrée, où l'un des meilleures situations aura été au crédit de Cayman obligeant Kiedrzynek à une parade, c'est Jakobsson qui commençait à user la charnière centrale Paredes - Dudek. Privé de Formiga partie en sélection, Patrice Lair avait aussi dû recomposer son milieu de terrain. C'est d'ailleurs de là que vient le premier but, un ballon de Delie récupéré par Torrecilla, et Jakobsson lancée en profondeur ne tremblait pas en bout de course (1-0, 49'). Diallo qui occupait le ballon de milieu défensive regrettait les erreurs coupables de son équipe : "On n'a pas respecté les consignes. On savait que les dangers, c'était les ballons en profondeur. Les trois actions qui ont amené les buts étaient comme ça". Après une timide réaction d'Hermoso, le second but arrivait sur une faute de Diani sur Jakobsson, lancée en profondeur au départ. Cayman se chargeait du penalty (2-0, 66'). Le PSG n'avait pas de solution et Katoto muselée ne parvenait pas à inquiéter Murphy. Jakobsson lancée par Toletti perdait ensuite un duel, et c'est la remplaçante Blackstenius sur un long ballon de dégagement de... Jakobsson que le break était définitivement fait (3-0, 75').
    Le PSG s'est "tiré une balle dans le pied en perdant 3-0. Maintenant il faudra gagner tous nos matchs" regrettait Aminata Diallo après match. Car désormais les Montpelliéraines devancent le PSG aux confrontations directes (3-0, 1-3). Et dans les têtes, l'Europe reste possible comme le soulignait Janice Cayman : "On a a fait le match qu'il fallait. Je pense que la Ligue des Champions nous a aidé pour tout donner aujourd'hui, pour gagner. On continue à y croire la Ligue des Champions. On va tout donner."

    Montpellier - PSG : 3-0 (0-0), à Montpellier (Stade Bernard Gasset 7 - Mama Ouattara) - 264 spectateurs
    Arbitre : Victoria Beyer
    en direct sur Eurosport 2

    1-0 Sofia JAKOBSSON 49' (Extérieur du droit de Torrecilla qui lance en profondeur Jakobsson sur le côté gauche qui se présente face à Kiedrzynek à 10 m du but et place le ballon du droit sur la droite de la gardienne)
    2-0 Janice CAYMAN 66' s.p. (Faute de Diani sur Jakobsson. Penalty de Cayman qui ouvre son pied droit et prend la gardienne à contre-pied)
    3-0 Stina BLACKSTENIUS 75' (Long ballon de dégagement de Jakobsson dans le camp montpelliérain qui trouve Blackstenius sur le côté gauche qui prend le couloir sans être attaquée et vient conclure du gauche en ajustant Kiedrzynek à l'angle des 6 m)

    Avertissements : Karchaoui 82' ; Hermoso 50'

    Montpellier : Murphy ; Torrent Dekker Sembrant (cap.) Karchaoui ; Cayman Toletti Torrecilla Veje (Blackstenius 69') ; Jakobsson (Gauvin 90+4') Tonazzi (Le Bihan 89')
    Banc : Agard, Blackstenius, Gauvin, Le Bihan, Gerard
    PSG : Kiedrzynek ; Perisset Paredes (cap.) Dudek Lawrence ; Diallo ; Diani Hermoso (Hegerberg 82') Baltimore ; Delie (Pekel 52') Katoto
    Banc : Hegerberg, Boussaha, Kergal, Pekel, Voll


    GUINGAMP - SOYAUX : 1-0

    Après avoir dominé la rencontre sans jamais trouver le chemin des filets mais manque de justesse dans le dernier geste, les Guingampaises ont finalement inscrit le but de la délivrance dans les derniers instants.
    La nécessité de prendre des points était visible dans les intentions guingampaises avec Oparanozie, mais aussi sa capitaine Pervier et Robert en première période. Muettes à la pause, les Guingampaises voyaient les Sojaldiciennes revenir avec d'autres intentions. Bourgouin, Tolmais ou encore Babinga dans la première demi-heure se rapprochaient du but. Finalement la jeune remplaçante Beche, entrée en jeu pour la première fois en D1 d'un coup de tête suite à un corner de Morin a offert la victoire face à Soyaux (1-0, 90').

    Dimanche 1er avril 2018
    Guingamp - Soyaux : 1-0 (0-0), à Saint-Brieuc (Stade Fred Aubert) - 250 spectateurs
    Arbitre : Céline Bagrowski

    1-0 Amandine BECHE 90' (Corner de Morin repris de la tête)

    Avertissement : Verges 12'

    Guingamp : Durand ; Meffometou Debever Lorgere Morin ; Pervier (cap) Palis (Fourre 61') Bueno Fleury (Beche 73') Robert (Drozo 81') Oparanozie
    Banc Abadou, Fourre, Beche, Drozo, Fauvel
    Soyaux : Munich Verges (Canon 81') Rouge (Collin 40') Awona Boudaud Tandia (cap) Clerac Dumont (Fleury 83') Bourgouin Babinga Tolmais
    Banc: Canon, Fleury, Collin, Moinet


    RODEZ - LILLE : 2-1

    Les Ruthénoises avec leur victoire sur Lille s'offrent une fin de saison passionnante dans la course au maintien.

    Alertées par une frappe sur la barre de Sarr qui se retrouvait seule après un centre de Coryn, les Ruthénoises étaient en difficulté pour conserver le ballon. Noiran tentait bien une frappe au dessus du cadre (34e) mais cela ne suffisait pas, d'autant que Dali en faisait autant et Garcia devait se coucher (36e). A la pause, le 0-0 n'est pas illogique, les deux équipes manquant de percussion. Et alors que le LOSC venait d'effectuer deux remplacements, ce sont les Ruthénoises qui ouvraient la marque. Cance se faisait accrocher dans la surface et Lemaitre prenait Launay à contre-pied (1-0, 62'). Les Lilloises n'arrivaient pas à revenir et Mabomba manquait une belle balle de 2-0 après un centre de Cance (75e). Le match prenait une tournure différente quelques minutes plus tard avec la sortie de Pasquereau, blessée au genou. Avec les trois changements effectués, le LOSC devait finir à dix. Rodez en profitait pour faire le break. De Sousa sur le côté droit se déjouait de son adversaire sur le côté de la surface qui plaçait une frappe du gauche dans le petit filet (2-0, 85'). Dans la foulée, Lille revenait à 2-1 après un centre de Sarr pour Saïdi qui prenait le dessus sur Infante pour marquer du droit à bout portant (87'). Insuffisant pour le LOSC. Rodez est encore en course...

    Rodez - Lille : 2-1 (0-0), à Rodez (Stade Paul Lignon) - 653 spectateurs
    Arbitre : Maïka Vanderstichel

    1-0 Flavie LEMAITRE 62' s.p. (Faute sur Cance. Lemaitre transforme le penalty du droit en prenant Launay à contre-pied)
    2-0 Marine DE SOUSA 85' (De Sousa déborde à droite, se défait de sa défenseure sur le côté de la surface et frappe au but du gauche dans le petit filet opposé)
    2-1 Rachel SAIDI 87' (Centre de Sarr pour Saïdi qui prend le dessus sur Infante et marque du droit à bout portant)

    Avertissements : La Villa 28', Bouchenna 88'
    Rodez : Garcia ; Guitard (cap) Infante Ginestet Hoarau ; Saunier Tyryshkina ; Mabomba (Banuta 90+2') Lemaitre Noiran (De Sousa 76') Cance (Bonet 81')
    Banc : Niphon, Bonet, De Sousa, Banuta, Guellati
    Lille : Launay ; Mansuy (Paprzycki 75') Coutereels (cap) Chapeh Bouchenna Demeyere La Villa (Pasquereau 55', blessée 80') Dali Bauduin (Saidi 55') Coryn Sarr
    Banc : Azem, Lernon, Saidi, Paprzycki, Pasquereau


    MARSEILLE - FLEURY : 0-1


    Les Marseillaises restent 12e avec ce revers à domicile (photo OM.net)


    En s'inclinant à domicile devant Fleury, les Olympiennes ont compliqué leur entreprise de maintien.
    Soutenues par de fervents supporters, les Floriacumoises étaient venues pour chercher la victoire. Palacin se procurait une première grosse occasion que Richard stoppait avec autorité (21e). L'attaquante allait se rattraper avant la pause. Sur une service d'Amani plein axe, elle permettait à Palacin de se présenter dans la surface et de marquer de l'extérieur du droit pour devancer la sortie de Richard (0-1, 37'). En seconde période, les Marseillaises répondaient avec une reprise de volée d'Asseyi qui obligeait Gignoux à une parade (50e). Puis c'est Cardia entrée en jeu qui délivrait depuis la gauche un centre qui passait devant le but et surlequel Coton-Pélagie était trop juste au second poteau (56e). Rien n'y faisait pour l'OM même une barre transversale de Fridriksdottir à 90+4e minute. Frustré, Christophe Parra était aussi très déçu : "Nous avons encaissé un but qui est largement évitable et nous avons réussi à nous créer beaucoup d'occasions mais sans inscrire de but derrière (...) Il faut marquer pour gagner, le match se résume à cela." Cette défaite laisse l'OM un peu plus à la 12e place.

    Marseille - Fleury : 0-1 (0-1), à Marseille (Stade Roger Lebert)
    Arbitre : Florence Guillemin - 188 spectateurs

    0-1 Sarah PALACIN 37' (Passe d'Amani dans l'axe à ras de terre pour Palacin qui en hérite à l'entrée de la surface et devance la sortie de la gardienne pour marquer de l'extérieur du droit)

    Avertissements: Asseyi 90+1' ; Clemaron 10', Coudon 22'
    Marseille : Richard ; Soulard Pizzala (cap.) M'Bassidje Lakrar ; Coton Pelagie (Fridriksdottir 72') Dali Gadea Alidou (Bretigny 66') Asseyi Traoré (Cardia 46')
    Banc : Antoine, Cardia, Fridriksdottir, Bretigny, Fiordaliso
    Fleury : Gignoux ; Coudon Sissoko (cap.) Multari Butel Corboz Clemaron Fernandes (Rabanne 63') Amani Lavogez (Dunord 75') Palacin (Chatelain 82')
    Banc : Benoist, Traikia, Dunord, Chatelain, Rabanne


    PARIS FC - BORDEAUX : 1-1

    Les Bordelaises sont passées tout près de prendre la quatrième place à leur adversaire direct. Mais la seconde période plus aboutie des Parisiennes a finalement été récompensée d'une réaction suite à l'ouverture du score bordelaise.
    Gênées par une équipe girondine en place et présente dans les duels, les Parisiennes n'arrivaient pas à assurer une maîtrise technique supérieure pour faire la différence aux abords de la surface. Les enchaînements du PFC n'étaient pas concluants et en seconde période, lorsque le cadre était enfin trouvé, le corner direct de Declercq s'écrasait sur la barre (63e).
    Makanza décalée par Thiney venait ensuite inquiétée Nadal, qui suppléait Nayler partie avec sa sélection néozélandaise (67e). Bordeaux arrivait toujours à se dégager et allait même réussir un coup parfait après Ali Nadjim qui reprenait sans se poser de question un ballon à plus de 20 m. Benameur était battue (0-1, 83'). Mais l'entrée en jeu de Matéo s'avérait payante. Servie par Makanza, elle armait un coup de tête égalisateur (1-1, 89'). Dans la foulée, Bilbault était même proche de marquer le but de la victoire en reprenant un corner sauvé in extremis par une défenseure devant sa ligne. Le Paris FC reste quatrième, Bordeaux est toujours en embuscade.

    Paris FC - Bordeaux : 1-1 (0-0), à Bondoufle (Stade Robert Bobin) - 313 spectateurs
    Arbitre : Camille Soriano

    0-1 Nadjma ALI NADJIM 83' (Ballon renvoyé par la défense, Ali Nadjim reprend d'une puissante volée de 20 m)
    1-1 Clara MATEO 89' (Remise de Makanza sur Matéo qui marque de la tête)

    Avertissements : Cascarino 70', Soyer 81'

    Paris : Benameur ; Soyer Butel Bilbault Cascarino Jaurena De Almeida (Declercq 55') Makanza Thiney (cap.) Lahmari (Vaysse 64') Bourdieu (Mateo 76')
    Banc : Pecharman, Mateo, Greboval, Declercq, Vaysse
    Bordeaux : Nadal ; Lardez Fahey (cap.) Sousa Thibaud Tarrieu Cambot (Laurent 82') Barbance Chatelin Thomas (Bornes 78') Ali Nadjim (Touzeau 90')
    Banc : Bornes, Lavaud, Eliceche, Touzeau, Pinel


    LYON - ALBI : 4-0

    Après les joutes européennes et une qualification pour les demi-finales de la Ligue des Champions, les Lyonnaises se sont replongées le temps d'un week-end dans le championnat. Un match remporté 4-0 mais où l'OL n'a pas été aussi brillant. Certes le but rapide de la tête Renard sur un corner de Bacha a mis son équipe sur de bons rails (1-0, 5') mais la suite ne fut pas aussi limpide. Albi essayait quelques coups. Stefanovic en contre trouvait le petit filet de Bouhaddi (19e), puis quelques coups francs étaient tentés sans danger. Avec Henry, Majri et Mbock au repos, Bronze, Cascarino, Marozsan et Le Sommer sur le banc, c'est Hegerberg qui scorait à la demi-heure de jeu en venant couper au premier poteau un centre de Bacha.
    Puis ce n'est qu'après l'heure de jeu et après un triple changement que les choses évoluaient. Reynald Pedros reconnaissait d'ailleurs cette performance mitigée : "Ça a été difficile, on a effectué beaucoup de changements. Il n’y avait pas trop de rythme en première période. On savait que ça allait être compliqué mais le résultat est au bout". Hegerberg marquait à nouveau en reprenant un coup franc de Marozsan (3-0, 67') et finalement Le Sommer venait éliminer la gardienne albigeoise (4-0, 80'). Place désormais à la trêve internationale, le championnat n'étant de retour que début mai pour l'OL.

    Lyon - Albi : 4-0 (2-0), à Décines-Charpieu (Groupama Training Center) - 955 spectateurs
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

    1-0 Wendie RENARD 5' (Corner frappé rentrant par Bacha qui trouve la tête de Renard dont la reprise à bout portant lobe Lambert sortie)
    2-0 Ada HEGERBERG 33' (Centre de Bacha depuis le côté gauche repris par Hegerberg qui coupe la trajectoire au premier poteau)
    3-0 Ada HEGERBERG 66' (Coup franc de Marozsan repris de la tête par Hegerberg, le ballon contrée par Mitchai, trompe ensuite sa gardienne)
    4-0 Eugénie LE SOMMER 80' (Action entre Abily et Le Sommer qui combinent ensmble dans la surface, Le Sommer se présente qu'elle crochète puis marque)

    Avertissements : Hamraoui 35' ; Mitchai 37'
    Lyon : Bouhaddi ; Petit Renard (cap.) Buchanan Bacha Kumagai (Cascarino 61') Hamraoui (Marozsan 61') Van de Sanden (Le Sommer 61') Abily Brian Hegerberg
    Banc : Peyraud-Magnin, Le Sommer, Marozsan, Cascarino, Bronze
    Albi : Lambert ; Belkhiter Cazes (Pantelic 84') Mitchai (cap.) Stefanovic Leuko Pantelic Roy-Petitclerc Cazeau Mijatovic (Condon 61') Khoury (Schlepp 68')
    Banc : Martinez, Schlepp, Rouzies, Condon


    >> CLASSEMENT
    >> CLASSEMENT DES BUTEUSES


    Lundi 2 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J18-...ee_a14595.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  23. #198
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    Montpellier passe le cap de Bonne Espérance
    Publié le 02 avril 2018 | Actus
    Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



    En s’imposant de façon fort logique face à un PSG terne (3-0) ce week-end, Montpellier a totalement relancé la course à l’Europe en cette fin de saison. Une victoire aussi jouissive pour les unes que déconcertante pour les autres. La trêve internationale va permettre de bien préparer le sprint final.


    Dans le microcosme de la D1 féminine, Patrice Lair est surtout connu pour ses coups de gueule, et son franc-parler. Et on imagine bien que les murs des vestiaires du terrain Mama Ouattara au domaine de Grammont ont dû trembler dimanche après-midi, à la fin d’un match presque à sens unique entre Montpellier et le PSG. Très peu d’observateurs et de supporters pensaient Montpellier capable de renverser la tendance esquissée au match aller au Camp des Loges, lorsque Paris avait gagné sans coup férir contre des Pailladines dépassée (3-1). Ces dernières ont pourtant fait mieux que leurs adversaires, en terminant la rencontre sans avoir encaissé de but, pour la première fois depuis 11 matches en championnat. Abattue, Aminata Diallo s’est montrée lucide au coup de sifflet final : « On n’a pas respecté les consignes », pestait la joueuse au micro d’Eurosport. On savait que les dangers contre Montpellier c’était les ballons en profondeur. A chaque but, on s’est fait avoir ». La rage de la joueuse était à la hauteur du revers encaissé par le club de la capitale.



    Une hiérarchie se serait-elle renversée ?

    Quand, fin décembre 2016, Paris s’était imposé face à Lyon (0-1), on sentait qu’un bouleversement était possible au sein de la D1 féminine. Les moyens donnés par les dirigeants qataris, qui avaient permis à Paris de regarder l’OL dans les yeux, semblaient porter leurs fruits. Depuis, les galères, administratives (4 points perdus sur tapis vert face à Albi), et sportives (défaites en finale de la Coupe de France et de la Ligue des champions contre Lyon, à chaque fois au tir aux buts, et échec dans le recrutement d’une attaquante) se sont accumulées, et on a l’impression que c’est une autre hiérarchie qui a basculé ce dimanche. Longtemps considéré comme plus proche de Lyon que Montpellier, Paris pourrait terminer pour la deuxième saison consécutive derrière les Sudistes, que Patrice Lair considère depuis longtemps devant, en termes de qualité individuelle.



    Dimanche, Montpellier a également livré une prestation collective bien supérieure à celle de son adversaire. Mordantes d’entrée, les Montpelliéraines auraient d’ailleurs pu ouvrir le score bien plus tôt dans cette rencontre. Comme par exemple à la 19e minute, où Sofia Jakobsson, pourtant en bonne position a trop écrasé sa frappe. Comme on pouvait s’y attendre, les absences conjuguées de la capitaine Formiga et de l’internationale tricolore Grace Geyoro côté parisien ont pesé lourd dans l’entrejeu. Et celle d’Erika en défense aussi, puisque la Polonaise Paulina Dudek, titularisée pour la première fois en défense centrale, a multiplié les erreurs. Dominé presque partout, Paris n’a quasiment pas existé devant, Diani gâchant l’une des plus grosses occasions parisiennes en deuxième mi-temps, alors que Maire-Katoto n’a pas peser comme à son habitude sur l’arrière garde adverse. Elle s’est surtout signalée pour son sauvetage sur coup franc, en bloquant la tête d’Anouk Dekker (23e), bien servie par Karchaoui.

    « On s’est tiré une balle dans le pied »

    La latérale gauche montpelliéraine, qui était passée au travers à Londres cette semaine en Ligue des champions- elle est d’ailleurs directement impliquée sur le premier but de Chelsea –a rendu cette fois une copie très propre. Ça n’a pas été le cas de Katrine Veje, même si le plus important était ailleurs, puisque c’est par les deux autres attaquantes nordiques de l’effectif que la victoire s’est dessinée. Jakobsson, déjà virevoltante mercredi, a inscrit son 7e but de la saison en D1 dès le retour des vestiaires (1-0, 49e). L’irréprochable Janice Cayman n’a ensuite pas tremblé sur penalty (2-0, 66e), avant que l’autre Suédoise du groupe, Stina Blackstenius, ne libère tout un stade (3-0, 75e). Le manque d’agressivité de Dudek sur l’action a coûté cher à Paris, puisque les Montpelliéraines, sous les cris d’un Jean-Louis Saez plus tendu que jamais, ont tenu le score qui leur permet de passer devant Paris à la différence particulière, qui prévaut au classement en D1. « Aujourd’hui on s’est tiré une balle dans le pied. Nous on était venu pour gagner, on a fait un très mauvais résultat », a aussi déploré Diallo.



    « Je vais passer une bonne soirée ce soir (dimanche) je pense ! On est trop contentes, pouvait en revanche exulter Jakobsson en fin de rencontre. Il va falloir qu’on gagne tous nos matches, et après on verra si jamais on finit à la 2e place ». « On a fait le match qu’il fallait aujourd’hui. La ligue des champions nous a aidé à tout donner aujourd’hui, et surtout à hausser notre niveau », observait de son côté Janice Cayman, en écho à son entraîneur qui déclarait un peu plus tôt cette semaine que la chute face à Chelsea faisait partie du long apprentissage de son jeune groupe. Et les leçons commencent à prendre, puisqu’en cas de défaite du PSG face à Lyon (le 19 mai prochain), et de parcours sans faute de Montpellier, le club de Laurent Nicollin pourrait se qualifier pour la deuxième saison d’affilée en Europe. Une façon de valider le projet mis en place il y a plusieurs années, basé sur l’émergence de jeunes talents montpelliérains, accompagnés de joueuses étrangères d’expérience (Dekker, Sembrant ou Jakobsson entre autres).

    Un revers qui met le projet parisien en péril ?

    De l’autre côté du prisme, le projet parisien montre des limites inquiétantes sur la scène nationale, après avoir pourtant atteint à deux reprises, en trois ans, la finale de la Ligue des champions. Mais Paris n’a toujours pas soulevé le moindre trophée depuis l’arrivée des Qataris, et la sonnette d’alarme tirée depuis de nombreux mois par Patrice Lair ne semble pas trouver d’écho du côté de la direction. Les efforts fournis au niveau du staff (avec l’arrivée d’un nouvel adjoint, Bernard Mendy, et d’un directeur sportif, Bruno Cheyrou), ne trouvent pour l’instant pas de répercussion sur le terrain. Le groupe parisien risque d’avoir des maux de tête pendant la trêve, et voilà Paris obligé de gagner tous ses matches et surtout de faire un résultat face à l’OL pour entendre à nouveau la douce musique de la Ligue des champions l'an prochain. Une mélodie sans laquelle l’été parisien risque bien d’être mouvementé…



    Credits photos : Vincent Roussel pour Foot d'Elles / MHSC

    http://www.footdelles.com/article/Ac...ce_157038.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  24. #199
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    71 897

    Par défaut

    Citation Envoyé par ours11 Voir le message
    2 a 0 pour Montpellier face au Quatar
    Victoire assez nette 3-0, Montpellier reprend l'avantage aux confrontations directes... il ne va pas falloir balancer ce fameux PSG-OL lors de la 21ème journée et offrir la qualif en LDC pour les Pailladines
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta :cool:

  25. #200

    Par défaut

    Citation Envoyé par Rem56 Voir le message
    Victoire assez nette 3-0, Montpellier reprend l'avantage aux confrontations directes... il ne va pas falloir balancer ce fameux PSG-OL lors de la 21ème journée et offrir la qualif en LDC pour les Pailladines
    C'est sur, faudra le gagner ce match contre Paris, en plus d'une préférence personnel pour Montpellier, je pense que pour le foot Français, c'est également mieux, Paris peut se permettre de continuer à investir sans LDC (et va peut être même redoubler d'effort pour retrouver la LDC), alors que pour Montpellier, c'est la LDC qui va lui permettre de continuer à grandir.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas poster des nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas poster de réponses
  • Vous ne pouvez pas poster des pièces-jointes
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •