Page 42 sur 42 PremièrePremière ... 32404142
Affichage des résultats 1 026 à 1 038 sur 1038

Discussion: Équipes de France U16 / U17 / U19 / U20

  1. #1026
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Euro U19 - Un titre à défendre en défiant l'ALLEMAGNE en demi-finale

    En obtenant sa qualification pour les demi-finales, la sélection U19 a confirmé sa montée en puissance. La demi-finale face à l'Allemagne sera un test encore plus révélateur (20h00).




    Pour la treizième fois de son histoire, la sélection U19 se retrouve en demi-finale de la compétition. Face à elle, se présente l'Allemagne qui présente le meilleur bilan avec sa 15e participation en 20 éditions. Les deux sélections sont également les plus titrées. L'Allemagne a six titres contre quatre pour la France. Une finale avant l'heure au regard du palmarès, alors que l'autre rencontre opposera les Pays-Bas (1 titre, 4e présence en demi) à l'Espagne (1 titre, 8e présence en demi).

    Rencontrer l'Allemagne en demi-finale est aussi signe d'espoir. Les deux dernières confrontations à ce stade de la compétition face à l'Allemagne ont été suivies de victoire en finale lors des éditions 2010 et 2013. Battre l'Allemagne dans cette catégorie U19 en matchs officiels est d'ailleurs de l'histoire récente comme en témoigne l'historique (voir ci-dessous).


    Bourdieu retrouve le rythme en sélection après une longue blessure (photo UEFA.com)

    L'Allemagne peut faire valoir une solidité défensive indéniable. Un seul but encaissé dans son parcours de qualification face à la Pologne lors du tour Elite dans un match remporté (7-1). L'Islande (4-0) et la Suisse (2-0) n'ont rien plus faire, pas plus qu'en phase finale que l'Ecosse (3-0) et surtout l'Espagne qui aura été le meilleur test (2-0).

    La France n'a pas connu le même parcours mise en difficulté par les Pays-Bas (1 nul et 1 défaite 0-2). Mais les deux derniers matchs ont permis de voir l'équipe monter en puissance, grâce à une solidarité de tous les instants et un collectif solide qui a permis de tenir face à l'Angleterre avant de l'assommer en fin de match (1-0). L'Italie qui avait ouvert le score, a ensuite explosé (6-1). Le mérite est à tous les niveaux.

    L'expérience et les qualités de Chavas en défense sont la base de l'équipe devant laquelle elle a su se développer. En défense, Piga - Galera avec Dechilly et Goetsch. Daoudi au milieu de terrain s'impose de plus alors qu'offensivement la puissance de Laurent à droite, Caputo à gauche, les attaquantes Karadjov et le sens du but de Bourdieu ont de quoi entrevoir de bonnes dispositions alors que le sélectionneur a été contraint de se passer de Katoto. Ce jeudi soir, face à la défense allemande, ce sera l'occasion de voir si l'équipe confirme dans le domaine offensif pour ainsi retrouver la finale un an après le succès en Slovaquie.


    Le programme
    Demi-finales

    Pays-Bas - Espagne : 16h00 (en direct sur Eurosport)
    Allemagne - France : 20h00 (en direct sur Eurosport)
    Match de barrage pour la place qualificative à la Coupe du Monde U20
    Ecosse - Angleterre : 20h00


    LES FRANCE - ALLEMAGNE U19 en matchs officiels

    Euro 1999 moins de 18 ans : France éliminée en quart de finale
    17/04/1999 France-Allemagne 2-1 (quart de finale aller)
    Buts : Marie Kubiak 21', Sonia Haziraj 90' ; Martina Müller 80'

    07/05/1999 Allemagne-France 5-0 (quart de finale retour)
    Buts : Martina Müller 33', Christa Schäpertöns 56', Tanja Wörle 63', Marion Wilmes 82', Jennifer Meier 90'

    Euro 2000 moins de 18 ans : France éliminée en phase de groupe
    29/07/2000 France-Allemagne 1-3 (phase de groupe)
    Buts : Marie Kubiak 83' ; Jennifer Meier 20', Marion Wilmes 40', Petra Wimbersky 89'

    Euro 2002 U19 : France battue en finale
    02/05/2002 France-Allemagne 2-3 (phase de groupe)
    Buts : Claire Morel 36', 41' ; Barbara Müller 21', 56', 70'

    12/05/2002 Allemagne-France 3-1 (finale)
    Buts : Isabell Bachor 34', Barbara Müller 43', Viola Odebrecht 70' ; Sandrine Rouquet 10'

    Euro 2006 : France battue en finale
    22/07/2006 Allemagne-France 3-0 (finale)
    Buts : Isabel Kerschowski 13', 53', Monique Kerschowski 75'

    Euro 2007 : France battue en demi-finale
    26/07/2007 Allemagne-France 4-2 a.p. (demi-finale)
    Buts : Stephanie Goddard 44', Nicole Banecki 66', Susanne Hartel 114', Isabel Kerschowski 120+1' ; Marie-Laure Delie 67', Chloé Mazaloubeaud 75'

    Euro 2009 : France battue en demi-finale
    13/07/2009 France-Allemagne 1-2 (phase de groupe)
    Buts : Solène Barbance 7' ; Jessica Wich 35', 36'

    Euro 2010 : France vainqueur
    02/06/2010 Allemagne-France 1-1 a.p. (tab 3-5) (demi-finale)
    Buts : Kyra Malinowski 37' ; Solène Barbance 28'

    Euro 2013 : France vainqueur
    28/08/2013 Allemagne-France 1-2 (demi-finale)
    Buts : Pauline Bremer 90+3' s.p. ; Kadidiatou Diani 61', 64'

    >> Plus d'infos sur les confrontations

    Jeudi 17 Août 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Euro-U19-...le_a13947.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  2. #1027
    Avatar de TotoIsBack
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Localisation
    Vichumme
    Messages
    1 798

    Par défaut

    L'EDF féminine des U19 s'est qualifiée en battant l'Allemagne 2-1 après avoir été menée 1-0 par l'Allemagne, notamment grace à un but de la néo-Lyonnaise Emelyne Laurent : bravo à elles !

    Elles défendront leur titre en finale face aux Espagnoles qu'elles avaient battues en finale l'année dernière.
    Attention à ces Espagnoles qui ont battu les Hollandaises 3-2...

  3. #1028

    Par défaut

    Emeline Laurent est rentré a la mi temps et à encore été décisive comme contre l angleterre. Par contre elle a un caractère de cochon et est très personnelle. Mais elle a clairement dynamiter le secteur offensif. Il faut quand même dire que comme contre l angleterre la france n à pas vu le jour , je me demande comment l Allemagne à pu perdre ce match. La première mi temps à été une attaque défense avec un bon vieux 4 5 1 des familles. Légèrement mieux en seconde mais 2 buts sur 2 actions.
    L espagne à perdu 2 à 0 contre l Allemagne mais joue très bien, la france gagne en ne jouant pas. Il faut dire que tant techniquement que tactiquement on est bien inférieur à l Allemagne et à l angleterre.
    On va dire que seul le résultat compte. Je crains qu on adopte le même système contre l Espagne, tous derrière et une devant et Laurent qui rentre en seconde mi temps .par contre on a une super gardienne avec chavas de St Étienne. Et Julie pigà fait le job derrière.

  4. #1029

    Par défaut

    Ce qui est inquiétant c est la qualité des allemandes, des anglaises des espagnoles qui clairement forment mieux que nous. A force de se rejouir des pôles de formation , du travail de la fédérations , on oublie un peu que le championnat des jeunes est d un niveau affligeant. Je n ai pas vu une seule joueuse française qui ait crevé l ecran , alors qu en allemagne il y en a déjà 2 ou 3 qui sauf pépin seront des tops joueuses. Mais bon on va pleurer un soir de victoire

  5. #1030
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Euro U19 - Les Bleuettes aux deux visages se qualifient face à l'ALLEMAGNE

    Après avoir été en difficulté tout au long de la première période, la sélection U19 a affiché un visage totalement différent à la reprise emmenée par Bourdieu, deux passes décisives, et les remplaçantes Thibaud et Laurent buteuses.


    Les Bleuettes ont de la ressource (photo UEFA.com)


    Dimanche, la France remettra son titre U19 en jeu face à l'Espagne. Une finale similaire à celle de l'édition 2016 en Slovaquie qui avait consacré les Françaises. L'histoire peut donc à nouveau se répéter et permettre ainsi d'envisager un cinquième sacre dans cette catégorie après ceux de 2003, 2010, 2013 et 2016.

    Mais pour parvenir à atteindre cette finale, la France a dû tenir face à une équipe allemande ultra-dominatrice lors de la première période et qui débloqua la situation avant le repos par Bühl. Deux changements opérés à la pause par Gilles Eyquem ont cependant permis de renverser la situation en l'espace de trois minutes avec des réalisations de Thibaud et Laurent. C'est désormais une confirmation, les Françaises ont de la ressource.

    Une équipe aux deux visages



    La physionomie de la première période n'inspirait pas confiance avec une équipe de France à la peine et l'Allemagne devant au tableau d'affichage. Mais fidèle à son groupe et à la stratégie d'impliquer tout son groupe dans l'aventure, le sélectionneur Gilles Eyquem apportait du sang neuf dès la reprise en faisant entrer en jeu Thibaud et Laurent.

    La différence ne tardera pas à se faire ressentir. Moins de trois minutes après son entrée, la néo-Lyonnaise Laurent effectuait une percée à gauche et concluait d'une frappe dans un angle fermé (48e). Cette tentative avec la première frappe tricolore depuis le début du match. Après avoir évité le pire lorsque Freigang avait le balle 2-0 suite à un centre de Pawollek remis sur Gwinn (50e), la France prenait le dessus mentalement.

    Coaching payant



    L'Allemagne accusait le coup et la défense germanique jusqu'alors bien tranquille affichait des difficultés à contenir les attaquantes bleuettes. Du statut de joueuse isolée à la pointe de l'attaque, Bourdieu était enfin en vue. C'est sur une action arrêtée qu'elle allait offrir le ballon du 0-1. Son corner frappé de la droite vers la gauche était repris par l'une des remplaçantes entrée à la pause, à savoir Thibaud, qui reprenait le ballon d'une tête décroisée et le piquait pour tromper Fischer (1-1, 70').

    Les Allemandes n'avaient pas le temps de réagir que Laurent venait porter le coup de massue. Une minute après une faute sifflée à son encontre alors qu'elle semblait avoir pris le dessus sur sa défenseure, cette dernière l’oubliait totalement et c'est libre de tout marquage, servie parfaitement par Bourdieu qu'elle venait placer le ballon hors de portée de la gardienne d'une frappe croisée qui heurtait le montant avant d'entrer dans le but (1-2, 73').

    Les Françaises venaient de renverser un match mal engagé grâce à aux remplaçantes. Laurent était même trop individualiste ensuite préférant tenter un lob alors que des solutions se présentaient dans l'axe (80e). Le dernier sursaut allemand dans les arrêts de jeu avec Kögel et Freigang ne trouvait pas le but grâce aux interventions de Chavas et Galera (90+1e).


    Bourdieu, deux passes décisives à son actif

    La France qui sort pour la troisième consécutive l'Allemagne en demi-finale d'un Euro U19, a su laisser passer l'orage. Celui-ci déclenché par Freigang (20e), Graf (27e) sans cadrer mais surtout la reprise d'un corner de Pawollek par Gwinn où le ballon flirtait avec le montant droit de Chavas (37e) ou encore l'action individuelle de Minge (39e). La domination allemande ne s'était concrétisée qu'à une reprise par Bühl idéalement servie dans l'axe par Gerhardt (1-0, 40'). Insuffisant finalement face à des Bleuettes qui en avaient alors garder sous la semelle ou plutôt sur le banc.

    L'enthousiasme affiché au fil des matchs est encourageant avant de défier l'Espagne mais aussi à un an de la Coupe du Monde U20 en France.

    Photos UEFA.com


    Championnat d'Europe U19 de l'UEFA - Demi-finale
    Jeudi 17 août 2017
    - 20h00
    ALLEMAGNE - FRANCE : 1-2 (1-0)
    Belfast (Windsor Park)
    Temps légèrement pluvieux - Terrain excellent
    Arbitres : Silvia Domingos (Portugal) assistée de Iuliia Petrova (Russie) et Bérengère Pierart (Belgique). 4e arbitre : Barbara Poxhofer (Autriche)
    Buts :
    1-0 Klara BÜHL 40' (Combinaison au milieu de terrain partie de Freigang vers le côté gauche pour Gerhardt qui arrive à servir Bühl dans l'axe, oubliée, qui entre dans la surface place une frappe du plat du pied droit de 11 m qui trompe Chavas)
    1-1 Julie THIBAUD 70' (Corner frappé par Bourdieu repris d'une tête piquée décroisée par Thibaud à 10 m du but dans l'axe)
    1-2 Emelyne LAURENT 73' (Récupération française au milieu de terrain. Bourdieu est servie dans l'axe et décale sur Laurent à droite, à la limite du hors-jeu, elle part dans le dos de Siems et place une frappe croisée du droit à ras de terre qui heurte le poteau opposé avant de terminer derrière la ligne)

    Avertissements : Daoudi 16', Boussaha 30', Chavas 90+2' pour la France

    Allemagne : 12-Vanessa Fischer ; 2-Dina Orschmann (14-Sarai Linder 82'), 4-Sophia Kleinherne, 15-Tanja Pawollek, 13-Caroline Siems ; 6-Janina Minge (cap.), 16-Luca Graf (17-Annalena Rieke 72') ; 7-Giulia Gwinn, 10-Laura Freigang, 11-Anna Gerhardt ; 9-Klara Bühl (8-Kristin Kögel 85'). Entr.: Maren Meinert
    Non utilisées : 1-Lena Pauels, 3-Katja Orschmann, 5-Lisa Schöppl, 19-Meret Wittje
    France : 1-Mylène Chavas (cap.) ; 12-Lena Goetsch, 5-Julie Piga, 13-Sarah Galera, 2-Pauline Dechilly ; 8-Hélène Fercocq, 15-Sana Daoudi ; 9-Chloé Piérel (7-Emelyne Laurent 46'), 14-Lina Boussaha (6-Julie Thibaud 46'), 10-Christy Gavory ; 17-Mathilde Bourdieu. Entr.: Gilles Eyquem
    Non utilisées : 16-Jade Lebastard, 3-Agathe Ollivier, 4-Elisa De Almeida, 11-Cindy Caputo, 18-Catherine Karadjov






    Vendredi 18 Août 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Euro-U19-...NE_a13951.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  6. #1031
    Banni
    Date d'inscription
    août 2007
    Messages
    16 036

    Par défaut

    Victoire de l'Espagne 3/2, méritée sur l'ensemble du match. Maitrise du jeu espagnole, l'EDF a profité de deux ballons perdus pour ouvrir le score et mener 2/1 en étant ultra réalistes. L'Espagne a marqué sur 3 coups de pieds arrêtés dont deux dans les 5 dernières minutes.
    L'EDF a joué à 10 dans les dernières minutes suite à un deuxième jaune gag pris par une joueuse déja avertie qui n'a pas attendu le coup de sifflet de l'arbitre pour jouer un coup franc. L'arbitre n'était pas là pour rigoler apparemment, deuxième jaune.

    Laurent un but et une passe décisive. On sent que c'est une joueuse à l'aise pour prendre la profondeur et jouer sur sa vitesse, du déchet technique par contre et pas au top défensivement sur un côté.

  7. #1032
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Euro U19 (Finale) - Les Bleuettes craquent sur le fil

    Après avoir mené deux fois au score, la France a concédé deux buts dans les dernières minutes et fini le match à dix. L'Espagne prend sa revanche


    Doublé de Patricia Guijarro qui permet à l'Espagne de s'imposer (photo UEFA.com)


    Gilles Eyquem proposait un nouveau turn-over alignant probablement le onze le plus relevé au regard des prestations depuis le début du tournoi et notamment le duo d'attaque Laurent-Bourdieu.

    Tout débutait bien pour les Bleuettes qui ouvraient le score rapidement grâce à un gros travail de Laurent, à la récupération suite à un bon pressing au milieu de terrain, puis une action en duo avec Bourdieu qui était à la conclusion du centre dans les 6 m (1-0, 4'). Mais l'Espagne qui avait la maîtrise du jeu trouvait la faille à son tour sur un corner de Fernández repris de volée par Guijarro devant sa défenseure (1-1, 18'). La France n'avait pas beaucoup l'occasion de tenter mais chaque tentative était dangereuse. Sur une récupération de Daoudi, Bourdieu servait à 25 m sa partenaire Laurent dont la frappe s'écrasait sur la barre (22e).

    Laurent redonna l'avantage


    La France a mené deux fois au score


    Malgré la grosse domination espagnole illustrée par une reprise de Maite Oroz qui terminait dans les bras de Chavas (26e) et un coup franc frappé depuis la droite où Guijarro était proche au second poteau de conclure (30e), la France gardait ce score de parité à la pause.

    Eyquem décidait d'apporter du sang neuf rapidement en seconde période avec un changement défensif et un autre offensif. L'opposition espagnole continuait à bousculer les Françaises dont le réalisme était récompensé. En contre attaque, Thibaud lançait Laurent que personne n'allait pouvoir retenir. La néo-Lyonnaise finissait son action sans trembler (2-1, 71'). Le scénario était parfait mais il fallait préserver cet avantage jusqu'au bout.

    Une fin de match à la renverse


    La lutte fut difficile au milieu de terrain


    C'est à ce moment-là que le match prenait une tout autre tournure. Un premier coup franc de Menayo était prolongé de la tête par Egurrola, Chavas s'inclinait une première fois (2-2, 85'). Tout était à refaire et la mission se compliquait lorsque l'arbitre bélarusse sanctionnait sévèrement Dechilly d'un second carton jaune (87e). Le plus dur survenait sur un nouveau coup franc du même côté mais plus proche du but. Cette fois-ci, la tête de Guijarro était à la finition. La meilleure buteuse du tournoi offrait le titre à l'Espagne (2-3, 90').

    Une revanche pour l'équipe espagnole dont c'est le deuxième titre, battue l'an dernier 1-2, par cette même équipe de France U19, et aussi symbolique quelques jours après les attentats survenus en Espagne et dont l'avant match avait été précédé d'une minute de silence. Rendez-vous dans un an pour ces mêmes joueuses à la Coupe du Monde U20 en France.


    Championnat d'Europe U19 de l'UEFA - Finale
    Dimanche 20 août 2017
    - 19h30 locales (20h30 françaises)
    FRANCE - ESPAGNE : 2-3 (1-1)
    Belfast (Windsor Park)
    Temps nuageux - Terrain excellent
    Spectateurs : 3 117
    Arbitres : Olga Tereshko (Bélarus) assistée de Iuliia Petrova (Russie) et Elena Soklevska-Ilievski (Macédoine). Quatrième arbitre : Silvia Domingos (Portugal)
    Buts :
    1-0 Mathilde BOURDIEU 4' (Laurent récupère le ballon au milieu de terrain, joue en triangle avec Bourdieu qui permet à Laurent de prendre le couloir côté gauche qui lui adresse un centre repris plein axe à 6 m du gauche par Bourdieu)
    1-1 Patricia GUIJARRO 18' (Corner frappé par Paula Fernández, Guijarro coupe la trajectoire du ballon d'une volée du gauche au premier poteau devant Goetsch)
    2-1 Emelyne LAURENT 71' (Thibaud de sa moitié de terrain côté gauche lance en profondeur Laurent qui prend la défense de vitesse et vient ouvrir son pied droit à l'entrée de la surface pour enrouler le ballon vers le petit filet opposé)
    2-2 Damaris EGURROLA 85' (Coup franc à 35 m côté droit frappé par Menayo prolongé de la tête par Egurrola au duel avec De Almeida, le ballon termine au second poteau)
    2-3 Patricia GUIJARRO 90' (Coup franc côté droit très excentré, Menayo le frappe et dépose le ballon sur la tête de Guijarro au second poteau)
    Avertissements : Dechilly 29' et 87', Caputo 89' pour la France
    Expulsion : Dechilly 87' pour la France

    France : 1-Mylène Chavas (cap.) ; 12-Lena Goetsch, 5-Julie Piga, 13-Sarah Galera (4-Elisa De Almeida 54'), 2-Pauline Dechilly ; 6-Julie Thibaud, 15-Sana Daoudi, 10-Christy Gavory ; 18-Catherine Karadjov (11-Cindy Caputo 54'), 17-Mathilde Bourdieu, 7-Emelyne Laurent. Entr.: Gilles Eyquem
    Non utilisées : 16-Jade Lebastard, 3-Agathe Ollivier, 8-Hélène Fercocq, 9-Chloé Piérel, 14-Lina Boussaha
    Espagne : 1-Noelia Ramos ; 2-Ona Batlle, 4-Andrea Sierra, 12-Lucía Rodríguez, 11-Carmen Menayo ; 9-Paula Fernández (7-Laura María Pérez 67'), 8-Patricia Guijarro, 6-Damaris Egurrola ; 14-Aitana Bonmati (cap.), 17-Lucía García, 10-Maite Oroz (18-Ana Marcos Moral 78'). Entr.: Pedro López
    Non utilisées : 13-María Rodríguez, 3-Ainoa López Anitua, 5-Natalia Ramos, 15-Cinta Rodríguez, 19-Ane Azcona

    Lundi 21 Août 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Euro-U19-...il_a13956.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  8. #1033
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Euro U19 (Analyse) - Les Bleuettes sont montées en puissance à un an de la Coupe du Monde U20

    Finaliste de l'Euro U19, la sélection emmenée par Gilles Eyquem est montée en puissance avec un groupe de plus en plus solidaire et des joueuses qui ont progressivement montré leur qualité. A un an de la Coupe du Monde U20, retour sur ce parcours.


    Depuis octobre, un parcours difficile


    La France avait disputé un tournoi en Irlande du Nord


    Le groupe pour l'Euro s'est construit au fil des dix rencontres que l'équipe a disputées depuis octobre dernier. L'aventure a commencé en Irlande du Nord, face au pays-hôte (battu), l'Angleterre et les États-Unis, qui ont logiquement battu une équipe de France en chantier. Huit des vingt joueuses appelées ont participé à l'Euro. L'aventure s'est poursuivie du côté de l'Espagne lors du tournoi de la Manga en mars, avec de nouveau l'Angleterre (accrochée) et les États-Unis (nouvelle défaite), ainsi que l'Ecosse (0-0 malgré 78 minutes en supériorité numérique). En résumé, il y a du travail à faire... Douze joueuses sur les vingt participent à l'Euro, mais pas De Almeida, Dechilly et Ollivier, blessées.

    La troisième étape est le premier tournoi officiel de cette sélection, à savoir le Tour Elite. La France affronte les Pays-Bas qui jouent à domicile, le Portugal et la Slovénie. L'équipe commence à se préciser, puisque 16 des 18 joueuses appelées disputeront ensuite l'Euro. La France bat le Portugal puis la Slovénie. Mais face aux Pays-Bas, elle ne parvient pas à assurer la victoire synonyme de première place qualificative. Elle doit attendre le 12 juin pour valider sa présence à l'Euro en tant que meilleur deuxième. La dernière étape pré-Euro, c'est le stage de préparation fin juillet pour lequel Gilles Eyquem fait appel à 26 joueuses. Parmi les appelées, Léna Goetsch et Mathilde Bourdieu qui viendront finalement s'ajouter au groupe final des 18 pour l'Euro. C'est avec une dernière défaite face à Guingamp que l'équipe s'envole vers l'Irlande du Nord pour tenter de conserver son titre.
    Le bilan, trois victoires (Irlande du Nord, Portugal, Slovénie), trois matchs nuls (Angleterre, Ecosse, Pays-Bas) et quatre défaites (Angleterre, États-Unis x2, Guingamp) en dix rencontres disputées depuis octobre.

    La belle aventure nord-irlandaise


    De la joie jusqu'à la défaite en finale


    A l'Euro, la France est placée dans le groupe le plus difficile. Si les deux favoris, l'Allemagne et l'Espagne, sont dans l'autre groupe et ont la voie libre avec l'Irlande du Nord et l’Écosse comme adversaires, les Bleuettes sont dans un groupe dense où chacune des quatre équipes peut prétendre à la qualification, les Pays-Bas et l'Angleterre partant légèrement favorites, l'Italie étant à l'affût après avoir écarté la Norvège et la Suède au Tour Élite. La défense du titre commence assez mal, avec une entame de match compliquée pour les Bleuettes qui encaissent deux buts en vingt-deux minutes face aux Néerlandaises. L'équipe réagit en seconde période mais ne parvient pas à renverser la situation et s'incline logiquement.
    Face à l'Italie, avec une défense remodelée et un quatuor inattendu qui s'imposera jusqu'à la fin du tournoi, le début de match est une nouvelle fois sanctionné d'un but adverse rapide (9'). L'entrée en jeu de Laurent juste avant la demi-heure de jeu change la physionomie du match. Laborieuse avant, l'équipe de France renverse la situation avant la pause, et conserve l'avantage grâce à Chavas. Le deuxième but de Bourdieu juste avant l'heure de jeu met définitivement fin aux espoirs des Italiennes qui baissent les bras pour de bon. Ollivier, Laurent, puis Gavory inscrivent trois nouveaux buts qui permettent à la France d'être en position de force avant la dernière rencontre face à l'Angleterre, un nul étant suffisant pour rejoindre les demi-finales grâce à une différence de but avantageuse.

    La rencontre face à l'Angleterre débute sur un faux rythme, et la solidarité des Bleuettes leur permet de tenir bon, alors que Laurent passe proche d'assommer les Anglaises dans le temps additionnel de la première période. Chavas se montre décisive à plusieurs reprises pour éviter l'ouverture du score anglaise en seconde période, et finalement, une contre-attaque initiée et conclue par Lina Boussaha -remplaçante au coup d'envoi- à la 88e minute permet aux Bleuettes de respirer en même temps que de mettre fin aux espoirs anglais. La France tient sa demi-finale.
    Encore une fois, les Bleuettes sont en difficulté face à l'Allemagne, faisant face avec de la solidarité face à une attaque manquant de tranchant. Alors que la pression de la Mannschaft se fait de plus en plus sentir à l'approche de la pause, Klara Bühl ouvre logiquement le score (1-0). Thibaud et Laurent font leur entrée pour la seconde période, et l'heure de jeu passée, l'équipe de France se montre plus dangereuse. Les Bleuettes égalisent sur corner, grâce à Thibaud (70'), puis prennent l'avantage dans la foulée, suite à une nouvelle passe décisive de Bourdieu, pour Laurent en profondeur (73'). L'Allemagne a beau pousser pour l'égalisation, la France obtient son ticket pour la finale où l'attend l'Espagne, son adversaire défait en 2016 pour le titre.

    Face aux Ibères, le début de match est idéal avec un but rapide de Bourdieu (4'). Mais la France subit ensuite de façon très nette face à un collectif supérieur techniquement mais qui connait encore des difficultés à faire la différence devant. C'est sur coups de pied arrêtés que l'Espagne fait la différence, en égalisant par deux fois (18', 85'), la France ayant repris l'avantage entre-temps (71'), puis en marquant le but du titre à la dernière minute du temps réglementaire face à une France tout juste réduite à dix (87'). A quelques minutes de conserver son titre, l'équipe de France connait une fin de match cauchemardesque pour le voir lui filer sous les yeux..

    Ce qu'il faut retenir

    D'une équipe manquant d'expérience et pas vraiment impressionnante depuis octobre, Gilles Eyquem et son staff ont réussi à créer au fil des matchs un collectif où la solidarité a primé pour obtenir un résultat qui pouvait paraître inespéré, même si le sélectionneur français visait logiquement le titre. Dominée comme jamais peut-être dans ce tournoi, la France a su faire le dos rond et profiter des parades de sa gardienne et des qualités de ses atouts offensifs pour passer à quelques minutes du sacre.
    A l'image de ces cinq dernières années dans les équipes de jeunes, c'est en faisant preuve de force mentale et de solidarité que les résultats sont arrivés, les équipes de France devant puiser dans leurs réserves pour réaliser de beaux parcours. Depuis 2012, elles ont atteint cinq finales -trois remportées-, en passant souvent par une phase de groupe où il leur a fallu batailler (l'Euro U19 2013 faisant exception), les collectifs se créant dans la difficulté. Si on ne peut qu'espérer une équipe de France plus dominatrice, sachant garder le ballon, créant du jeu et évitant les sueurs froides en défense, force est de constater que Gilles Eyquem est parvenu une nouvelle fois à créer un collectif solidaire, une base très intéressante en vue de la Coupe du monde U20.

    Du côté des autres équipes, l'Espagne, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Angleterre ont obtenu leur billet pour la Coupe du monde, où elles feront toutes partie des favoris et outsiders pour le titre. La France est la seule équipe à avoir affronté les quatre autres qualifiés pour la Coupe du monde pendant le tournoi, pour des résultats variés (deux victoires, deux défaites). Le point commun, la domination -plus ou moins constante- des adversaires des Bleuettes, qui ont donc pu juger de visu leurs concurrentes européennes et prendre à n'en pas douter quelques notes...
    L'Espagne, malgré son titre et son collectif, doit apprendre à être plus tueuse en attaque et moins fébrile en défense face à des joueuses rapides. L'Allemagne, malgré sa demi-finale perdue, a fait forte impression avec un effectif plutôt jeune déjà tourné vers la Coupe du monde. Les Pays-Bas, dans le sillage de l'Euro de leurs aînées, ont montré de belles choses, et notamment un bel opportunisme face à la France puis l'Angleterre avant de rendre les armes avec les honneurs face à l'Espagne. L'Angleterre est la seule de ces équipes à avoir déçu dans ce tournoi, évoluant à un niveau loin de celui attendu même si la qualification pour les demi-finales n'était pas très loin face à la France.

    Les joueuses-clés


    Bourdieu a affirmé ses talents de buteuse à l'Euro


    Si c'est avant tout grâce à la solidarité qui s'est installée dans l'équipe au fil des matchs que l'équipe de France est passée à quelques minutes du titre, plusieurs joueuses ont eu une importance particulière au fil des matchs.
    On retiendra en premier lieu Mylène Chavas, la gardienne et capitaine de l'équipe. Déjà championne d'Europe U19 et vice-championne du monde U20, elle a réalisé de nombreuses parades décisives pour permettre à la France de sortir de la phase de poule dans un premier temps, avant d'être en difficulté en finale -bien qu'il soit compliqué de lui reprocher les trois buts encaissés à bout portant sur coups de pied arrêtés. De belles promesses encore une fois, même si on l'aurait aimée plus rassurante en fin de tournoi.

    Emelyne Laurent a eu un gros impact sur les performances de l'équipe. Co-meilleure buteuse des Bleuettes et meilleure passeuse de la compétition, elle s'est montrée décisive à plusieurs reprises et a joué un rôle primordial dans le parcours de la France. Sa vitesse a été un atout dès qu'elle a eu de l'espace, et elle a su en faire (très) bon usage, dans la lignée de ses performances en D1 avec Bordeaux. Sa signature à Lyon devrait lui permettre d'étoffer son jeu, car pour l'instant, elle est en difficulté physiquement dans les duels.

    Moins spectaculaire que Laurent, Mathilde Bourdieu, invitée de dernière minute, a pourtant marqué le tournoi de son empreinte. Après une longue blessure, elle a confirmé son retour sur les terrains en se montrant précieuse en attaque. Décisive elle aussi à plusieurs reprises, elle a été la première à aller au duel, à ne pas refuser le contact, et à se battre tout en montrant une belle adresse devant le but -assortie d'une belle frappe de balle- et son sens du collectif. Généreuse dans l'effort malgré la difficulté de sa position au sein d'une équipe souvent dominée, elle a montré de belles promesses.

    Au milieu de terrain, Sana Daoudi a su se mettre en évidence par ses interventions précieuses, sa conservation du ballon et son volume de jeu. Si elle a subi, comme toute l'équipe, en finale face à l'Espagne, elle a su s'imposer dans le onze et a, avec Mathilde Bourdieu, été la première à montrer la volonté d'aller au contact dès le premier match. Son temps de jeu devrait être réduit cette année, comme Laurent, mais elle devrait cependant avoir l'occasion de progresser au sein d'un effectif de haut niveau.

    Projection pour la Coupe du monde U20

    Le prochain objectif de Gilles Eyquem et de son staff, c'est la préparation pour la Coupe du monde des moins de vingt ans (les U19 seront sous la houlette de Gaëlle Dumas la saison prochaine) qui aura lieu en Bretagne du 7 au 26 août 2018. Le programme de préparation devrait être autrement plus chargé que lors des précédentes éditions (un rassemblement et deux matchs l'année passée), l'idée étant de faire en mieux qu'en 2014 et 2016, c'est à dire remporter le titre à la maison. Dès la rentrée, le staff devrait être tourné vers cet objectif important après un Euro réussi.

    Avec la finale atteinte lors de l'Euro U19, l'équipe part avec une base solide en terme de valeurs affichées de solidarité et de collectif, et a pu emmagasiner une expérience précieuse. Malgré tout, il faut s'attendre à du changement dans le groupe, et Gilles Eyquem ne devrait pas hésiter à faire appel à des joueuses déjà essayées et à des nouvelles pour constituer son groupe. Pour ces dernières, on pense notamment aux talentueuses joueuses de la génération 2000, à commencer par Maëlle Lakrar. Quant à Marie-Antoinette Katoto, sa participation est pour l'instant liée à différentes interrogations.

    Pour toutes les joueuses du groupe France, déjà appelées ou non, va se poser la question du temps de jeu. La moitié des finalistes européennes cet été vont évoluer en D2 où elles devraient en grande majorité jouer la montée. En ayant un temps de jeu important au sein d'équipes de haut de tableau où il y aura de la pression, elles devraient avoir l'opportunité de montrer leurs qualités dans un environnement concurrentiel. Quant aux joueuses appartenant à des clubs de D1, leur temps de jeu devrait fluctuer selon les clubs, mais à elles de faire jouer l'expérience accumulée cet été pour s'imposer dans les différents effectifs, alors que plusieurs joueuses nées en 1998 ou après vont tenter de s'imposer dans différents clubs de D1 et de D2 pour obtenir le droit de gagner leur place dans le groupe.


    Dimanche 27 Août 2017
    Charlotte Vincelot

    http://www.footofeminin.fr/Euro-U19-...20_a13959.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  9. #1034
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Gilles Eyquem : « C’est presque un exploit ! »
    Publié le 28 août 2017 | Top News
    Par Nicolas Gettliffe pour Foot d'Elles



    À la tête de l’équipe de France U19, le sélectionneur des « Bleuettes » a emmené son groupe en Irlande du Nord en ce mois d’août, avec la volonté de conserver un titre conquis l’an passé.


    Quels ont été vos mots de réconfort après la finale perdue dimanche contre l’Espagne (2-3) ?
    G.E. :
    « Il fallait surtout dire aux filles qu’elles ont su relever le défi, tout au long du tournoi, avec pas mal de caractère. Je n’ai pas voulu les installer dans un confort. Je savais que cet Euro allait être difficile car j’ai fait des tests. Donc, au-delà de mes espérances, cette finale contre l’Espagne était presque un exploit. Maintenant, perdre à ce niveau de la compétition, c’est toujours douloureux. Échouer si près du but n’est jamais agréable et il fallait bien sûr en consoler quelques-unes dans le vestiaire. Je retiens surtout que toutes ont acquis de l’expérience supplémentaire en vue de 2018. Le côté vraiment positif, c’est le fait qu’elles aient bien enchaîné les matches, malgré le premier échec contre les Pays-Bas. Après, dans mon discours, je leur ai dit de faire le nécessaire en club dans les prochains mois car, en terme de stages avec la sélection, elles n’auront pas de rassemblements suffisamment conséquents pour être idéalement préparées.

    Donc, malgré l’échec, le bilan général est positif ?
    Le plus important est d’avoir réussi tactiquement quelques jolis coups. Notamment contre l’Angleterre, puis l’Allemagne en demi-finale. Les filles ont nettement progressé dans la possession de balle car, à trop subir, on finit toujours par céder. On a su améliorer tout ça, notamment dans le domaine individuel et technique. En finale, l’arbitrage ne nous a pas aidés, et je ne parle pas que de l’expulsion. Dans les duels, les filles étaient systématiquement sanctionnées. Les Espagnoles ont été beaucoup plus malines. Mes joueuses sauront, j’espère, retenir la leçon…

    Les filles avaient-elles la pression ou ont-elles bien vécu leur statut de tenantes du titre ?
    Il n’y avait pas d’angoisse particulière, celle de réussir à tout prix. Elles ont su se montrer solidaires et généreuses, en réussissant quelques belles prestations et quelques « coups », à chaque fois contre des adversaires costaudes, voire supérieures à mon groupe.

    Un mot sur le niveau général de la compétition ?
    Ça s’améliore ! Le jeu est plus rapide et chaque équipe est de plus en plus forte athlétiquement. Même d’un point de vue tactique, j’ai trouvé que beaucoup de sélections avaient gagné en assurance. Bon, les Nord-Irlandaises et les Ecossaises étaient un niveau en dessous. Pour les premières, elles bénéficiaient, comme souvent, de leur statut de pays organisateur pour être là. Et les secondes avaient bénéficié d’un groupe éliminatoire tranquille. Même l’Italie, que l’on bat pourtant facilement, a progressé, avec quelques belles réussites en terme d’individualités sur le terrain.

    « Le jeu est plus rapide et chaque équipe est de plus en plus forte athlétiquement »

    Quel est le programme des prochains mois ?

    Déjà, il faut savoir que l’on se base sur le calendrier des internationales A, avec des rassemblements très ramassés dans le temps. Comme on sort de cet Euro, rien n’a été programmé en septembre. En octobre, c’est la reprise, en élargissant le groupe pour une revue d’effectif indispensable. Ensuite, en novembre, on va retrouver la Suède. Puis, au fil des rendez-vous, nous devrions affronter l’Espagne et l’Allemagne. En mars, on va participer au Tournoi de la Manga, en Espagne. On a déposé une demande pour que les filles puissent y aller, même si, au départ, c’est réservé pour les Moins de 23 ans. En avril, on devrait croiser le Japon, avant un stage de cohésion en mai. Je crois que les Etats-Unis souhaitaient nous rencontrer en décembre, mais je ne suis pas sûr que nous puissions caser une ou deux dates…

    Comment allez-vous fonctionner avec le groupe durant cette année de préparation ?
    Déjà, on a beaucoup bossé ! Maintenant, je vais aussi faire confiance à des plus jeunes que l’on connaît bien. Pour ces dernières, trouver du temps de jeu dans leur club n’est pas toujours facile. Si on peut leur permettre de retrouver le terrain, ce n’est pas plus mal… Au moment d’une compétition, on se rend compte que certaines manquent de rythme, donc de repères. Elles n’ont pas toujours le niveau dans les pattes. Ce n’est vraiment pas de leur faute, mais il faut travailler pour éviter cet écueil. Les stages sont essentiels à ce niveau, mais ce sont surtout les matches qui permettent de bien se roder. Il n’y a rien de mieux !

    Avez-vous été surpris par le coup d’arrêt de l’équipe de France A à l’Euro aux Pays-Bas ?
    Oui et non ! Dès le début, on a senti le groupe en difficulté, même si on voulait encore y croire. Il y avait certes de l’enthousiasme et de la solidarité, mais l’énergie positive était-elle vraiment là ? C’est délicat de l’estimer quand on est en dehors du groupe… Le bien vivre, c’est une donnée importante. Maintenant, le juge de paix, c’est le terrain. Nous, on a battu l’Allemagne en demi-finales, c’était un véritable exploit. On n’a pas retrouvé ce désir chez les A. J’ai été déçu par certaines filles que je connais bien, surtout par rapport au potentiel qu’elles possèdent. On peut être déçus du manque d’allant de nos Bleues. Elles nous disaient qu’elles avaient bien bossé, je n’en doute pas, mais ce n’est pas suffisant pour décrocher les étoiles. Il faut aussi de l’envie et de la passion !

    Pour faire progresser les sélections en vue d’une meilleure compétitivité, quels axes de travail faut-il développer ?
    D’abord, il s’agit de communiquer avec les clubs pour ne pas se marcher sur les pieds. On fonctionne bien de notre côté avec nos structures fédérales, notamment avec les pôles. Désormais, on doit se mettre au tour de la table pour orienter, tous ensemble, la détection de certains profils spécifiques dont on manque. Je pense notamment aux joueuses de couloirs, capables de reproduire les efforts. Les attaquantes bien sûr, sans oublier les gardiennes, même si, de mon côté, avec Mylène Chavas et Jade Lebastard, je ne suis pas démuni. Il faut vraiment insister sur ces secteurs et non plus former 50.000 milieux de terrain ! Il faut le reconnaître : on s’est peut-être trompés au moment de certaines détections.

    Êtes-vous tout de même confiant pour la suite ?
    Il faut toujours être optimiste. Maintenant, je ne cache pas que j’ai une inquiétude pour nos internationales qui ne jouent pas trop en club, notamment chez les plus jeunes. Il faudrait éventuellement mettre en place un programme, comme en Asie, pour qu’elles disputent plus de rencontres. En Allemagne, par exemple, le groupe est clairement établi depuis quatre ans. Nous, cela fait à peine deux saisons. Les Allemandes sont capables de faire l’impasse sur un Euro, s’il n’est pas qualificatif pour une Coupe du Monde… Ils ont une vision à long terme. Mais, en France, ça se met tout doucement en place, il faut se montrer patient mais ne surtout pas se relâcher. Accentuer le travail pour atteindre l’excellence est essentiel. »


    Propos recueillis par Nicolas Gettliffe

    http://www.footdelles.com/article/Au...t-_150808.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  10. #1035
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    U17 - Les vingt joueuses retenues pour le tour qualificatif

    Cécile Locatelli désormais en charge de la sélection U17 a retenu vingt joueuses retenues pour jouer le Tour qualificatif de l'Euro 2018, du 24 au 30 septembre au Danemark.




    Cécile Locatelli est désormais à la tête de la sélection U17 après avoir dirigé les U16. Pour le Tour de qualification de l’Euro 2018, du 21 septembre au 1er octobre à Kolding (Danemark), les Françaises y seront confrontées au Kazakhstan, au Pays de Galles et au Danemark.

    L'objectif sera de se qualifier pour le tour Elite alors que les deux premières places sont qualificatives ainsi que les troisièmes ayant réalisé les meilleurs résultats face aux deux qualifiés de leur groupe, afin de dégager vingt-quatre équipes qui disputeront ensuite le Tour Elite.

    Le rassemblement est fixé au lundi 18 septembre et débutera par un stage jusqu’au 21 septembre au CNF de Clairefontaine avant de partir au Danemark.

    Le programme
    - 24 septembre : France-Kazakhstan (18h)
    - 27 septembre : France-Pays de Galles (15h)
    - 30 septembre : Danemark-France (15h)


    LA LISTE

    Gardiennes

    Mary Innebeer (Lille OSC)
    Manon Wahl (RC Strasbourg)

    Défenseures
    Celya Barclais (VGA Saint-Maur)
    Inès Belloumou (O. Marseille)
    Maeva Bernard (OGC Nice)
    Emmy Jezequel (EA Guingamp)
    Clara Moreira (O. Lyonnais)
    Manon Revelli (O. Lyonnais)

    Milieux
    Maïté Boucly (Lille OSC)
    Adeline Coquard (AS Saint-Etienne)
    Margaux Le Mouël (EA Guingamp)
    Madeline Roth (FC Vendenheim)
    Axelle Touzeau (FC Girondins de Bordeaux)
    Sarah Zahot (O. Marseille)

    Attaquantes
    Kessya Bussy (US Orléans)
    Malaury Craff (AS Saint-Etienne)
    Julie Dufour (Lille OSC)
    Naomie Feller (VGA Saint-Maur)
    Julie Pian (EA Guingamp)
    Chloé Zubieta (FC Girondins de Bordeaux)

    Mercredi 6 Septembre 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/U17-Les-v...if_a13988.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  11. #1036
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    U19 - Premier rassemblement avec 32 joueuses

    A un mois du tour qualification à l'Euro 2018, la sélection U19 dont Gaëlle Dumas a pris la direction sera en rassemblement du 18 au 21 septembre à Clairefontaine.


    Gaëlle Dumas (photo FFF)


    32 joueuses ont été appelées par Gaëlle Dumas, qui prend le relais de Gilles Eyquem en charge de préparer la Coupe du Monde U20. Ce stage va permettre de sélectionner les 18 joueuses pour le premier tour en Moldavie où la Frnace sera opposée aux Îles Féroé (lundi 16 octobre), la Moldavie (jeudi 19 octobre) et l'Italie (dimanche 22 octobre).


    Gardiennes
    Clara Degor (FCF Hénin-Beaumont)
    Blandine Joly (AS Saint-Etienne)
    Justine Lerond (FC Metz)
    Pauline Moitrel (Stade de Reims)

    Défenseures
    Anaëlle Anglais (Montpellier HSC)
    Oumy Stéphanie Bayo (ASPTT Albi)
    Maevane Drozo (EA Guingamp)
    Floriane Fortin (FC Rouen)
    Léa Kergal (Paris Saint-Germain)
    Eva Kouache (O. Lyonnais)
    Maëlle Lakrar (O. Marseille)
    Tess Laplacette (O. Marseille)
    Emeline Saint-Georges (O. Lyonnais)
    Estelle Savina (Stade Brestois)

    Milieux de terrain
    Sandy Baltimore (PSG)
    Daïna Bourma (Montpellier HSC)
    Clémentine Canon (ASJ Soyaux)
    Audrey Machado (Montpellier HSC)
    Laurène Martin (CB Angers)
    Philomène Pagnoux (ASJ Soyaux)
    Ella Palis (EA Guingamp)
    Carla Polito (Arras FCF)
    Célia Rigaud (FC Metz)
    Santana Sahraoui (ASPTT Albi)
    Laure Sureau (CB Angers)

    Attaquantes
    Selma Bacha (O. Lyonnais)
    Mickaëlla Cardia (O. Marseille)
    Marine Cochelin (AS Saint-Etienne)
    Léa Khelifi (FC Metz)
    Melvine Malard (O. Lyonnais)
    Marion Rey (FC Vendenheim)
    Jessy Danielle Roux (O. Lyonnais)

    Jeudi 7 Septembre 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/U19-Premi...es_a13990.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  12. #1037
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Coupe du Monde U20 2018 - Les quatre villes retenues

    Du 7 au 26 août 2018, la France accueillera en région Bretagne la Coupe du Monde U20. Les villes hôtes de la Coupe du monde féminine U20 de la FIFA, France 2018 ont été officialisées ce jeudi 7 septembre.


    L'édition 2016 remportée par la Corée du Nord se déroulait en Papouasie Nouvelle Guinée


    Avant d'accueillir en juin 2019 la Coupe du Monde en France, la FFF a obtenu l'organisation de la Coupe du Monde U20 l'été prochain. Une compétition qui se déroulera en août dans quatre villes de la région Bretagne.

    Quatre villes hôtes officielles, situées en Bretagne, ont été désignées pour accueillir cet événement : Concarneau (Finistère, Stade Guy-Piriou), Dinan/Léhon (Côtes-d'Armor, Stade du Clos Gastel de Léhon), Saint-Malo (Ille-et-Vilaine, Stade Marville) et Vannes (Morbihan, Stade de la Rabine).

    Noël Le Graët a déclaré sur le site de la FFF : "Je suis heureux que la France, vice-championne du monde U20 en 2016, organise la prochaine Coupe du monde Féminine U20 de la FIFA. Les performances des Bleuettes lors de la dernière édition en Papouasie-Nouvelle-Guinée témoignent de notre engagement total pour le football féminin. Les quatre villes hôtes possèdent tous les éléments requis pour organiser et accueillir cette compétition dans les meilleures conditions dans une région passionnée de football."

    Le format
    Créée en 2002, la Coupe du Monde U20 (U19 en 2002) réunit 16 équipes réparties en quatre groupes et dont les deux premiers accèdent aux quarts de finale.
    Pour l'édition 2018, la France est qualifiée d'office en tant que pays hôte tandis que la répartition par confédération est la suivante :
    - AFC (Asie) : 3
    - CAF (Afrique) : 2
    - CONCACAF (Amérique du Nord et Centrale) : 3
    - CONMEBOL (Amérique du Sud) : 2
    - UEFA (Europe) : 4
    - OFC (Océanie) : 1

    Cinq pays ont déjà obtenu leur ticket pour la phase finale. Il s'agit de la Nouvelle-Zélande (>> voir l'article). et des quatre qualifiés européens : Allemagne, Pays-Bas, Espagne et Angleterre

    L'hébergement
    La candidature de la FFF avait évoqué une formule inédite d'hébergement avec l'utilisation du Campus Beaulieu à Rennes pour héberger les 16 sélections. Ce concept était venu de l'idée de reprendre la notion de "village olympique". Une originalité finalement non retenue par la FIFA qui a choisi conserver la formule habituelle d'hébergement en hôtels proposés par cette dernière.

    Les stades
    Plusieurs stades ont été proposés pour recevoir les 32 rencontres de la compétition échelonnées sur 20 jours de compétition. Après avoir visité les stades et en fonction des contraintes liées au calendrier, trois stades avaient déjà été sélectionnés : le stade Guy Piriou à Concarneau, le stade Marville à Saint-Malo et le stade de la Rabine à Vannes. Parmi les autres stades, Saint-Brieuc, évoqué, n'avait finalement pas été retenu faute d'engager les travaux demandés, un quatrième restait à valider entre Vitré et Dinan/Léhon.

    Le comité local d’organisation de la FIFA avait effectué une visite des installations il y a trois mois afin de voir les aménagements nécessaires. L’idée de la candidature bretonne est que l’ensemble des départements bretons accueillent les rencontres mais aussi les entraînements des délégations. Pour ces deux derniers stades, les candidatures de Vitré et Léhon étaient soumises à des aménagements préalables du stade concernant l’éclairage et la tribune à mettre aux normes, que doivent accepter les municipalités. La décision finale a donc attribué la compétition à celui de Dinan/Léhon.


    Jeudi 7 Septembre 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Coupe-du-...es_a13991.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

  13. #1038
    Breizhgone Avatar de Rem56
    Date d'inscription
    octobre 2004
    Localisation
    quelque part par là...
    Messages
    70 578

    Par défaut

    Coupe du Monde U20 2018 - L'emblème dévoilé à Rennes

    Ce vendredi midi dans les salons de l'Hôtel de Ville de Rennes, la Coupe du Monde U20 a franchi un cap avec la présentation de l'emblème de la compétition qui se déroulera du 5 au 24 août 2018.


    Photo LBF


    En présence du Président de la FFF, Noël Le Graët, de sa vice-Présidente Brigitte Henriques et de Fatma Samoura, Secrétaire Générale de la FIFA, le compte à rebours est désormais véritablement lancé.

    Quatre stades accueilleront les 32 rencontres de cette phase finale de la compétition à travers les 4 départements bretons : Vannes (avec notamment le match d'ouverture, les demi-finales, le match pour la 3e place et la finale), Saint-Malo, Dinan/Léhon et Concarneau. Une organisation confiée à la France dont se félicite Brigitte Henriques : "Pour la première fois, notre pays aura le privilège d’accueillir une compétition majeure du football international de jeunes, qui réunira les seize meilleures sélections U20 du monde, dont l’équipe de France. Nous avons tous hâte de donner le coup d’envoi de cette compétition qui sera une étape incontournable pour découvrir de nouveaux talents et pour le football féminin avant de vivre la Coupe du Monde Féminine de la FIFA en 2019".

    Le choix de la Bretagne a été naturel pour Noël Le Graët : "Le fait que ce soit en Bretagne, la compétition va être bien suivie". Jean-Claude Hillion, Président de la Ligue qui représente 151 000 licenciés a ajouté : "La Bretagne est une terre de foot. On sait que le public répondra. On a été frustrés en 1998 et 2006 de ne pas accueillir de rencontres, ce sera un vrai événement et les clubs vont se l'approprier".

    La pression sera sur le sélectionneur Gilles Eyquem qui reste une médaille d'argent en 2016, après celle de bronze en 2014. Brigitte Henriques compte sur le soutien populaire pour amener la France sur la plus haute marche : "Le public breton sera là pour apporter la petite touche qu'il fallait". Avec Eugénie Le Sommer, Camille Abily et Griedge Mbock Bathy Nka comme ambassadrices, le football au féminin breton a des valeurs sures pour accompagner la sélection U20. Secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, Sénégalaise connait aussi bien la Bretagne et plus particulièrement Rennes pour y être venue lors de ses études : "La Bretagne est une des places fortes du football féminin en France et je suis certaine que lors de la Coupe du Monde Féminine U20 de la FIFA, elle sera pour toutes les footballeuses présentes une source d’inspiration qui les poussera à faire étalage de leur talent ainsi qu’à dépasser leurs limites. Le football féminin est très bien établi en France mais cela ne signifie aucunement que nous devons réduire nos efforts visant à accroître la participation chez les jeunes filles. Cette compétition de jeunes constitue une opportunité idéale d’appuyer notre message et de continuer à développer la discipline".


    L'emblème

    Les éléments de marque de la Coupe du Monde Féminine U20 de la FIFA, France 2018 s’inspirent de ceux élaborés pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, dévoilés à Paris ce mardi 19 septembre.
    Celui-ci se veut le symbole de la riche histoire et culture de la Bretagne. Il arbore ainsi des motifs de triskèle en référence à l’héritage celtique de la pointe ouest de la France, ainsi que des bandes noires et blanches représentant le drapeau breton. Le corps du trophée, qui n’est autre qu’un de ces nombreux phares qui ornent le littoral armoricain, évoque la lumière, élément central de la compétition à travers son slogan officiel, #LeMomentDeBriller, était présente pour la présentation de l’emblème



    Les dates et lieux

    Concarneau (Stade Guy Piriou)
    Dinan/Léhon (Stade du Clos Gastel à Léhon)
    Saint-Malo (Stade Marville)
    Vannes (Stade de la Rabine).

    Calendrier des matches de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, France 2018
    (2 matchs par stade et par jour)
    • Match d'ouverture : 5 août (Vannes)
    • Phase de groupes : du 5 au 13 août
    • Quarts de finale : 16 et 17 août
    • Demi-finales : 20 août (Vannes)
    • 3ème place et Finale : 24 août (Vannes)

    Samedi 23 Septembre 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Coupe-du-...es_a14032.html
    "Austin 3:16 says I just whipped your ass !"

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas poster des nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas poster de réponses
  • Vous ne pouvez pas poster des pièces-jointes
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •